Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L'analyse de corpus en seconde
Fiche méthode

Introduction:

L’analyse de corpus est une épreuve incontournable du bac anticipé de français de la classe de première. C’est un exercice de synthèse que l’on travaille dès la seconde. Il apparaît le jour de l’examen sous la forme d’une ou deux questions qui permettent de mettre en valeur sa connaissance des objets d’étude et sa capacité à établir des liens entre les différents documents proposés.

Cette étude préalable des textes donne par ailleurs des clefs et des pistes pour mieux aborder ensuite l’épreuve d’écriture donnée au choix entre commentaire, dissertation ou écriture d’invention.

L’épreuve 

Cette épreuve devra être traitée en une heure maximum afin de vous laisser le temps de travailler les exercices plus longs à traiter qui suivent. N’excédez pas une ou deux pages maximum et soyez le plus synthétique possible.

Il s’agit concrètement d’un ou deux questions visant à confronter deux, trois ou quatre textes entre eux. Voici quelques exemples de sujets :

  • « Ces trois textes développent-ils une même définition de la poésie ? »
  • « En quoi ces textes sont-ils des apologues ? »
  • « Quels sont les éléments communs aux trois textes ? »
  • « Quelles fonctions ces quatre auteurs donnent-ils au théâtre dans ces extraits ? »

Ces quatre questions invitent l’élève à mettre en valeur les similitudes et les oppositions entre les textes.

L’analyse de corpus devra obligatoirement comporter :

  • une introduction synthétique et précise ;
  • un développement structuré ;
  • une conclusion rapide.

Avant de rédiger

Il s’agit d’abord de lire les textes plusieurs fois et de vous assurer de les avoir bien compris, sans quoi vous risquez de passer à coté de ce qui vous est demandé. Posez-vous des questions sur chaque texte comme par exemple :

  • De quoi parle ce texte ?
  • Qui sont les personnages en présence ?
  • À quel genre et à quel registre appartient ce texte ?
  • Qui parle ? À qui ?

Lisez ensuite attentivement l’intitulé des questions posées et soulignez les mots-clefs. Essayez de les reformuler simplement si vous avez du mal à les comprendre.

À la lumière des mots que vous avez mis en valeur, relisez une dernière fois les textes et délimitez les passages qui vous semblent essentiels pour répondre au sujet.

En prenant en compte la question, notez scrupuleusement les ressemblances et oppositions des textes. Cette étape doit être impérativement notée au brouillon pour ne pas oublier des idées au cours de la rédaction.

La rédaction

L’introduction

L’introduction doit être claire et concise. Commencez par présenter le corpus par une phrase type « Ce corpus est constitué de X textes », puis listez brièvement ces derniers en précisant à chaque fois le titre de l’œuvre dont le texte est extrait, son auteur, la date de publication et éventuellement le mouvement littéraire auquel il appartient. Donnez ensuite l’élément qui relie les textes (c’est souvent le thème qu’ils traitent), puis rappelez la question posée.

bannière exemple

Exemple

« Ce corpus est constitué de trois textes, extraits de Candide et du Dictionnaire Philosophique du célèbre penseur des Lumières Voltaire, publiés respectivement en 1759 et 1764, mais aussi de l’œuvre de Louis Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, parue en 1932. Ces trois textes proposent tous une critique acerbe de la guerre. Il s’agira de comparer précisément la stratégie argumentative proposée dans chacun d’entre eux. »

bannière attention

Attention

S’il y a deux questions, ne faites qu’une introduction pour les deux.

Le développement

Délimitez chaque idée par un paragraphe et explicitez-là systématiquement. Dès que vous avancez un argument, illustrez-le d’un exemple (citation, procédé ou mention précise d’un passage de texte). N’oubliez pas d’utiliser des connecteurs logiques qui permettent de souligner la progression de votre analyse.

bannière exemple

Exemple

Exemple de paragraphe : « Tout d’abord, on peut noter que Louis-Ferdinand Céline et Voltaire dénoncent la guerre en soulignant son caractère barbare et macabre. Tout au long du chapitre 3 de Candide par exemple, Voltaire emploie un champ lexical de la violence avec des termes comme « boucherie » , « coups » , « égorger » ou encore « jambes coupées » pour marquer l’imaginaire du lecteur. Dans sa lignée, Céline utilise de fortes modalités exclamatives et interrogatives pour témoigner du choc de Bardamu face à une scène de massacre. »

La conclusion

Concluez votre analyse par un bilan de ce que vous avez mis en lumière et donnez une réponse précise et concise à la question initiale.

Les erreurs à éviter

  • Le catalogue d’idées :

Il ne s’agit pas de traiter les textes les uns après les autres sans les mettre en relation, sans quoi l’épreuve n’a plus de sens.

  • Un langage peu élégant :

Attention à la langue employée, votre vocabulaire doit être correct et vous devez bannir toute abréviation qui ne convient en aucun cas à un exercice de rédaction.

  • La désignation alphabétique des textes :

Lorsque vous parlez des textes, ne dites pas « texte A » « texte B », etc. mais utilisez les titres des œuvres. Cela correspond davantage à l’exercice qui est avant tout littéraire et vous permet aussi d’éviter les éventuelles confusions entre les textes.

  • Une présentation brouillonne :

Soignez votre copie. On ne le répétera jamais assez, une copie aérée et propre est mieux perçue par le correcteur, elle facilite sa lecture et donc son évaluation de votre travail. Faites des paragraphes et des alinéas pour souligner le cheminement de votre réflexion.