Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Sujet bac ES/L - Annale histoire 2017 - Corrigé - Composition 2
Fiche annale

Composition d’histoire
Sujet 2 – La Chine et le monde depuis 1949

Analyse du sujet :

Le sujet reprend l’intitulé exact du thème abordé durant l’année. La Chine est donc abordée, dans sa relation avec le reste du monde, depuis l’arrivée des communistes au pouvoir jusqu’à nos jours. Il n’y a donc aucune nouveauté. Trois difficultés se présentent pourtant :

  • il faut avoir appris tout votre cours sinon vous ferez des impasses sur des éléments importants et la note s’en ressentira ;
  • en général les informations sur la Chine sont très nombreuses, car on retrouve ce pays dans plusieurs chapitres d’histoire mais aussi de géographie.
  • Ici, il faudra donc se limiter dans le développement pour tenir compte du temps imparti (environ 3 heures).
bannière astuce

Astuce

L’accroche est la première partie de l’introduction. Pour entrer dans le sujet, on peut donner une citation qui permet d’amener à la problématique.

Introduction

Le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la naissance de la République Populaire de Chine et annonce que « plus jamais les Chinois ne seront un peuple d’esclaves ». Ce discours marque donc le début de la construction de la puissance chinoise. Le 9 juin 2013, le président américain Barack Obama rencontre officiellement le président chinois Xi Jinping et précise que leur relation « est importante non seulement pour la prospérité de[s] deux pays, mais elle est aussi importante pour la région Asie-Pacifique, et donc pour le monde ». Les deux présidents discutent d’égal à égal.

Peut-on dire que la Chine, à l’issue d’un parcours très différent de celui des États-Unis, incarne désormais elle aussi cette notion de puissance ?

bannière astuce

Astuce

Le plan est annoncé sous la forme de quelques phrases permettant de relier de manière logique les différentes parties du raisonnement. C’est le seul moment du devoir où l’on a une vision d’ensemble de la logique de la composition :

À partir de 1949, la Chine s’appuie sur le grand frère soviétique avant de changer de voie et de se replier sur elle-même. C’est au cours des années 1970 que la Chine prend son essor, économique puis militaire avant de s’affirmer en tant que puissance durant les années 2000.

La Chine cherche son chemin du développement (1949–1976)

bannière astuce

Astuce

Il n’est pas obligatoire de numéroter les parties de la composition, ni même de mettre des titres aux parties et aux paragraphes. Seuls les sauts de lignes et les alinéas doivent permettre de se repérer dans la production. Ici le plan est numéroté afin de donner une vision claire du raisonnement suivi et de la structure du plan.

En 1949, la Chine communiste de Mao Zedong veut rattraper son retard de développement, et tente de développer la société chinoise en prenant appui sur le grand frère soviétique. La Chine signe donc une alliance militaire et économique avec Moscou en février 1950. C’est au nom de cette alliance que la Chine intervient à l’automne 1950 dans la guerre de Corée. Ce sont alors 700 000 « volontaires » chinois qui repoussent la coalition occidentale menée par les États-Unis. À Bandung en 1955, le premier ministre chinois Zhou Enlai souhaite faire participer la Chine aux affaires du monde. Cela dure cependant peu de temps.

Dans la deuxième moitié des années 1950, les relations entre l’URSS et la Chine se tendent. De plus, Mao lance le Grand Bond en avant en 1958 : les campagnes doivent assurer une production d’acier en plus de l’agriculture et accueillent des populations urbaines. Mais c’est une catastrophe qui fait entre 10 et 20 millions de morts. D’autre part, l’unité du tiers-monde ne tient pas. Après avoir envoyé ses troupes au Tibet dès 1949, la Chine écrase la contestation qui y était née en 1959. Cela entraîne le départ de 200 000 tibétains, dont le Dalaï Lama. Les relations avec l’Inde sont profondément marquées par la présence de la Chine à la proximité de sa frontière nord. La belle unité du début a disparu et la Chine se replie sur elle-même.

La Révolution culturelle (1966-70) est la reprise en main du Parti Communiste chinois par Mao Zedong qui veut renforcer son pouvoir. Avec les gardes rouges (jeunesses communistes), il lance une politique de remise en cause des valeurs traditionnelles et d’humiliation des élites. Le bilan de la révolution culturelle est lourd. Entre 10 à 20 millions de morts sont à dénombrer et l’économie chinoise enregistre un net recul. Pourtant, quand Deng Xiaoping présente à la tribune des Nations Unies la théorie des trois mondes, il considère son pays comme le leader du tiers monde et le porteur de la révolution communiste mondiale. Mais quand Mao décède en 1976, la Chine n’est pas ce pays développé dont rêvait le Grand Timonier. C’est une puissance pauvre qui n’a pas les moyens de ses ambitions, car elle est trop repliée sur elle-même.

L’ouverture encadrée de la Chine sur le monde (1976–1989)

En 1978, les États-Unis reconnaissent officiellement la Chine en tant qu’État à part entière et cette dernière signe un traité de paix et d’amitié avec le Japon. Tout cela contribue à un réchauffement des relations régionales. Tout commence en avril 1971, quand l’équipe américaine de ping-pong est invitée à se rendre en Chine. La « diplomatie ping-pong » porte ses fruits et le 27 avril de la même année, Mao annonce que Nixon « serait le bienvenu… et peu importe qu’il vienne en tant que touriste ou comme président ». En octobre 1971, la Chine continentale remplace Taïwan à l’ONU et récupère son siège au conseil de sécurité des Nations Unies avec le droit de véto associé. L’année suivante, en 1972, Nixon voyage en Chine et Pékin aide les États-Unis à la résolution de la guerre du Vietnam.

bannière astuce

Astuce

Citer des paroles de personnes célèbres ou ayant du pouvoir permet d’illustrer ses arguments en montrant que les connaissances vont plus loin que le cours de base.

À la fin des années 1970, Deng Xiaoping ouvre la Chine au monde. Cela se traduit par la mise en place de plusieurs réformes. Des Zones Économiques Spéciales (ZES) sont ouvertes dans le sud du pays. Autour du port de Hong Kong, les entreprises étrangères peuvent venir s’installer. Le développement des entreprises dans les ZES est aidé par la diaspora chinoise qui aide au financement. L’objectif recherché par la Chine est de bénéficier du savoir-faire occidental afin que la Chine puisse rattraper son retard industriel et économique à travers 4 modernisations : celles de l’agriculture, de l’industrie, de la défense et de la recherche. Pour cela, la loi de l’enfant unique est promulguée au début des années 1980 afin de permettre aux forces vives de la nation d’œuvrer au progrès en allant travailler !

À la fin des années 1980, les relations avec l’URSS se réchauffent, mais le communisme connaît dans son ensemble une remise en cause dans le monde. Des manifestations ont lieu sur la grande place Tian’anmen de Pékin et dans le pays. Deng Xiaoping décide de reprendre les choses en main. Dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 des chars d’assauts sont envoyés pour dégager la place. Il y eu des milliers de morts, des déportations et des exécutions. Des pays du bloc communistes dénoncent le comportement des étudiants et soutiennent la réaction du gouvernement chinois. À l’inverse, les Occidentaux mettent fin aux aides qu’ils apportaient à la Chine qui se trouve mise au ban des nations. Pourtant, c’est à partir de ce moment-là que la Chine prend son envol.

La Chine prend son envol (1989–2014)

La Chine devient le pays atelier du monde au cours des années 1990. Deng Xiaoping explique la notion d’économie socialiste de marché en disant que « peu importe qu’un chat soit blanc ou gris, pourvu qu’il attrape les souris ». Son approche est très pragmatique : seul le résultat compte, tant que le socialisme est là. La production augmente en même temps que l’enrichissement du pays et de la population. La Chine devient un acteur du monde notamment en Afrique où les autorités chinoises se sont rapprochées des gouvernements africains en signant divers contrats avec eux. Il s’agit pour la Chine de s’assurer un approvisionnement en ressources naturelles et en énergie mais aussi d’apporter des contrats aux entreprises avec des chantiers à réaliser, le tout permettant d’assurer son propre développement.

bannière astuce

Astuce

Construire un paragraphe se fait selon la grille suivante :

  • donner l’idée générale de ce que l’on va dire ;
  • poser ses arguments et ses exemples ;
  • faire le lien avec le paragraphe suivant.

Cette démarche est d’autant plus importante qu’il n’est pas possible de rédiger la composition au brouillon avant de la mettre dans sa copie : il faut rédiger tout de suite le développement au propre.

La Chine participe aux affaires du monde. En avril 1980, le pays entre à la Banque Mondiale puis au FMI. En 2001, il intègre l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le 15 juin 2001, 6 pays dont la Chine et la Russie créent l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) qui couvre plusieurs domaines : politique, économique, culturel, humanitaire et sécuritaire. Au cours des années 2000, la Chine obtient une reconnaissance internationale propre aux puissances mondiales. En 2008, les Jeux Olympiques ont lieu à Beijing. En 2010, Shanghai accueille l’Exposition universelle. Enfin, Shanghai accueille un salon automobile international tous les ans et depuis 2004, la ville est une étape de la compétition mondiale de formule 1.

La décennie des années 2010 marque un nouveau tournant avec les nouvelles routes de la soie qui relient la Chine et l’Europe par voie terrestre, et la Chine et l’Afrique avec le Moyen Orient par voie maritime. D’autre part, la Chine prolonge ses frontières maritimes vers le sud et revendique des territoires maritimes en mer de Chine méridionale. La Chine compte y exploiter les ressources naturelles qui se trouvent sous les fonds marins. L’archipel des Spratley devient donc un enjeu de même que d’autres plus petits territoires. Les tensions avec les pays voisins reviennent sur le devant de la scène, mais aussi avec l’Occident. La puissance de la Chine engendre des tensions régionales aux retombées parfois internationales.

Conclusion

En conclusion, depuis 1949 la Chine a développé et construit une puissance qui s’exprime dans divers domaines, lui donnant ainsi un rayonnement international. Son territoire, ses moyens financiers, économiques, militaires et diplomatiques lui permettent aujourd’hui d’être un acteur central dans le monde. La Chine incarne donc aujourd’hui cette notion de puissance. Mais cela implique de partager les responsabilités internationales qui lui incombent. Or selon certains occidentaux, les Chinois veulent bien disposer d’une puissance mais sans intervenir pour garantir l’ordre mondial, la libre circulation maritime, la stabilité monétaire et financière…
D’autre part, la puissance chinoise la rapproche rapidement de celle des Etats-Unis, ce qui fait que l’on parle de Chinamérique, un monde économique bipolaire organisé autour des États-Unis et de la Chine. Or, selon certains penseurs occidentaux, pour que l’économie et les relations internationales se stabilisent, il ne faut qu’un seul stabilisateur.

bannière astuce

Astuce

L’ouverture se présente sous la forme d’une question. Celle-ci peut très bien servir de problématique à un autre devoir :

Est-ce à dire que cette puissance chinoise pourrait nous faire entrer dans une nouvelle guerre froide et qu’un conflit entre les États-Unis et la Chine devient de plus en plus probable ?