Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Le peuplement d’un milieu

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Interactions entre les êtres vivants et leur environnement

  • Pour caractériser un environnement il est possible de réaliser les mesures de paramètres physiques au cours du temps. Celles-ci comprennent le relevé des températures, le degré d’humidité et la mesure de la luminosité par un luxmètre.
  • Dans un environnement comme la prairie, on distingue différentes zones dans lesquelles les animaux se répartissent ;
  • nous pourrons observer des espèces aimant les milieux à faible luminosité et plus humides ;
  • d’autres espèces préférant la chaleur et les zones lumineuses occuperont les zones ensoleillées de la prairie ;
  • certains restent au sol d’autres s’installent plutôt dans les arbres ;
  • Ainsi, les êtres vivants s’établissent dans un endroit parce qu’il leur offre des conditions de vie qui leur conviennent.

Les êtres vivants établissent des relations avec leur environnement à différents niveaux :

  • en prélevant de la matière et de l’énergie pour leurs besoins vitaux ;
  • en rejetant de la matière et de l’énergie ;
  • en modifiant l’environnement par des galeries souterraines ou en créant des éboulements et des avalanches.
  • Entre eux aussi, les êtres vivants vont établir des relations de différents types : des relations alimentaires, de compétition ou de protection.
  • L’ensemble des chaînes alimentaires forme un réseau alimentaire.
  • L’ensemble de ces êtres vivants, les relations entre eux et avec l’environnement constitue l’écosystème.

Les perturbations naturelles de l’environnement

  • Parce qu’il entretient des relations avec l’environnement, le peuplement est affecté par les changements de saisons et tout l’écosystème se modifie.
  • En hiver, les végétaux ne sont plus une source alimentaire pour les animaux comme en été et ne leur offrent plus la même protection.
  • De nombreuses espèces animales veulent échapper au froid. Ainsi, des oiseaux choisissent de quitter leur milieu et migrent vers l’Afrique. D’autres hibernent et s’enterrent dans le sol à l’abri du gel, ou se mettent sous un tas de bois dans les feuilles.
  • Ceux qui restent doivent s’adapter aux changements et changer de régime alimentaire, ou même changer de forme.
  • Dès l’année suivante on retrouvera les mêmes espèces qu’auparavant parce qu’elles reviennent de migration ou sortent d’hibernation.
  • La biodiversité d’un écosystème évolue donc au cours des saisons.