Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Sujet bac ES - Annale SES 2017 - Corrigé - Spécialité sciences sociales et politiques - Sujet A
Fiche annale

Sujet A
Pourquoi la parité entre femmes et hommes en politique est-elle difficile à atteindre ?

bannière astuce

Astuce

L’introduction doit être brève et présenter la définition des termes principaux, la reprise (ou reformulation) du sujet et l’annonce du plan.

« Sans contraintes, il n’y a pas de parité » selon un rapport du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes publié en 2017. Ce constat révèle la difficulté qu’ont les femmes à s’imposer en politique sur des fonctions exécutives où s’établissent le pouvoir et les hautes responsabilités. La parité hommes/femmes en politique concerne très souvent leur représentativité et la sous-représentation féminine. Comment expliquer que la parité soit si compliquée à mettre en œuvre ? Les débats sur les inégalités hommes/femmes et sur la parité politique demeurent récents. Les femmes souffrent de plus de nombreux stéréotypes. Enfin, une véritable parité passera par un cadre législatif beaucoup plus contraignant.

bannière astuce

Astuce

Dans le développement (2 à 4 parties), on appliquera la méthode AEI : j’affirme, j’explique, j’illustre. On veillera à insérer des transitions entre les parties.

En effet, l’histoire joue en la défaveur des femmes. Le débat sur la parité voit ses prémices seulement au début des années 1990. La première loi remonte à l’an 2000. Cette dernière souhaite garantir une véritable parité dans le domaine politique. Dans les faits, elle sera peu appliquée. Aujourd’hui, les femmes représentent moins de 30 % du total des députés siégeant à l’Assemblée nationale (document 1). La loi du 4 août 2014 traite pour la première fois des inégalités hommes/femmes sur tous les plans de la société et vise à tendre vers davantage d’égalité. Si des mesures sont prises pour progresser dans le sens d’une véritable parité politique, des stéréotypes restent encore lourdement ancrés.

Les clichés qui pèsent sur les femmes sont effectivement encore nombreux. Le rôle et la vision de la mère au foyer (même s’ils tendent à changer dans les mentalités) sont persistants. Les femmes peuvent encore parfois être vues comme étant incapables de prendre des décisions d’ordre majeur, car gouvernées par leur trop forte émotivité ou leur manque de fermeté (document 2). De la même façon, certains parlent d’autocensure pour expliquer que les femmes ont tendance à s’orienter vers des formations sociales, liées à l’éducation ou à la santé. De ce fait, elles seraient moins nombreuses que les hommes à être formées dans les fonctions politiques. La sous-représentation peut également être expliquée par un cadre législatif trop laxiste.

Les lois sur la parité pourraient être bien plus efficaces si elles étaient véritablement contraignantes. Si des lois sont édictées dans le sens d’une plus grande égalité hommes/femmes et donc d’une parité plus importante, encore faut-il que la non-application de ces dernières soit véritablement coercitive. Si le risque de sanction ne pèse pas assez dans la décision du non-respect de ce genre de lois, alors cela signifie que ce risque est trop peu conséquent. La loi de 2000 sur le scrutin proportionnel a, par exemple, entraîné des dérives puisque certains partis ont préféré payer une amende plutôt que d’opter pour la parité.

bannière astuce

Astuce

La conclusion fera apparaître la synthèse de vos arguments (brièvement) en répondant bien à la question posée.

Pour conclure, si la parité entre hommes et femmes est si difficile à atteindre, c’est que l’émancipation de ces dernières est encore récente et que les mentalités sur ce sujet sont encore partagées. Les femmes pâtissent également encore de nombreux stéréotypes qui pèsent sur elles. Enfin, les sanctions se révèlent mineures et encore trop peu dissuasives pour que la parité s’observe réellement.