Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Un écrivain et son œuvre : Sir Arthur Conan Doyle

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/1
0 / 5
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Les images ne sont pas encore disponibles pour ce cours.

Nos graphistes font tout leur possible pour les réaliser au plus vite.

😉

Introduction :

Quel est le point commun entre l’Écosse, un détective mondialement célèbre et l’histoire d’une expédition à la recherche de dinosaures ?
La réponse : Sir Arthur Conan Doyle, le plus célèbre écrivain écossais !

Son histoire

Arthur Conan Doyle est né dans la capitale écossaise, Édimbourg, en 1859.
Entouré de 9 frères et sœurs, il étudie dans des écoles catholiques, mais adolescent, il rejette les principes de la religion chrétienne et devient agnostique, c’est-à-dire qu’il ne rejette pas Dieu, mais qu’il se pose des questions sur son existence. Il se tourne alors vers des études de médecine.

Pendant ses études, il embarque sur différents navires qui l’amènent jusqu’en Afrique de l’Ouest. Il connaît quelques mésaventures : il tombe à l’eau plusieurs fois, échappe à une attaque de requin et survit même à un incendie !
Ces aventures lui inspireront plusieurs de ses histoires.

Sir Arthur Conan Doyle Photographie de Sir Arthur Conan Doyle

En 1885, il obtient son doctorat de médecine et décide d’ouvrir un cabinet pour exercer son métier. Mais les patients ne sont pas très nombreux. Alors, pour passer le temps, Arthur Conan Doyle commence à écrire des nouvelles…

Sa première grande histoire est publiée en 1887. Elle s’intitule Une étude en rouge (A study in Scarlet en anglais) et met en scène pour la première fois un personnage qui deviendra célèbre par la suite : Sherlock Holmes !

Le célèbre détective est présent dans une cinquantaine d’histoires, accompagné de son fidèle ami, le docteur Watson.

Mais l’écrivain écossais n’écrit pas que des romans policiers : il publie également des livres de science-fiction, des pièces de théâtre ou encore des romans historiques.
À l’instar de son personnage fétiche, il participera même à deux enquêtes criminelles !

Au cours de sa vie, il se lie d’amitié avec des hommes remarquables, comme James Barrie, le créateur du personnage de Peter Pan, ou encore Harry Houdini, le célèbre magicien.
Il a été fait chevalier par le roi d’Angleterre en 1902, ce qui est une grande distinction honorifique dans le royaume britannique, et c’est pour cette raison que l’on écrit “Sir” devant son nom. Un astéroïde porte même son nom !
Arthur Conan Doyle meurt à l’âge de 71 ans, en 1930.

Son œuvre et ses personnages de fiction

Sherlock Holmes est un détective privé qui a la particularité d’avoir une impressionnante mémoire.
Il est celui qui invente la science de la déduction : il observe tout, fait des déductions, élimine ce qui est impossible, pour enfin arriver à la vérité. Pour résumer, Sherlock Holmes peut savoir exactement ce que vous avez mangé le matin même, rien qu’en vous observant ! C’est ce qui fait de lui un personnage extraordinaire….
Pour créer le personnage de Sherlock Holmes, Arthur Conan Doyle s’inspire de son professeur d’université, Joseph Bell, qui utilisait la déduction et la logique.

IMAGE 2

Le succès est immédiat auprès du public, et celui-ci en redemandera toujours plus à son auteur : Doyle le fait mourir dans l’un de ses récits, mais il le fait réapparaître dans Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles en anglais) suite à une forte demande des lecteurs. Des fans écrivent même à l’auteur pour contacter le célèbre détective, pensant qu’il s’agit d’une véritable personne !
Sherlock Holmes apparaît dans 4 romans et 56 nouvelles de Sir Arthur Conan Doyle, et sera repris par la suite dans de nombreuses autres histoires. Le personnage est si populaire qu’il devient le héros de nombreux films et séries à succès.

bannière citation

Citation

Je me tenais près de la cheminée, examinant la canne que notre visiteur de la veille avait oubliée. C’était un joli bâton, solide, terminé par une boule […]. Immédiatement au-dessous de la pomme, un cercle d’or, large de deux centimètres, portait l’inscription et la date suivantes : « À M. James Mortimer, ses amis du C. C. H. – 1884 ». […]
« Eh bien, Watson, me dit Holmes, quelles conclusions en tirez-vous ? »
Holmes me tournait le dos et rien ne pouvait lui indiquer mon genre d’occupation.
« Comment savez-vous ce que je fais ? Je crois vraiment que vous avez des yeux derrière la tête.
— Non ; mais j’ai, en face de moi, une cafetière en argent, polie comme un miroir. Allons, Watson, communiquez-moi les réflexions que vous suggère l’examen de cette canne. […]
— Je pense, répondis-je, suivant de mon mieux la méthode de mon compagnon, que le docteur Mortimer doit être quelque vieux médecin, très occupé et très estimé, puisque ceux qui le connaissent lui ont donné ce témoignage de sympathie.
— Bien, approuva Holmes… très bien !
— Je pense également qu’il y a de grandes probabilités pour que le docteur Mortimer soit un médecin de campagne qui visite la plupart du temps ses malades à pied.
— Pourquoi ?
— Parce que cette canne, fort jolie quand elle était neuve, m’apparaît tellement usée que je ne la vois pas entre les mains d’un médecin de ville. L’usure du bout en fer témoigne de longs services.
— Parfaitement exact ! approuva Holmes. […] En vérité, Watson, vous vous surpassez […]. »
Auparavant, Holmes ne m’avait jamais parlé ainsi. Ces paroles me firent le plus grand plaisir […].
Holmes me prit la canne des mains et l’examina à son tour pendant quelques minutes. Puis, soudainement intéressé, il posa sa cigarette, se rapprocha de la fenêtre et la regarda de nouveau avec une loupe.
« Intéressant, quoique élémentaire, fit-il, en retournant s’asseoir sur le canapé, dans son coin de prédilection. […] Je crains, mon cher Watson, que la plupart de vos conclusions ne soient erronées. Quand je prétendais que vous me stimuliez, cela signifiait qu’en relevant vos erreurs j’étais accidentellement amené à découvrir la vérité… »

Le Chien des Baskerville, Sir Arthur Conan Doyle, traduction d’Adrien de Jassaud

Malgré le succès de son personnage fétiche, l’écrivain écossais a pris plaisir à écrire d’autres types de récits.
Il invente notamment un autre personnage de fiction : le Professeur Challenger. Ce personnage apparaît dans Le Monde perdu (The Lost World en anglais). Dans ce roman fantastique écrit en 1912, le professeur organise une expédition en Amérique du Sud pour partir à la recherche de dinosaures. Cette histoire inspirera plus tard d’autres œuvres fantastiques, dont un certain Jurassic Park

bannière citation

Citation

Dans ces grands espaces de forêts, la vie, qui a l’obscurité en horreur, combat pour grimper toujours plus haut vers la lumière. […] Les plantes grimpantes sont luxuriantes et gigantesques. Mais celles qui n’ont jamais appris à grimper pratiquent pourtant l’art de l’évasion hors de cette ombre triste : la vulgaire ortie, le jasmin, et même les palmes jacitara enlacent les rameaux des cèdres et se développent en extension jusqu’à leurs cimes. Parmi ces nefs majestueuses qui s’étendaient devant nous, nous ne décelâmes aucune manifestation visible de la vie animale ; mais un mouvement perpétuel au-dessus de nos têtes – loin au-dessus – nous suggérait le monde innombrable des serpents et des singes, des oiseaux et des insectes qui se tournent eux aussi vers le soleil et qui devaient regarder avec étonnement nos silhouettes sombres, minuscules, chancelantes, perdues au sein d’une immense forêt vierge.

Le Monde perdu, Sir Arthur Conan Doyle, traduction de Gilles Vauthier