Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

La vie fixée des plantes : se nourrir et se protéger

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/2
0 / 10
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Définitions à retenir : xylème, phloème, parenchyme chlorophyllien, stomate

Vie fixée et respiration des végétaux

Les végétaux, ayant une vie fixée, ont dû s’adapter aux différentes contraintes de leur environnement proche pour se nourrir, respirer ou encore se protéger des agressions extérieures.

  • Les plantes comportent une surface d’échange entre la plante et l’atmosphère.
  • Les plantes ont toutes la même organisation, elles comportent un appareil végétatif composé :
  • d’une partie aérienne composée d’une tige et de feuilles
  • d’une partie souterraine composée de racines.
  • La feuille est une surface d’échanges, elle comporte :
  • le limbe foliaire ;
  • le pétiole ;
  • les nervures.
  • La partie supérieure de la feuille comprend la cuticule et les cellules chlorophylliennes.
  • La partie inférieure de la feuille comprend les stomates et un espace lacuneux.
  • Les stomates permettent l’absorption du CO2 et le rejet de la vapeur d’eau.

Alt texte La photosynthèse

  • Il existe des surfaces d’échange entre la plante et le sol comme les racines.
  • L’extrémité des racines est composée de nombreux poils absorbants formant ce que l’on appelle la zone pilifère qui permet d’augmenter considérablement la surface d’échange.
  • Les éléments absorbés par les racines forment ce que l’on appelle la sève brute, c’est-à-dire une solution diluée d’eau et de sels minéraux.
  • Ces échanges sont permis grâce aux vaisseaux conducteurs présents dans la plante, le xylème et le phloème.

Adaptation et protection des plantes

  • Les plantes ont mis en place des adaptations morphologiques et chimiques pour faire face aux prédateurs et à leur milieu mais aussi un principe de mutualisme avec certaines espèces.
  • Certaines plantes, bien que autotrophes, sont également capables de capturer des proies et donc de devenir partiellement hétérotrophes en fonction de la disponibilité des ressources.