Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Comment l'État-providence contribue-t-il à la cohésion sociale ?

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Objectifs

  • Comprendre pour quelles raisons la cohésion sociale est fragilisée aujourd’hui.
  • Définir comment l’État intervient pour favoriser la cohésion sociale.

Définitions à connaître : processus de désaffiliation, disqualification sociale, État-providence, État-gendarme, logique assurantielle, logique assistancielle, risque social, solidarité, redistribution, pauvreté, discrimination, discrimination positive.

Les éléments qui fragilisent la cohésion sociale

  • La cohésion sociale implique l’existence chez l’individu d’un sentiment d’appartenance à un groupe et donc une intégration de celui-ci au groupe.
  • Robert Castel met l’accent sur deux sources de lien social : les relations de proximité et le travail. En combinant ces deux sources de lien social, Castel distingue trois types de cohésion sociale : l’intégration, la vulnérabilité sociale et la désaffiliation.
  • Selon Serge Paugam, les personnes dont la situation sociale est instable (précarité, pauvreté, affaiblissement des liens sociaux) rentrent dans un processus de disqualification sociale.

L’intervention de l’État pour favoriser la cohésion sociale

La naissance de l’État-providence

  • À la fin du XIXe siècle en Allemagne apparaît le premier système de protection sociale, le système bismarckien : la protection sociale est assurée seulement pour ceux qui exercent une activité professionnelle (logique assurantielle).
  • Le second modèle de protection sociale apparaît en Angleterre au XXe siècle, le système beveridgien (logique assistancielle).
  • La protection sociale française mêle ces deux modèles.

Les missions de l’État-providence

  • Au travers de la protection sociale, l’État s’appuie sur la solidarité nationale pour garantir une solidarité intergénérationnelle (prestations de retraite) et intragénérationnelle (prestations chômage).
  • Le système français permet également de réduire les inégalités grâce à la redistribution.
  • L’État français lutte contre la pauvreté et l’exclusion (RSA), et contre les discriminations (politiques de discrimination positive).