Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Plaire et instruire au XVIIe siècle : les Fables de La Fontaine

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

  • Louis XIV encouragea le développement des arts et des lettres, afin d'accroître le rayonnement de son règne, et de laisser une trace dans l’Histoire. Il permit ainsi l’apparition du classicisme, une littérature mondaine appelée également littérature courtisane.
  • Cette littérature est créée par la noblesse pour la noblesse. Elle est lue par l’aristocratie qui gravite à la cour du roi.
  • Le but est de divertir et d’amuser la noblesse. Il ne s’agit pourtant pas de simples jeux littéraires puisque de grands auteurs de cette période ont marqués l’histoire de la littérature à travers leurs créations, tel Jean de La Fontaine.

Caractéristiques générales des Fables de La Fontaine

Jean de la Fontaine

  • Naît en 1621 dans la petite noblesse de province. En 1658, il hérite de la charge de Maître des eaux et forêts à la mort de son père.
  • Il possède donc une grande compréhension de la nature, et des connaissances de la vie paysanne, des animaux sauvages et domestiques.
  • Cela explique en partie le rôle décisif des personnes du milieu rural dans l’œuvre du poète.
  • 1658 : Installé à Paris, il est remarqué par Fouquet, qui va devenir son mécène et lui permettre de vivre de sa plume.
  • 1661 : Fouquet est arrêté, et condamné à la perpétuité. La Fontaine est alors écarté de l’entourage du roi, et décide d’exprimer son indignation à travers la fable.
  • Cet événement permet de comprendre la récurrence du thème de la perversion liée au pouvoir, qui revient sans cesse dans ses fables, et qui lui permet de dénoncer la noblesse hypocrite. À travers la figure du lion ou du loup, il dénonce l’autoritarisme et les injustices des plus puissants.
  • Exemple : « Le loup et l’agneau » : « La raison du plus fort est toujours la meilleure ».
  • Parution de son premier recueil : 1668. Il est intitulé Fables choisies, mises en vers. Il est composé de six livres qui comportent 124  fables. Le recueil permet à La Fontaine de remporter un grand succès auprès de la noblesse et de la bourgeoisie cultivée. Suit un deuxième recueil de 5 livres en 1679, puis un dernier en 1694, un an avant sa mort.
  • La biographie et la bibliographie de l’auteur sont donc étroitement mêlées.

Les Fables

  • La présence d’animaux définit le genre des Fables.
  • Le monde animal est présenté de façon à amuser le lecteur, à travers des portraits vifs et sur un ton enjoué.
  • Il a un souci du détail significatif, qui donne une expressivité forte à ses descriptions brèves et légères : « héron au long bec emmanché d’un long cou ».
  • Le monde animal pour La Fontaine est un réservoir de symboles populaires qui permet d’associer à chaque espèce un trait de caractère humain (renard = ruse ; lion = orgueil ; âne = sottise).
  • Les animaux et leurs conduites revêtent des apparences humaines (discours, passions, vices et vertus). On parle d’anthropomorphisme.
  • L’univers des Fables est donc hautement fantaisiste, avec un style servi par un rythme poétique qui varie sans cesse, ce qui permet de préserver le lecteur de l’ennui.
  • En bref :
  • La présence d’animaux permet de distraire le lecteur.
  • La portée morale et critique des fables est un élément essentiel.

Les Fables, une œuvre argumentative

  • Créateur de la fable : Ésope, au VIIe avant J.-C. Contrairement à La Fontaine, il composait en prose.
  • Les deux contenus sont cependant très similaires.
  • Le caractère bref et direct ainsi que les animaux personnifiés proviennent d’Ésope.
  • La Fontaine s’est également inspiré du poète latin Phèdre.
  • Phèdre et Esope ont définis les objectifs argumentatifs de la fable que La Fontaine a repris plus tard.
  • Les Fables appartiennent au genre de la poésie didactique. L’auteur explique dans le paratexte du recueil de 1668 qu’il a écrit ces fables pour édifier et éduquer les lecteurs.
  • Recours à la fiction dans les Fables = stratégie. En effet, les histoires empêchent l’ennui, frappent l’imagination et permettent d’assimiler plus facilement les principes enseignés.
  • Fable : deux parties distinctes :
  • partie narrative ;
  • partie prescriptive (enseigne une morale et est placée au début ou à la fin de la fable).
  • La Fontaine explique l’importance de ces deux parties dans un même texte dans « Le pâtre et le lion ». Il ne souhaite donc pas « conter pour conter ».
  • Lorsque la morale n’est pas explicite, la fable s’apparente alors à un apologue (assez rare chez La Fontaine), comme dans « Le loup et le chien ».
  • Il permet de saisir une idée abstraite ou une vérité générale en incitant l’esprit à fournir un travail d’intelligence. La lecture de la fable est donc une lecture active.