Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

< LISTE DES EXERCICES

Une situation comique dans L’École des femmes de Molière

1
2
3
4
Énoncé

« HORACE lit.
Je veux vous écrire, et je suis bien plus en peine par où je m’y prendrai. J'ai des pensées que je désirerais que vous sussiez1 ; mais je ne sais comment faire pour vous les dire. […] Je sens que je suis fâchée à mourir de ce qu'on me fait faire contre vous, et j’aurai toutes les peines du monde à me passer de vous. Peut-être qu’il y a du mal à dire cela ; mais enfin je ne puis m'empêcher de le dire, et je voudrais que cela se pût faire sans qu'il y en eût. On me dit fort que tous les jeunes hommes sont des trompeurs, qu'il ne les faut point écouter, et que tout ce que vous me dites n'est que pour m’abuser ; mais je vous assure que je n’ai pu encore me figurer cela de vous, et je suis si touchée de vos paroles, que je ne saurais croire qu'elles soient menteuses. Dites-moi franchement ce qu’il en est : car enfin, comme je suis sans malice, vous auriez le plus grand tort du monde si vous me trompiez ; et je sens que j'en mourrais de déplaisir.

ARNOLPHE, à part.
Ho ! chienne !

HORACE
Qu'avez‑vous ?

ARNOLPHE
Moi ? rien. C'est que je tousse.

Molière, L’École des femmes, Acte III, scène 4, 1662

1 Sachiez

Quels sentiments Agnès déclare-t-elle à Horace dans sa lettre ? Justifiez votre réponse en citant le texte.