Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les espaces productifs : la France des services

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/2
0 / 10
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

La France est divisée en trois secteurs productifs, c’est-à-dire trois secteurs qui forment différents types d’activités économiques. Ces trois secteurs sont l’agriculture, l’industrie et les services. L’un des espaces productifs français est le secteur tertiaire – c’est-à-dire que sur certains espaces géographiques, on produit un certain type d’activités économiques. Le secteur tertiaire recouvre une variété d’activités comme le commerce, l’administration, les transports ou l’éducation. Il s’agit donc du secteur économique qui produit des services. Contrairement aux deux premiers, la part de ce secteur n’a cessé d’augmenter depuis les années 1960, à tel point qu’il représente désormais le cœur de l’économie française.

En France, le secteur des services regroupe 75 % de la population active. Il produit les 2/3 de la richesse du pays.

Afin de comprendre comment et pour quelles raisons cet espace productif est parvenu à avoir cette importance, nous allons étudier tout d’abord l’exemple de l’aménagement des côtes languedociennes. Nous présenterons ensuite l’espace des services de manière générale, puis nous terminerons ce cours par une présentation des défis qui l’attendent.

Étude de cas : l’aménagement de la côte languedocienne

Le littoral languedocien accueille chaque année des millions de touristes venus du monde entier. Afin de faire face à cette demande, les côtes ont été aménagées à partir des années 1960. Cet aménagement a fait l’objet de nombreuses polémiques et reflète les nombreux défis de l’espace productif des services en France, et plus particulièrement le secteur du tourisme.

Jusqu’à son aménagement, le littoral du Languedoc n’était pas apte à recevoir des touristes. Les côtes étaient occupées par de nombreux marécages, remplies de moustiques. Pour ces raisons, les côtes ne possédaient pas d’infrastructures. L’État a donc pris en charge l’aménagement par l’intermédiaire de deux actions principales :

  • l’assainissement de la côte ;
  • la construction de logements destinés au tourisme.

Sept stations balnéaires ont ainsi été construites : Port-Camargue, La Grande-Motte, Cap d’Agde, Gruissan-Plage, Port-Leucate, Port-Barcarès et Canet-Saint-Cyprien.

Toutefois, l’aménagement des côtes n’a été qu’un demi-succès. Même si les infrastructures permettent d’accueillir chaque été un tourisme de masse (il représente environ quatre millions de personnes par an), l’aménagement des côtes languedociennes a causé de sérieux problèmes environnementaux. La bétonisation du littoral (c’est-à-dire la construction massive d’immeubles autour des côtes) a détruit le paysage naturel existant, augmentant ainsi le risque d’incendies.

Par ailleurs, la surpopulation estivale entraîne chaque année de graves problèmes de pollution. Les autorités doivent alors recourir à des plans de préservation du patrimoine languedocien, en définissant par exemple des zones non constructibles (comme le Parc Naturel régional de la Camargue) et en favorisant la prévention (avec des campagnes de propagande pour lutter contre la pollution estivale).

On peut voir deux défis majeurs dans l’exemple de l’aménagement de la côte languedocienne, par rapport à l’étude de l’espace productif des services  :

  • la France doit nécessairement faire face à un tourisme de masse, et doit alors créer les infrastructures nécessaires ;
  • pourtant, elle doit également prendre en compte les défis posés par le développement durable, afin de ne pas répéter les erreurs des côtes languedociennes.

L’espace productif des services en France

En France, 75 % de la population nationale travaille dans le secteur des services. Ce dernier contribue à créer à lui seul près de 80 % de la richesse du pays. Ce secteur, qui regroupe de nombreuses activités, peut se diviser :

  • en services marchands, ou services privés : commerce, finances, télécommunications, assurances, tourisme ou encore loisirs ;
  • en services non marchands : Ce sont le plus souvent les services publics : administration, éducation, recherche, armée, police, etc.

Ces activités se concentrent essentiellement dans les métropoles, car le secteur des services a besoin d’une main-d’œuvre hautement qualifiée. En effet, cette main-d’œuvre vit essentiellement en ville, et plus précisément dans les grandes villes. En France, le secteur des services se concentre dans l’agglomération parisienne et dans les grandes villes régionales.

Dans les centres-villes, on trouve les services publics et les commerces spécialisés, mais il est important de souligner le développement des centres périphériques. En effet, de plus en plus de centres commerciaux, cinémas et lieux de loisirs sont construits dans la périphérie des villes.

Certaines métropoles, comme Paris, ont construit de toutes pièces des quartiers destinés à recevoir des activités de service. On peut citer la Défense, qui est un quartier rempli de gratte-ciels, destiné aux affaires financières.

  • L’aménagement du territoire français est donc très complexe.

Là où la demande est très forte, comme dans le cas du tourisme languedocien ou des finances parisiennes, il est possible de créer des quartiers, voire même des villes entières qui modifient profondément le paysage naturel ou historique. Mais dans le cas où les services sont peu présents, l’aménagement du territoire est délaissé.

Le cas particulier du tourisme en France

Le tourisme tient une place particulière dans le secteur des services.

bannière rappel

Rappel

La France est le premier pays touristique au monde et il est important de rappeler que le tourisme est l’un des seuls secteurs économiques excédentaires, c’est-à-dire qu’il apporte à l’État des bénéfices et non pas des pertes.

L’importance du tourisme s’explique par la variété des paysages et des domaines bioclimatiques d’un côté, qui permet à la France de proposer des activités liées tant à la montagne qu’à la mer, mais aussi par l’implantation de parcs d’attractions de poids européen : Disneyland Paris et le Futuroscope en sont deux exemples révélateurs.
La valorisation de l’exceptionnel patrimoine historique de la France est également un atout majeur. Quelles que soient les périodes historiques, la France développe des infrastructures importantes pour montrer ce patrimoine aux visiteurs.

Le tourisme est donc un secteur qui permet de dynamiser d’autres secteurs de manière complémentaire, comme par exemple le transport, ou l’alimentation. On peut noter également la qualité des infrastructures touristiques françaises, qui permettent de surmonter la plupart des contraintes naturelles (comme celle de la pente en montagne).

  • Le véritable défi du tourisme est par conséquent le développement durable.

L’exemple est donné par les régions rurales et isolées, qui cherchent à se dynamiser en développant un tourisme vert, respectueux de l’environnement.

Conclusion :

Le secteur des services est le véritable moteur de l’économie française. Même si l’industrie et l’agriculture, par le biais de fonds européens, cherchent à se reconvertir, le potentiel de la France se trouve principalement dans les secteurs des services.

Concentré dans les grandes métropoles et sur les littoraux, le secteur des services doit se moderniser en permanence, que ce soit par la construction massive d’infrastructures, comme cela a pu être le cas de la côte languedocienne, ou par la réalisation coûteuse d’aménagements des espaces destinés à accueillir les activités de service, comme le quartier de la Défense à Paris. Les territoires en marge de ce dynamisme sont alors délaissés et isolés, provoquant un contraste important entre les régions françaises. Par ailleurs, ce développement s’est malheureusement réalisé au détriment de l’environnement. Le principal défi de l’espace productif des services est donc bien celui du développement durable.