Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Krach boursier (lundi noir)
19 octobre 1987
Evénement historique

Contexte

  • Les États-Unis connaissent dans les années 1980 une croissance exceptionnelle, fortement soutenue par le crédit. Le Dow Jones Industrial Average (DJIA), l’indice des bourses de New York, a atteint son sommet historique en août 1987, après une ascension de plus de 800 points, soit 40 % en 9 mois : du jamais vu !
  • Mais dans les années 1970, le dollar est passé à un taux de change flottant et a lui aussi atteint des sommets. Par les accords du Plaza avec le G7 en 1985, les États-Unis s’engagent donc à déprécier le dollar : cela stimule dans un premier temps l’économie, mais la brusque montée des taux d’intérêts en 1987 provoque une panique financière.

19 octobre 1987

Déroulement

On apprend ainsi que l’économie américaine est en déficit commercial : l’emprunt trop généralisé des entreprises et des particuliers fait que le pays vit au dessus de ses moyens.

En conséquence directe, le vendredi 16 octobre 1987, le DJIA perd 100 points.

À la réouverture de la bourse le lundi 19 octobre, c’est le krach : les systèmes informatiques indexés sur le cours de la bourse (program trading) vendent automatiquement des milliers de titres, et la peur de voir le DJIA chuter se transmet à tous les autres marchés financiers américains, puis mondiaux. Les bourses d’Hong Kong et d’Australie sont les plus touchées, mais toutes perdent plus ou moins de valeur. À la clôture de la bourse, le DJIA a baissé de 500 points, 600 millions de titres ont été échangés et plusieurs centaines de milliards de dollars se sont évaporées. Le krach ne fera toutefois pas place à une crise économique.

Conséquences

  • La banque centrale des États-Unis (Fed) réagit immédiatement en renflouant les banques afin de ne pas reproduire l’erreur de 1929.
  • Le monde a pris conscience de l’interdépendance des marchés financiers : les systèmes de changes flottants se généralisent et les interventions monétaires sont très contrôlées, l’interventionnisme américain en matière de dollar ayant causé le krach.