Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le travail, facteur d'intégration sociale

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/2
0 / 10
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Objectif

  • Comprendre le rôle du travail comme facteur du processus d’intégration sociale.

Définitions à connaître : disqualification sociale, travailleurs pauvres, trappe à l’inactivité.

L’emploi, une priorité politique et sociale

Le travail, élément clef de l’intégration sociale

  • Le travail permet de participer à la société de consommation :
  • le revenu permet de satisfaire besoins primaires et secondaires ;
  • il génère également de la reconnaissance sociale ;
  • il permet d’accéder à une normalité sociale ;
  • il participe au brassage social et culturel ;
  • il est source de droits sociaux et collectifs.

L’importance des politiques publiques

Les politiques publiques peuvent être :

  • actives :
  • en incitant l’offre à répondre aux attentes des employeurs (formation, accompagnement…) et à se remettre au travail malgré des conditions peu avantageuses (prime pour l’emploi) ;
  • en poussant la demande à embaucher (exonérations fiscales, subventions, contrats aidés) ;
  • passives :
  • en réduisant l’offre de travail (indemnités de chômage, dispositifs de préretraites, encouragement aux congés parentaux).

Les défis des politiques de l’emploi

Les enjeux liés aux évolutions du travail

  • Les politiques publiques ont également dû s’adapter aux modifications du marché du travail :
  • le développement du salariat ;
  • la tertiarisation ;
  • la précarisation.
  • Les évolutions des formes et des modalités d’emploi font ainsi peser un vrai risque d’insécurité sociale qui freine la participation des individus à l’instance d’intégration décisive qu’est le travail.

Quelle efficacité des politiques publiques ?

  • Les politiques publiques en faveur de l’emploi, si elles se sont développées avec les évolutions du marché du travail, n’ont pas permis d’endiguer ni la production du chômage, ni la hausse de la pauvreté.
  • Ces politiques de l’emploi ont donc des limites, qui sont sources de différents débats :
  • entre les politiques keynésiennes et néoclassiques ;
  • entre politiques actives et politiques passives.