Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Mumbai : étude de cas

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

Mumbai est la capitale économique de l’Inde et la 2e métropole du pays derrière New Delhi. Nous verrons d’abord que Mumbai est une métropole tournée vers la modernité, véritable berceau économique du pays, mais qu’elle est aussi marquée par d’importantes inégalités. Nous terminerons par son ambition première : devenir une véritable ville-monde.

Mumbai, capitale économique et culturelle

Mumbai, géant démographique

Mumbai modernité inégalités carte

Construite sur la côte ouest du pays, face à la mer d’Arabie, Mumbai s’étend sur une longueur de 63 km, dont un espace a été gagné sur la mer grâce à des travaux titanesques de remblaiement et d’assèchement.

Mumbai comprend 13 millions d’habitants sans l’agglomération, et 21 millions avec l’agglomération. La deuxième métropole indienne représente un poids démographique énorme.

  • La densité moyenne, c’est-à-dire le nombre d’habitants au m2, est également l’une des plus fortes du monde.

Appelée autrefois Bombay, elle est baptisée Mumbai en 1995, pour revenir aux racines culturelles et linguistiques de la région du Maharashtra.

Mumbai, capitale culturelle

Mumbai est également la capitale culturelle du pays. Elle est le centre du cinéma indien le plus célèbre du monde, celui de « Bollywood », la contraction de Bombay et Hollywood. On y tourne autour de 1 000 films par an, soit deux fois plus qu’à Hollywood. C’est une vitrine pour Mumbai mais aussi pour l’Inde entière car les films sont tournés en langue hindi. Ce cinéma touche une bonne partie de l’Asie et, depuis peu, le continent africain ; peu à peu, il conquiert même un public occidental.

  • Mumbai est donc la vitrine culturelle de l’Inde.

La ville reflète en outre la diversité religieuse du pays. À majorité hindouiste, on y trouve également des musulmans et des chrétiens. La ville a également une très grande richesse linguistique. On y parle, entre autres, le marathi, langue officielle de l’État de Maharashtra, de nombreux dialectes locaux et bien sûr l’hindi et l’anglais, les deux langues les plus parlées en Inde.

Mumbai, géant économique

À l’image d’une Inde en pleine croissance, Mumbai, géant démographique, est aussi un géant économique.

  • La ville représente un quart de l’activité industrielle du pays et près de 5 % de son PIB, ou produit intérieur brut.
  • Elle comprend également deux bourses de valeurs, ce qui vient renforcer sa puissance financière et contribue à en faire la capitale économique de l’Inde.
  • Et enfin, 40 % des échanges commerciaux maritimes du pays transitent par son port, véritable poumon économique qui ouvre la ville vers le reste du pays et vers le monde.

Les colonisateurs anglais avaient posé les bases de ce port attractif. Mumbai s’est ensuite lancée dans des travaux gigantesques pour devenir le premier port de l’Inde et les infrastructures portuaires sont maintenant celles d’un port commercial international.

  • Cependant, pour des raisons touchant à l’histoire et aux rapports de force internationaux, le port de Mumbai ne peut encore concurrencer ses homologues chinois ou japonais.

Mumbai, une métropole tournée vers la modernité

C’est autour du port que se trouvent les zones industrielles les plus importantes, dans l’immense quartier de Santa Cruz, et dans le quartier des affaires le plus ancien, Narima Point. Mais la ville est en constante expansion et deux nouveaux quartiers d’affaires ultra-modernes ont vu le jour. Le BKC, Bandra Kurla Complex, et le ODC, Oshiwara District Centre se trouvent dans le prolongement du port. La plupart des grandes marques mondiales se trouvent d’ailleurs dans ces quartiers d’affaires.

C’est un quartier moderne et connecté où s’implantent les grattes-ciels.

Mumbai mise donc sur la modernité : transformations de quartiers d’affaires, constructions de tours à l’architecture novatrice et de ponts comme celui de Bandra-Worli Sea Link - long de plus de 5 kilomètres et qui relie le quartier de Bandra à celui de Worli.

bannière à retenir

À retenir

Toutes ces transformations ont mis une pression énorme sur l’immobilier et les espaces convoités. Le m2 à Mumbai est un des plus chers du monde.

Des inégalités sociales et spatiales à résoudre

Les défis sont énormes pour que Mumbai parvienne à rivaliser avec les plus grandes villes du monde.

Des inégalités sociales

Tous ces bouleversements ont apporté aussi leur lot d’inégalités sociales et spatiales. Cette ville reflète bien l’Inde dans son ensemble. Les plus grandes fortunes indiennes vivent à Mumbai et ont un niveau de vie très élevé. On peut noter également la percée d’une classe embourgeoisée à Mumbai.

bannière à retenir

À retenir

La croissance économique d’un pays émergent fait apparaître des clivages sociaux. À Mumbai, plus de la moitié de la population vit dans les « slums », bidonvilles géant, dont le plus connu est Dharavi.

Les conditions de vie dans ces « slums » sont plus que difficiles, c’est une concentration de misère effroyable où les populations vivent souvent sans eau, électricité ni égouts.
L’IDH, indice de développement humain, va de 0,40 pour les quartiers défavorisés à plus de 0,85 pour les quartiers les plus favorisés, soit des écarts qui vont du simple au double.

Des inégalités spatiales

  • Le Sud et l’Ouest concentrent les populations les plus favorisées avec des indicateurs sociaux élevés.
  • Le centre et l’Est concentrent la plus grande pauvreté de la ville comme le « slum » de Dharavi où plus de 700 000 peronnes habitent sur 200 hectares.

Les « slums » sont nombreux et côtoient les quartiers les plus riches, comme le « slum » de Malabar Hill qui côtoie le quartier chic des stars de Bollywood. Un des plus grands« slums » de la ville se trouve d’ailleurs le long de l’aéroport, où transitent touristes et hommes d’affaires.

Les aménagements futurs

L’ambition de Mumbai est de devenir une ville-monde au même titre que Paris, Londres, Tokyo ou New York. Pour cela, les aménagements prévus et à prévoir sont colossaux.

Les transports publics sont débordés par la démographie en pleine croissance de la ville et de gros efforts d’investissement et de rénovation sont prévus, notamment :

  • un nouvel aéroport,
  • l’amélioration des routes et des autoroutes,
  • et l’extension du métro par lequel des millions de Mumbaikars vont au travail tous les jours. Pour 2020, la ville a l’ambition de creuser 146 kilomètres de métro supplémentaires.

Il est très probable que tous ces aménagements se feront aux dépends des « slums », qui occupent une grande partie de la ville.

bannière à retenir

À retenir

Le « Slum Reabilitation Scheme », plan de réhabilitation des bidonvilles, vise à raser ces quartiers pour permettre la mise en place tous les projets immobiliers de la ville.

Il faut donc reloger la population pauvre habitant les « slums », mais cela a un coût et demande du temps. En conséquence, on trouve des milliers de personnes à la périphérie des agglomérations, vivant sous des tentes dans des conditions encore plus précaires qu’avant en attendant d’être relogées.

Conclusion :

Mumbai est une ville tournée vers le monde. La ville elle-même comprend 13 millions d’habitants, 21 millions si l’on compte sa très grande agglomération. Mumbai est un port qui ne cesse de s’agrandir et un centre boursier et financier de poids dans l’Asie du Sud.

Mumbai est un concentré de ce qu’est l’Inde dans son ensemble : les plus riches y côtoient les plus pauvres. La ville a l’ambition de devenir une véritable ville-monde, et les transformations qu’elle subit depuis des décennies en font une « vitrine indienne » pour le monde entier.