Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Guerre du Rif
1921-1926
Evénement historique

Contexte

  • En 1906, la conférence d’Algésiras (16 janvier-7 avril) accorde à la France un protectorat sur le Maroc, mais concède à l’Espagne la zone d’influence qu’est la région du Rif. Sa géographie est une bande morcelée au nord du Maroc, montagneuse, escarpée, qui plonge dans la mer Méditerranée, abritant des tribus berbères, dont la plus puissante dirigée par Abdelkrim, les Beni Ouriaghel.

1921-1926

Personnages

Abdelkrim Al-Khattabi

Paul Armengaud

Alphonse Juin

Francisco Franco Bahamonde dit Franco

Jean de Lattre de Tassigny

Louis Hubert Lyautey

Philippe Pétain

Primo de Rivera

Manuel Fernández Silvestre

Moulay Youssef

Déroulement

Ce conflit sur la région du Rif oppose Espagnols et Français, attirés par la richesse des minerais. Mais le tribal Abdelkrim, décidé à défendre son sol, appelle à la dissidence. La guerre, dès lors, est inévitable. Contre toute attente, les troupes espagnoles vont de défaite en défaite et connaissent un échec cuisant lors de la bataille d’Anoual (21-26 juillet 1921). Ils perdent 15 000 hommes et leur artillerie, récupérée par les tribus locales. Le général Manuel Fernández Silvestre qui dirige l’armée se suicide peu après.

Cette victoire annonce la création de la République confédérée des tribus du Rif, le 1er février 1922, dont Abdelkrim devient le chef. Ce dernier a été à l’université en Espagne, a travaillé dans l’administration, est journaliste au Telegramma del Rif ; aussi, crée-t-il des institutions indépendantes rapidement. Il impose un pouvoir islamique fort basé sur le droit coranique. Il souhaite moderniser les tribus, créer des infrastructures, etc. Il reçoit le soutien des mouvements communistes français, russe (Komintern), ainsi qu’un appui britannique autour du « Rif Comity » ; il fera même la « une » du Times (17 août 1925).

Le sultan du Maroc, Moulay Youssef, et les puissances européennes s’inquiètent de cette menace indépendantiste. Aussi, au printemps 1924, Lyautey, Juin et de Lattre de Tassigny qui dirigent les troupes françaises et indigènes (Spahis, Marocains, Zouaves, Sénégalais) entrent dans le conflit mais - les régionalistes ayant l’avantage de la connaissance du terrain - perdent la bataille de Ouargha (13 avril 1925). Dès lors, Pétain vole au secours de ses troupes et des Espagnols. Il envoie l’artillerie et surtout l’aviation, dirigée par le colonel Armengaud, qui fera basculer le combat. Une attaque conjointe est menée avec les troupes de Primo de Rivera. Les villages sont bombardés, le gaz moutarde employé, les berbères au sol sont impuissants : la rébellion est réprimée dans le sang en août 1925. La reddition d’Abdelkrim est acceptée en mai 1936 : il est exilé, mais s’échappera pour finir ses jours en Égypte.

Conséquences

  • La guerre du Rif marque une étape décisive dans la lutte contre le colonialisme car la révolte de la région rifaine incarne aux yeux du monde entier une première prise de conscience identitaire. Ainsi, avant l’Indochine ou l’Algérie, la guerre du Rif est la première contre le colonialisme et fait naître un sentiment de nationalisme qui pousse d’autres peuples à se révolter. En Algérie, Messali Hadj crée l’Étoile Nord-Africaine en 1926, qui prône son indépendance.
  • Côté espagnol, cette guerre aura propulsé un homme sur le devant de la scène : Franco.