Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
< LISTE DES EXERCICES

Les ajouts et développements de scènes

1
2
3
4
Énoncé

« Quelle a été la principale difficulté pour transposer à l’écran la nouvelle de madame de Lafayette ?

Il fallait retrouver la source des sentiments et des passions qui animent les personnages de madame de Lafayette, enlever les filtres qui les rendraient trop étrangers aux spectateurs d’aujourd’hui : la langue bien sûr, mais aussi les codes sociaux. J’essaye de rendre mes films historiques doublement contemporains : à la fois du spectateur d’aujourd’hui, mais aussi des personnages. Cela pousse à rechercher des équivalences entre les époques. Je me demandais par exemple comment faire comprendre le basculement du personnage de Chabannes (Lambert Wilson), qui en pleine guerre de religion passe d’un camp à l’autre, au péril de sa vie évidemment (pour l’époque, cela équivaut à passer de Vichy à la Résistance, ou de l’OAS au FLN !). Madame de Lafayette passe très rapidement là-dessus, expliquant que Chabannes “ne pouvait se résoudre à être opposé en quelque chose à un homme qui lui était si cher”, son ami le prince de Montpensier. Mais on se dit qu’il aurait pu y penser avant la guerre ! En interrogeant des historiens, j’ai appris qu’en temps de guerre, il y avait trois péchés mortels (on parlerait aujourd’hui de “crimes de guerre”) : la destruction d’un four à pain, la destruction d’une charrue, le meurtre d’une femme enceinte. Donc nous avons imaginé cette scène où Chabannes passe une femme enceinte par le fil de son épée : c’est le déclic qui lui fait abandonner la guerre.

Il y a une scène particulièrement frappante, c’est celle de la nuit de noces de Marie.

Cela se passait comme ça à l’époque dans les familles riches (pas seulement chez les nobles) : la nuit de noces était publique ! Il y avait un côté “on vient tester la marchandise”. Ce genre de scène m’intéresse doublement : à la fois parce que c’est quelque chose qui a été très peu filmé, et parce que ça caractérise mes personnages. Je ne cherche pas la “scène à faire”, il faut que ça apporte quelque chose au film. Comment ces très jeunes gens vont surmonter cette épreuve ? Comment leurs rapports de couple vont-ils être conditionnés par cette première nuit ? »

Entretien accordé par Bertrand Tavernier à Vital Philippot pour Zérodeconduite.net http://zerodeconduite.net/blog/19315-la-princesse-de-montpensier-entretien-avec-bertrand-tavernier.html

Comparez la longueur de la nouvelle et du film : que peut-on déduire de cette différence ?