Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Entreprise, institution, organisation

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

L’entreprise est le lieu de production de biens et de services qui seront vendus sur le marché. Mais l’entreprise est également le lieu où se nouent des relations sociales entre les membres qui la composent. Ces relations peuvent permettre à l’entreprise d’améliorer sa productivité, ou avoir l’effet inverse lorsque des conflits entre les membres surviennent.

Ce cours va nous permettre de porter un autre regard sur l’entreprise en analysant les acteurs qui y participent et sa forme d’organisation. Puis nous verrons quelles relations peuvent naître de l’interaction de ses membres. En effet, ceux-ci peuvent soit coopérer, soit se trouver dans une situation de conflit.

Les différents acteurs de l’entreprise

L’objectif des entreprises est la production de biens et services afin de pouvoir dégager un bénéfice.

Dans l’activité productive interviennent différents acteurs :

  • les actionnaires : ils apportent des capitaux à l’entreprise et reçoivent des dividendes qui représentent une partie du bénéfice de l’entreprise. Les actionnaires se réunissent en assemblée générale une fois par an et jugent des résultats de l’entreprise ;
  • les administrateurs : ils ont pour fonction de contrôler la gestion de la direction et vérifient que les décisions prises sont conformes aux intérêts des actionnaires. Ils sont élus par les actionnaires ;
  • la direction : elle détermine la stratégie de l’entreprise et reçoit un salaire plus des primes en fonction des résultats de l’entreprise. Elle est nommée par le conseil d’administration. Le conseil d’administration est composé de personnes élues par l’assemblée générale et a pour fonction d’administrer la société ;
  • les cadres : ils travaillent et contrôlent les salariés d’exécution. Ils reçoivent un salaire ;
  • les salariés d’exécution : ils travaillent pour réaliser la production de l’entreprise et reçoivent un salaire.

Les différents acteurs de l'entreprise ses première

  • La production de l’entreprise ne peut se réaliser que si l’ensemble des membres participe à l’objectif commun. Cependant, ces différents membres peuvent avoir des intérêts contraires.

Ainsi, en matière de partage des bénéfices, les intérêts des actionnaires peuvent diverger de ceux de la direction. En effet, les actionnaires peuvent souhaiter qu’une grande partie des bénéfices soit distribuée, ce qui augmente leurs revenus. La direction, elle, peut souhaiter investir une partie des bénéfices au lieu de les distribuer. En effet, en réalisant des investissements, la taille de l’entreprise peut augmenter ce qui peut avoir pour conséquence une augmentation de leur rémunération.

De plus, lorsque la taille de l’entreprise augmente, le personnel nécessaire augmente également, et la répartition des tâches devient plus précise. Cela peut comporter un risque de cloisonnement des différents services de l’entreprise. Ce cloisonnement peut rendre plus difficile la transmission de l’information entre les services, et donc entraîner une baisse de l’efficacité du système.

L’organisation hiérarchique de l’entreprise

Pour garantir l’efficacité de la production, l’entreprise doit opérer entre ses membres une division du travail. Cela signifie que les tâches sont séparées entre les différents acteurs en fonction de leur spécialisation.

bannière à retenir

À retenir

La divisons du travail implique aussi que l’entreprise doit mettre en place une structure hiérarchique qui va déterminer des positions de supériorité et d’infériorité entre les différents membres de la structure.

Cette structure hiérarchique crée des rapports de direction et de subordination entre les différents membres. La situation de subordination implique pour les individus que le supérieur hiérarchique a un pouvoir de contrôle, il peut imposer des ordres et sanctionner. Pour les travailleurs, la relation de subordination découle du contrat de travail, qui fixe leurs conditions de travail et leur rémunération.

Selon l’économiste anglais Ronald Coase, la hiérarchie permet la coordination des agents, de même que le système des prix permet leur coordination sur le marché. Selon lui, dans la relation de travail, l’entreprise achète les compétences du travailleur et les utilise en fonction de ses besoins. L’entreprise a recours au travail salarié car la coordination hiérarchique lui paraît plus avantageuse que la coordination par le prix sur le marché. En effet, si l’entreprise devait recourir constamment au marché pour s’offrir les services d’une personne pour chaque tâche, cela supposerai un coût : celui de la recherche du travailleur. En passant par une relation contractuelle stable (le contrat de travail), l’entreprise ne supporte ce coût qu’une seule fois, et utilise ensuite le travailleur pour différentes tâches durant le cours de l’exécution du contrat de travail La relation hiérarchique qui se crée permet à l’entreprise de modifier les tâches qu’exécute le salarié et la manière de faire, alors que sur le marché, cela supposerai de rechercher un nouveau travailleur à chaque changement.

La coopération dans l’entreprise

Pour atteindre ses objectifs, l’entreprise nécessite la collaboration de l’ensemble des membres qui la composent. Les différents agents doivent donc coopérer. En effet, l’entreprise est une structure dans laquelle a lieu une action collective organisée.

Cependant, pour les individus qui composent l’entreprise, cette collaboration n’est pas forcément évidente. En effet, comment l’entreprise peut-elle s’assurer que les salariés acceptent de suivre les ordres, qu’ils s’impliquent pleinement dans l’activité de l’entreprise ? Pour garantir la coopération des travailleurs et atteindre les objectifs, l’entreprise peut user de plusieurs moyens :

  • le contrat de travail : il définit des droits et des devoirs pour les salariés comme pour l’entreprise, et son non respect peut se traduire par un licenciement ou des poursuites ;
  • les gains à la coopération : les salariés peuvent retirer un gain particulier en fonction de leur implication dans l’activité de l’entreprise, comme par exemple une prime. De plus, l’entreprise peut décider d’offrir des services particuliers aux salariés qui trouveront dès lors leur appartenance à cette entreprise plus gratifiante, comme par exemple la création d’une crèche d’entreprise ;
  • la motivation personnelle : l’entreprise peut agir sur la motivation personnelle des travailleurs en leur donnant plus de responsabilités, en leur permettant de participer aux décisions de l’entreprise ou encore en leur montrant que leur travail a une vraie influence sur la bonne marche de l’organisation ;
  • l’esprit d’équipe : les salariés peuvent adhérer au projet de l’entreprise et se sentir membres d’une communauté particulière. La solidarité qui se crée entre les travailleurs permet d’améliorer leur efficacité.

Les conflits dans l’entreprise

Les conflits dans l’entreprise naissent de la divergence des intérêts des membres qui composent l’entreprise, principalement entre les salariés et l’employeur. Le principal conflit dans les entreprises porte sur le partage de la valeur ajoutée. La valeur ajoutée représente la valeur que l’utilisation des facteurs de production (capital et travail) permet d’apporter à l’entreprise.

Depuis les années 1980, la part des salaires dans la valeur ajoutée a diminuée au profit de l’augmentation des bénéfices distribués aux actionnaires.

La répartition de la valeur ajoutée avant et après les années 1980 ses première La répartition de la valeur ajoutée avant et après les années 1980

Un autre motif important de conflit dans l’entreprise est lié aux conditions de travail, c’est-à-dire à l’environnement dans lequel les travailleurs opèrent. Ce conflit peut porter sur la pénibilité au travail, sur les risques du travail, ou encore sur les rythmes de travail. Le conflit dans l’entreprise peut prendre deux formes :

  • avec arrêt du travail : il s’agit de la grève, c’est-à-dire la situation dans laquelle les travailleurs d’une entreprise ou de plusieurs entreprises décident de cesser leur activité. Cette action a pour objectif de faire pression sur l’entreprise pour qu’elle accepte les revendications des travailleurs. En effet, en cessant de travailler, les travailleurs arrêtent ou diminuent l’activité de l’entreprise, ce qui peut avoir des conséquences sur les bénéfices qu’elle réalisera. Mais la grève représente également un rapport de force, dans la mesure où, pendant le temps de la grève, le travailleur gréviste ne reçoit pas de salaire ;
  • sans arrêt du travail : dans cette situation les travailleurs manifestent leurs points de désaccord avec l’employeur tout en continuant à travailler.

La résolution des conflits dans l’entreprise peut faire intervenir différents acteurs : les syndicats, les délégués du personnel et le conseil de prud’hommes.

bannière definition

Définition

Syndicats :

Organisations de travailleurs qui ont pour mission de défendre les intérêts de leurs membres. Ils ont pour rôle la représentation des syndiqués et la négociation avec les pouvoirs publics. Leur intervention, notamment lors de négociations collectives, permet de garantir un certain nombre de droits aux travailleurs, par exemple en ce qui concerne les salaires ou les conditions de travail.

bannière definition

Définition

Délégués du personnel :

Travailleurs qui ont pour rôle la représentation de leurs collègues devant la direction de l’entreprise.

bannière definition

Définition

Conseil de prud’hommes :

Juridiction compétente en première instance pour les litiges liés au contrat de travail. Elle a une composition paritaire entre représentants des travailleurs et des employeurs.

Conclusion :

L’entreprise base son organisation sur la hiérarchie qui permet à l’entreprise de réaliser de manière efficace la division du travail, source de productivité. Cette organisation repose sur la collaboration de l’ensemble de ses membres dans la poursuite de l’objectif commun. L’entreprise s’assure de la coopération de ses membres au travers de différents moyens, ce qui montre que la coopération n’est pas forcément volontaire de la part des individus. En effet, en fonction des circonstances, des conflits peuvent naître entre les membres de l’entreprise.