Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La perception visuelle

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Définitions à retenir : cellules photoréceptrices, cône, bâtonnet, neurone bipolaire, excentricité, fovéa, point aveugle, seuil de sensibilité, pigment photorécepteur, opsine, trichromate.

Organisation de l’œil

  • Le globe oculaire est entouré de trois membranes :
  • La sclérotique est l’enveloppe externe qui forme la cornée vers l’avant de l’œil ;
  • La choroïde est une enveloppe noire richement vascularisée qui forme l’iris vers l’avant qui est transpercé par la pupille ;
  • La rétine est la partie sensible de l’œil et se prolonge par le nerf optique.
  • Derrière la pupille on trouve le cristallin qui peut se déformer afin d’accommoder l’image. L’humeur aqueuse est une substance fluide qui se trouve entre la cornée et le cristallin tandis que l’humeur vitrée est une substance gélatineuse placée à l’arrière du cristallin et qui plaque la rétine contre la choroïde.
  • La rétine fait partie de l’œil mais fait également partie du cerveau. Il s’agit de la partie sensible de l’œil car elle comporte de nombreux récepteur sensibles à la lumière appelés cellules photoréceptrices.

Organisation de la rétine

  • Juste au-dessus de la choroïde on trouve des cellules pigmentaires surmontées par des photorécepteurs.
  • Les cellules photoréceptrices de la rétine sont de deux sortes :
  • les cônes ;
  • les bâtonnets.

Les zones remarquables de la rétine

  • Le départ du nerf optique est une zone bien particulière de la rétine encore appelée le point aveugle. Au niveau du point aveugle, il n’y a pas de cellules photoréceptrices.
  • L’autre zone remarquable de la rétine est la fovéa. Au niveau de la fovéa il n’y a pas de bâtonnets mais il y a plus de cônes que n’importe où ailleurs sur la rétine.

Les photorécepteurs de la rétine et pigments visuels

  • À la base de la rétine, ce sont les cellules photoréceptrices qui sont constituées de cellules spécifiques qui sont sensibles à la lumière.
  • Il existe deux types de cellules photoréceptrices qui ne réagissent pas de la même manière : les cônes et les bâtonnets.
  • Les cellules photoréceptrices contiennent des pigments photorécepteurs appelés opsines.
  • L’étude des gènes codants pour les opsines a permis de confirmer que l’Homme est un primate.