Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Invasion israélienne au Liban
Juin 1982
Evénement historique

Contexte

  • En 1975, une guerre civile éclate au Liban : elle oppose les Palestiniens et les chrétiens phalangistes. Le conflit est marqué par des intervention extérieure : la Syrie par exemple, intervient dès la première année du conflit pour soutenir les musulmans.
  • La guerre civile est le produit d’une tension grandissante entre la communauté chrétienne, qui se concentre au nord du pays, et la communauté musulmane, au sud du pays.
  • Israël intervient une première fois militairement, en 1977, lors de l’opération « Litani » : les troupes armées créent un front de sécurité le long du fleuve du même nom.

Juin 1982

Déroulement

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) entreprend des attaques contre Israël depuis le Sud Liban. Le 6 juin 1982, une attaque de grande ampleur, l’opération « Paix en Galilée », concentre 100 000 soldats israéliens, alliés aux troupes phalangistes. Les combats sont violents, les troupes syriennes sont dans l’incapacité de se battre le 11 juin. L’organisation de l’OLP étant présente à Beyrouth, l’armée israélienne impose un blocus à la ville, malgré la condamnation de l’ONU. Le siège dure du 1er au 12 août. Le 20 août, les États-Unis obtiennent un cessez-le-feu : l’OLP est évacuée sous la protection des forces armées américaines, françaises, et italiennes.

Conséquences

  • Les combattants palestiniens partent donc en laissant leur matériel militaire : les civils se retrouvent sans protection. Le nouveau président chrétien libyen, Bachir Gemayel, élu en août, est assassiné au mois de septembre. Les troupes israéliennes pénètrent alors dans Beyrouth, alors que l’État Hébreu s’était engagé, auprès de l’OLP, à ne pas entrer dans la ville. L’armée laisse s’introduire les phalangistes dans les camps palestiniens de Sabra et de Chatila : les réfugiés sont massacrés les 16 et 17 septembre, on dénombre 1 500 victimes.
  • Le 17 mai 1983, Israël propose un traité de paix, qui est refusé par la Syrie et les musulmans du Liban. Les violences reprennent entre les milices musulmanes et les phalangistes chrétiens à partir de l’année 1983.
  • Il faut attendre l’année 2000 pour qu’Israël évacue la totalité de ses troupes.