Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Sujet bac STMG - Annale philosophie 2015
Fiche annale

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

SESSION 2015

PHILOSOPHIE

Série STMG

Durée de l’épreuve : 4 heures – coefficient : 2

L’usage des calculatrices est interdit.

Vous traiterez l’un des trois sujets suivants :

1er sujet

La culture fait-elle l’homme ?

2e sujet

Peut-on être heureux sans être libre ?

3e sujet

La règle par où nous nous conduisons communément en nos raisonnements, est que les objets dont nous n’avons pas l’expérience ressemblent à ceux dont nous l’avons ; que ce que nous avons vu être le plus ordinaire est toujours le plus probable ; et que, lorsqu’il y a opposition des arguments, nous devons donner la préférence à ceux qui se fondent sur le plus grand nombre d’observations passées. Mais quoique, en procédant selon cette règle, nous rejetions promptement tout fait insolite et incroyable à un degré ordinaire, pourtant, en avançant davantage, l’esprit n’observe pas toujours la même règle : lorsque quelque chose est affirmé de suprêmement absurde et miraculeux, il admet d’autant plus promptement un tel fait, en raison de la circonstance même qui devrait en détruire l’autorité. La passion de surprise et d’émerveillement qui produit des miracles, étant une agréable émotion, produit une tendance sensible à croire aux événements d’où elle dérive.

Hume, Enquête sur l’entendement humain (1748)

Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d’abord étudié dans son ensemble.

1- Donner la thèse du texte et les étapes de son argumentation.

2- Expliquer :

a) « nous devons donner la préférence à ceux qui se fondent sur le plus grand nombre d’observations passées » :

b) « il admet d’autant plus promptement un tel fait, en raison de la circonstance même qui devrait en détruire l’autorité ».

3- La force d’une croyance se fonde-t-elle nécessairement sur l’expérience ?