Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Décret Pfimlin
1956
Evénement historique

Contexte

  • 1941 : pour répondre à l’exiguïté des départements, le gouvernement de Vichy entérine une recomposition territoriale régionale qui ne survit pas à la Libération.
  • 1944 : pour pallier le manque de personnel préfectoral, le général de Gaulle met en place un redécoupage régional de la France. À la Libération, il place chaque région sous l’autorité d’un commissaire de la République.
  • 1947 : Jean-François Gravier publie Paris et le désert français, qui fait prendre conscience à l’État des écarts de développement dans le pays et de la nécessité d’aménager harmonieusement l’ensemble du territoire.

1956

Personnages

Pierre Pflimlin

Charles de Gaulle

Jean-François Gravier

Gaston Defferre

Déroulement

La mise en place des régions correspond à la volonté d’aménager l’ensemble du territoire français de manière harmonieuse, afin de redonner du poids aux provinces au détriment de l’agglomération parisienne qui polarise l’ensemble du pays. En 1955, le décret Pflimlin décide du lancement de « programmes d’action régionale » en vue de promouvoir « l’expansion économique et sociale des différentes régions ». En 1956, ce décret est adopté. 22 régions métropolitaines sont ainsi créées.

Avec les lois de décentralisation de 1981-1982 (loi Defferre), l’État donne véritablement du poids à la région, qui devient une collectivité territoriale, c’est-à-dire une division administrative qui s’occupe des intérêts de la population y résidant. Elle prend ses décisions au sein du conseil régional, qui est élu au suffrage universel.

La région tend aussi à devenir le cadre référent des politiques d’aide européenne au développement des territoires (FEDER). C’est d’ailleurs pour donner aux régions françaises un poids plus important dans la compétition économique européenne que François Hollande décide de mettre en place la réforme territoriale. Le 1er janvier 2016 est entérinée la fusion des 22 régions métropolitaines en 13. Ainsi, il est donné plus de responsabilités aux capitales régionales (Lille, Lyon, Strasbourg, Aix-Marseille, Toulouse, etc.) qui contrebalancent le poids de Paris. La France est ainsi un État qui poursuit sa décentralisation, c’est-à-dire le transfert de certains pouvoirs de l’État vers les collectivités territoriales. La région est aujourd’hui le premier référent pour l’aide au développement économique et pour l’aménagement durable du territoire.

Conséquences

  • 1969 : le général de Gaulle organise un référendum pour donner plus de responsabilités aux régions. C’est un échec. De Gaulle démissionne.
  • 2016 : la réforme territoriale de François Hollande, appelée « Acte III de la décentralisation » provoque des remous en lecture parlementaire et chez certains administrés. En Alsace, les habitants se replient sur leur identité régionale historique pour critiquer la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Le nom et le chef-lieu définitifs de chaque région sont fixés par décret.