Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
< LISTE DES EXERCICES

Le comique de la farce

1
2
3
4
5
Énoncé

« SCAPIN :
Cachez-vous. Voici un spadassin qui vous cherche. (En contrefaisant sa voix.) ‟Quoi ? Jé n’aurai pas l’abantage dé tuer cé Geronte, et quelqu’un par charité né m’enseignera pas où il est ?” (À Géronte avec sa voix ordinaire.) […] Ne vous montrez pas. (Tout le langage gascon est supposé de celui qu’il contrefait, et le reste de lui.) ‟Oh, l’homme au sac !” Monsieur. ‟Jé té vaille un louis, et m’enseigne où put être Géronte.” Vous cherchez le seigneur Géronte ? ‟Oui, mordi ! Jé lé cherche.” Et pour quelle affaire, Monsieur ? ‟Pour quelle affaire ?” Oui. ‟Jé beux, cadédis, lé faire mourir sous les coups de vaton.” Oh ! Monsieur, les coups de bâton ne se donnent point à des gens comme lui, et ce n’est pas un homme à être traité de la sorte. […] ‟Est-ce que tu es des amis dé cé Geronte ?” Oui, Monsieur, j’en suis. ‟Ah ! Cadédis, tu es de ses amis, à la vonne hure.” (Il donne plusieurs coups de bâton sur le sac.) ‟Tiens. Boilà cé que jé té vaille pour lui.” Ah, ah, ah ! Ah, Monsieur ! Ah, ah, Monsieur ! Tout beau. Ah, doucement, ah, ah, ah ! ‟Va, porte-lui cela de ma part. Adiusias.” Ah ! Diable soit le Gascon Ah ! (En se plaignant et remuant le dos, comme s’il avoit reçu les coups de bâton.)

GÉRONTE, mettant la tête hors du sac :
Ah ! Scapin, je n’en puis plus !

SCAPIN :
Ah ! Monsieur, je suis tout moulu, et les épaules me font un mal épouvantable. »

Molière, Les Fourberies de Scapin, acte II, scène 3, 1671

Dans cet extrait, combien de personnages sont sur scène ? Combien sont visibles du spectateur ? Justifiez votre réponse.