Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Guerres médiques
499 - 480 avant J.-C.
Evénement historique

Contexte

  • Les colonies grecques d’Ionie, implantées en Asie Mineure pour avoir fui l’invasion dorienne au XIIe siècle avant J.-C., tombent peu à peu sous le joug du Grand Roi Darius. Mais elles supportent de plus en plus mal la domination perse et cherchent à acquérir leur indépendance, formulée par Aristagoras de Milet. Elles font alors appel aux autres Grecs pour se libérer des tyrans perses, en -499 avant J.-C. Si peu de cités grecques s’engagent, Athènes répond présente et s’attèle à la prise de Sardes, capitale satrapique en -498.

499 - 480 avant J.-C.

Personnages

Aristagoras

Artapherne

Darius Ier

Datis

Léonidas Ier

Mardonios

Miltiade

Thémistocle

Xerxès

Déroulement

Le roi perse Darius Ier, allié avec les Mèdes (ce qui explique le nom éponyme des combats), décide de punir cet affront et lève une armée de plusieurs dizaines de milliers de soldats, conduits par Artapherne et Datis. Après une première expédition avortée (au mont Athos) dirigée par Mardonios, ils avancent dans la plaine de Marathon, à environ 35 km d’Athènes. Athéniens et Platéens ne sont guère plus de 10 000 hommes, mais grâce à l’intervention de Miltiade, fin stratège, ils évitent le corps à corps et forment l’une des premières batailles rangées de l’histoire ! Décontenancés par cette nouvelle façon d’appréhender le combat, les Perses, encerclés alors qu’ils viennent d’enfoncer le corps de l’ennemi, battent en retraite le 13 septembre 490 avant J.-C.

Dix ans après avoir été défaits à Marathon, les Perses, qui ont soif de revanche, engagent une seconde guerre contre les Grecs, en -480 avant J.-C. Conduits par Xerxès, fils de Darius, ils traversent le détroit d’Hellespont qui sépare l’Asie du continent européen. Peu de cités osent leur résister, à l’exception d’Athènes et Sparte. Léonidas Ier, le roi sparte, dirige l’armée à terre tandis que Thémistocle, le stratège athénien, prend la marine en main. Mais dans le passage des Thermopyles, les Spartiates et leurs alliés se font massacrer, trahis par l’un d’entre eux qui a indiqué aux Perses comment contourner et prendre les Grecs à revers. La route est libre pour piller à Athènes. Les Perses mettent la ville à feu et à sang, l’Acropole s’embrase pendant de nombreuses nuits. Côté naval, alors que les Grecs sont mis en difficulté par la flotte perse vers le cap Artémision, Thémistocle envoie un esclave se faire passer pour un traître auprès des Perses, indiquant la désertion grecque dans le détroit de Salamine. Sûrs de leur victoire, les Perses se déploient dans le passage, où les Grecs, loin de fuir, fondent sur eux. Ce combat se solde par un nouvel échec des Perses, le 22 septembre de l’an -480. L’épilogue aura lieu à Platées en -479, date qui signe la fin des combats et la victoire des cités grecques.

Conséquences

  • Les guerres médiques, avec la défaite des Perses, assoient l’hégémonie d’Athènes sur le pourtour méditerranéen, avec la création de la Ligue de Délos en -477 (sous l’impulsion d’Aristide) qu’elle dirige fermement.
  • Athènes fonde un empire maritime, véritable thalassocratie : c’est la fameuse « descente vers la mer » de Plutarque.