Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

< LISTE DES EXERCICES

Industrialisation et nouvelles idéologies

1
2
3
Énoncé

Document A : Contre les lois sociales, entraves à l’individu

« La civilisation occidentale a dû tout son essor à la vigueur de l’individu, à l’esprit d’initiative, de hardiesse en même temps que de prévoyance et de capitalisation. Ces qualités qui distinguent l’Européen et l’Américain de même souche des autres races, tout le système d’État soi-disant paternel (…) tend à les comprimer d’abord, à les éliminer ensuite. L’individu n’aura plus à prendre souci de lui-même, ni la famille d’elle-même ; énergique ou non, actif ou somnolent, capable ou borné, il aura un sort fixé d’avance ne variant que dans d’étroites limites, un mécanisme automatique, celui de l’obligation législative, de l’assistance d’État, garantira son avenir. Nous considérons ce système comme détestable, propre à transformer en perpétuels enfants, en êtres engourdis et somnolents, les membres des nations civilisées. »

Paul Leroy-Beaulieu, Le prochain gouffre : le projet de loi sur les retraites, L’Économiste français, 11 mai 1901


 Document B : L’exploitation de la classe ouvrière

« La révolution industrielle a partout provoqué le développement du prolétariat dans la mesure même où elle permettait le développement de la bourgeoisie elle-même. Au fur et à mesure que les bourgeois s’enrichissaient le nombre des prolétaires augmentait, car, étant donné que les prolétaires ne peuvent être occupés que par le capital et que le capital ne peut s’accroître qu’en occupant des ouvriers, il en résulte que l’augmentation du prolétariat va exactement de pair avec l’augmentation du capital. La révolution industrielle a également pour résultat de grouper les bourgeois comme les prolétaires dans de grandes agglomérations, où l’industrie est pratiquée avec le plus d’avantages, et de donner au prolétariat, par cette concentration des grandes masses dans un même espace, la conscience de sa force. D’autre part, plus la révolution industrielle se développe, plus on invente de nouvelles machines qui éliminent le travail manuel, plus la grande industrie a tendance, comme nous l’avons déjà dit, à abaisser le salaire à son minimum, rendant ainsi la situation du prolétariat de plus en plus précaire. »__

Karl Marx, Principes du communisme, 1847

Comment l’industrie se développe-t-elle et sur quelles sources d’énergie s’appuie-t-elle ?