Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Sujet bac ES - Annale SES 2016 - spécialité économie approfondie
Fiche annale

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

SESSION 2016

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ

Économie approfondie

Série : ES

Durée de l’épreuve : 1 heure – Coefficient : 2

L’usage de la calculatrice est interdit.

Le candidat traitera, au choix, l’un des deux sujets suivants.

Il est demandé au candidat de répondre à la question posée par le sujet :

  • en construisant une argumentation ;
  • en exploitant le ou les documents du dossier ;
  • en faisant appel à ses connaissances personnelles.

II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

SUJET A

Ce sujet comporte deux documents.

Pourquoi la politique de la concurrence est-elle nécessaire ?

DOCUMENT 1

La Commission a constaté que les opérateurs de téléphonie mobile facturaient trop cher les appels provenant des réseaux des autres opérateurs […]. En 2009, elle a ordonné aux régulateurs européens des télécommunications de veiller à ce que ces tarifs de connexion soient basés sur leur coût réel. L'objectif était d'éliminer les distorsions de prix entre les opérateurs dans l'ensemble de l'Union européenne (c'est-à-dire les variations de prix ne pouvant se justifier par des différences de coûts, de réseaux ou de caractéristiques nationales), de baisser les prix des appels vocaux […], et de permettre ainsi aux entreprises et aux consommateurs de réaliser au moins 2 milliards d'euros d'économies d'ici 2012. Ces variations de prix profitaient principalement aux grosses entreprises de téléphonie mobile déjà établies, au détriment des opérateurs plus modestes et des opérateurs de lignes fixes, et décourageaient l'entrée de nouveaux acteurs sur le marché. Elles empêchaient également des investissements essentiels, par exemple pour passer aux réseaux internet à haut débit, et nuisaient au développement de services novateurs, comme les produits intégrant la téléphonie fixe et mobile et les offres téléphoniques groupées à prix compétitifs.

Source : Commission européenne (www.ec.europa.eu).

DOCUMENT 2

Évolution du prix des forfaits et cartes prépayées de téléphonie mobile (en indice)

Alt texte Évolution du prix des forfaits et cartes prépayées de téléphonie mobile (en indice)

Source : Autorité de régulation des communications téléphoniques (www.arcep.fr), 2014.

SUJET B

Ce sujet comporte deux documents.

La globalisation financière a-t-elle supprimé l’intermédiation financière ?

DOCUMENT 1

Dans les années 1980, tous les pays industrialisés connaissent un déclin de la finance intermédiée au profit de la finance directe. […]

Le mouvement de désintermédiation a toutefois été contrebalancé par deux tendances : l'apparition de nouveaux intermédiaires financiers (les investisseurs institutionnels*) et l'affirmation de la présence des banques sur le marché des titres. C'est donc plus précisément à un mouvement de désintermédiation / réintermédiation qu'on a assisté. […]

Le processus de « désintermédiation » correspond surtout à un déplacement du champ d'activité des intermédiaires financiers. Au-delà du phénomène de désintermédiation, une nouvelle forme d'intermédiation a pris place, dans un environnement caractérisé par une formidable croissance des activités de marché. En effet, l'ouverture et le décloisonnement des marchés ont certes provoqué un déclin relatif des crédits, mais, parallèlement, ils ont aussi offert aux banques un vaste champ d'investissements, les autorisant à intervenir davantage dans le financement de l'économie par achat de titres sur les marchés.

Source : « Trente ans de mutation financière », Nicolas COUDERC, Cahiers français, n° 357, juillet-août 2010.

* Organismes qui collectent l’épargne et la placent sur les marchés.

DOCUMENT 2

Financement des grandes entreprises françaises par type d’endettement (taux de croissance, en glissement annuel*, %)

Alt texte Financement des grandes entreprises françaises par type d’endettement (taux de croissance, en glissement annuel, %)

Source : L’évolution du financement des entreprises depuis 2007, Direction générale du Trésor, 23 septembre 2013.

* Chaque point de la courbe représente le taux de croissance depuis les 12 derniers mois.
Exemple : en janvier 2009, le financement des grandes entreprises françaises par recours à l’endettement sur les marchés était de 10 % supérieur à ce qu’il était en janvier 2008.