Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
< LISTE DES EXERCICES

Étude de texte – Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945

1
2
3
4
5
Énoncé

« En réalité, la délibération suit la décision, c’est ma décision secrète qui fait paraître les motifs et l’on ne concevrait pas même ce que peut être la force d’un motif sans une décision qu’il confirme ou contrarie. Quand j’ai renoncé à un projet, soudain les motifs que je croyais avoir d’y tenir retombent sans force. Pour leur en rendre une, il faut que je fasse l’effort de rouvrir les temps et de me replacer au moment où la décision n’était pas encore prise. Même pendant que je délibère, c’est déjà par un effort que je réussis à suspendre le temps, à maintenir ouverte une situation que je sens close par une décision qui est là et à laquelle je résiste. C’est pourquoi si souvent, après avoir renoncé à un projet, j’éprouve une délivrance : “Après tout, je n’y tenais pas tant…”, il n’y avait débat que sous la forme, la délibération était une parodie, j’avais déjà décidé contre. On cite souvent comme un argument contre la liberté l’impuissance de la volonté. Et en effet, si je peux volontairement adopter une conduite et m’improviser guerrier ou séducteur, il ne dépend pas de moi d’être guerrier ou séducteur avec aisance et “naturel” c’est-à-dire de l’être vraiment. Mais aussi ne doit-on pas chercher la liberté dans l’acte volontaire, qui est, selon son sens même, un acte manqué. Nous ne recourons à l’acte volontaire que pour aller contre notre décision véritable, et comme à dessein de prouver notre impuissance. Si nous avions vraiment assumé la conduite de guerrier ou de séducteur, nous serions guerrier ou séducteur. »

Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945

Pourquoi Merleau-Ponty parle-t-il de « décision secrète » ?