Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Variation naturelle et impact humain

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Ce cours est en cours de création par nos équipes et il sera prêt pour la rentrée 2019 💪

Allèles et évolution

  • Lorsqu’un individu transmet son ADN à sa descendance, la molécule d’ADN est copiée, et des erreurs spontanées sont générées lors de cette copie : c’est ce que l’on appelle des mutations.
  • En général, les mutations n’ont pas de conséquence (dans 90 % des cas) : on les qualifie de « neutres », car elles ne changent pas le message apporté par l’ADN.
  • Les mutations désavantageuses sont rares (dans 9 % des cas) ; elles diminuent les chances de survie de l’individu porteur.
  • Les mutations avantageuses sont encore plus rares (moins de 1 % des cas) : elles confèrent un avantage aux individus porteurs.
  • L’évolution des êtres vivants dépend donc des mutations.

La dérive génétique

  • La dérive génétique concerne les allèles neutres. Comme ceux-ci ne confèrent ni avantage ni inconvénient, leur fréquence ne doit pas changer de manière importante d’une génération à une autre.
  • Les variations de la fréquence des allèles neutres sont imprévisibles.
  • Il arrive que certains individus d’une population soient isolés des autres.
  • Ce phénomène s’est produit au sein d’une population de lions, donnant ainsi naissance à deux groupes : les lions du cratère Ngorongoro et ceux de la plaine du Serengeti.
  • La taille du groupe a un effet important : plus le nombre d’individus est faible, plus la dérive génétique est importante.

Sélection naturelle

  • Si la dérive génétique est un phénomène aléatoire, la sélection naturelle ne l'est pas.
  • Au sein d'une population, certains allèles donnent un avantage sélectif à l'individu qui les porte. Les individus porteurs de tels allèles vont avoir plus de chances de survivre et de se reproduire.
  • L'exemple le plus connu est celui de la phalène de bouleau. Ce petit papillon de couleur blanche tachetée de noir a une robe parfaite pour se confondre avec l'écorce des bouleaux sur lesquels il se pose. Cela lui permet de se cacher de ses prédateurs.
  • Lorsqu'au XIXe siècle, l'industrialisation en Angleterre prend de l'ampleur, les bouleaux se couvrent de charbon et deviennent noirs : la phalène s’est alors adaptée et sa robe a noirci pour imiter le bouleau.
  • Un changement de conditions environnementales a donné un avantage à certains individus d’une population.
  • La sélection naturelle explique l'adaptation génétique des populations à leur milieu. Cette théorie a été pour la première fois exposée par le célèbre naturaliste Charles Darwin.
  • Il est erroné de dire que c’est l’environnement qui est à l’origine de l’apparition du nouvel allèle : au sein d’une population, l’environnement « contre-sélectionne » les individus non-adaptés.