Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

L'épreuve orale de rattrapage en SVT
Fiche méthode BAC

Introduction :

L'épreuve orale de rattrapage du baccalauréat pour la SVT a lieu lorsque la note minimale pour être admis n’a pas été atteinte. Cette épreuve permet donc de rattaper les points non acquis. Cette évaluation se déroule lors d’un oral de 40 minutes en deux parties.

Ces deux parties évaluent les connaissances des candidats, leur capacité à restituer de manière organisée ces connaissances ainsi qu’à argumenter à l’oral.

Informations générales

Durée Notation Coefficient
40 mn / 20 points 6 ou 8 (spécialité)

L'examen oral de rattrapage du baccalauréat en SVT se déroule en deux parties :

  • Première partie : une préparation de 20 minutes ;
  • Deuxième partie : un oral de 20 minutes.

Deux sujets sont proposés au candidat, qui choisit celui qu'il devra réaliser. Ce sujet porte sur un des chapitres vus durant l'année de Terminale. Si le candidat a choisi SVT en enseignement de spécialité, un de ces deux sujets portera sur le programme de la spécialité.

Le sujet peut être constitué de questions de cours pures ou de questions portant sur des documents, bien souvent, une question globale est posée au candidat, à laquelle il devra répondre en s'appuyant en partie sur les documents qui lui sont proposés. Les connaissances du cours et les compétences méthodologiques du candidat sont ainsi évaluées de manière égale (10 points sur les connaissances - 10 points sur les compétences méthodologiques).

L'oral ayant lieu en salle de travaux pratiques de SVT, du matériel utilisé au cours de l'année est disposé dans la salle d'examen, il peut ainsi être utilisé par le candidat (oralement seulement : on ne fera pas de manipulations pendant l'oral) et faire l'objet de questions de la part de l'examinateur.

Réussir la phase de préparation (20 minutes)

Dans un premier temps il est important de bien comprendre la question qui est posée pour éviter le hors sujet. En effet, le stress pousse certains candidats à simplement retranscrire ce qui a été fait en cours sans tenir vraiment compte de la question de l'oral.

Lors de la phase de préparation, réaliser un brouillon contenant le plan avec ses parties (et sous-parties) ; dans ce plan, intégrer le(s) document(s) en fonction des informations qu'il(s) apporte(nt) pour répondre au sujet. Pour cela, il est indispensable de décrire les documents avant de les exploiter, en identifiant le type de document (texte, graphique, résultat d'une expérience, etc…), et l'utiliser en fonction de son intérêt pour répondre à la question posée.

bannière attention

Attention

  • Ne pas écrire tout ce qui sera dit à l'examinateur, mais seulement des mots clés permettant de suivre le cheminement de la réponse (le temps de préparation est trop cours pour cela).
  • La phase de préparation passe très vite, il faut bien gérer son temps.
  • Si le temps le permet, ne pas hésiter à faire un schéma bilan pour illustrer la réponse.

Réussir la partie orale (20 minutes)

Suite à la phase de préparation, le travail réalisé est présenté à l'examinateur pour répondre au problème posé. Pour cela, commencer par reformuler le problème posé pour montrer qu'il a bien été identifié et compris. Puis, exposer oralement la réponse au problème de manière logique et structurée, sans se précipiter.

Ainsi, dans un premier temps il est possible de s'appuyer sur les documents en les présentant de manière précise, d'y extraire les informations permettant de répondre au problème posé. Il faut également inclure dans la réponse, les manipulations possibles avec les outils de manipulation utilisées en travaux pratiques à disposition dans la salle, décrire dans quel but ces outils seront utilisés et ce que la manipulation pourrait apporter comme réponse au problème.

Dans un second temps, apporter les connaissances personnelles du cours, qui compléteront l'apport des documents pour répondre au problème. L'examinateur pourra poser des questions sur les connaissances du candidats sur le sujet, sur les documents (s'ils sont mal exploités), ou sur les outils de manipulation dans la salle (si le candidat ne le fait pas).

Il pourra également poser des questions en guise d'aide pour le candidat, dans le cas ou tout le sujet n'aurait pas été exploré assez par ce dernier.

Astuces et bons conseils

  • Pour les révisions avant l’oral : ((bulle, 1))

  • Commencer à réviser les cours dès la fin des écrits.((fleche))

  • Réviser en priorité les chapitres qui n'ont pas été maîtrisés au cours de l'année car tous peuvent faire l'objet d'un oral.((fleche))

  • Pour le jour de l’oral : ((bulle, 2))

  • Avoir une tenue correcte est conseillé.((fleche))

  • Avoir une attitude positive et une volonté de bien faire tout au long de l'examen sont des atouts non négligeables pour les candidats.((fleche))

  • Toujours répondre au problème posé à l'examen et ne pas restituer simplement le cours, la question peut porter sur le même sujet sans pour autant être exactement la même que celle vu en cours.((fleche))

  • Les documents utilisés au cours de l'examen sont toujours très proches voir similaires à ceux utilisés en cours, il ne seront donc pas inconnus.((fleche))

  • Ne pas hésiter à donner des exemples de manipulations possibles avec le matériel exposé dans la salle d'examen.((fleche))

  • Si le candidat est en difficulté, l'examinateur posera des questions. Il est important d'être attentif à celles-ci pour exploiter les aides fournies et entamer un dialogue.((fleche))

  • Pendant l'exposé, éviter les temps de pause ou de silence trop long, mais ne pas se précipiter non plus. Gérer son temps de paroles fait donc partie de l'examen.((fleche))