Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand
Fiche de lecture

Contexte

La pièce Cyrano de Bergerac est librement inspiré de la vie de l’auteur libertin du même nom (1619-1655). L’intrigue située sous Louis XIII et la nette empreinte du drame romantique marquent un léger décalage avec la production théâtrale de la fin du XIXe siècle, davantage tournée d’une part vers le théâtre de boulevard et son personnage de prédilection, le bourgeois parisien, et d’autre part vers le théâtre naturaliste théorisé par Émile Zola.

La France de 1897 n’est plus celle des idéaux romantiques, nourris d’exploits de mousquetaires et de conquêtes napoléoniennes. Après la chute du Second Empire (1870) et l’avènement de la IIIe République (1870-1940), la période que l’on nommera rétrospectivement Belle Époque est troublée par les scandales politiques (scandale de Panama, 1892 ; affaire Dreyfus, 1894) et les faits violents (assassinats du président Carnot, 1894 ; attentats anarchistes, 1892-1894). Avec la révolution industrielle sont nés culture du Progrès et esprit positiviste, peu enclins à revisiter les rêves du passé. C’est ce climat d’époque dont Cyrano de Bergerac prend le contrepied.

Edmond Rostand

1897

Cyrano de Bergerac

Genre

Théâtre

Personnages

Cyrano de Bergerac : Mousquetaire de la compagnie des Cadets de Gascogne, Cyrano se distingue autant par son courage et son éloquence, que par son immense nez. Cette difformité le pousse à dissimuler l’amour qu’il porte à sa cousine Roxane, mais il cherche tout de même à la rendre heureuse en aidant son prétendant à la conquérir. Il n’avouera son amour à Roxane que quinze ans plus tard, après la mort de Christian, et juste avant de mourir à son tour.

Roxane : Au début de la pièce, Madeleine Robin, dite Roxane est une jeune précieuse qui ne veut entendre que bons mots et poésie. Coquette et raffinée, elle sème le trouble parmi ses prétendants, tout en vouant une affection sincère à son cousin Cyrano. Elle épouse Christian grâce à l’ingéniosité et aux paroles de Cyrano, mais le jeune homme meurt rapidement au combat. Recluse au couvent, elle finira par comprendre la nature des sentiments que lui porte Cyrano, en même temps que les siens, au moment même où son cousin meurt dans ses bras.

Christian de Neuvillette : La pièce s’ouvre au moment où Christian intègre la compagnie des mousquetaires et tombe amoureux de la jolie Roxane. Jeune et fougueux, il avoue cependant être incapable de trouver les mots pour séduire la précieuse et demande à Cyrano de lui venir en aide. Il épousera la jeune femme mais sera aussitôt envoyé sur le front par son rival, le comte de Guiche. Il meurt lors du siège d’Arras.

Le Bret : Confident de Cyrano, ce mousquetaire est le seul à connaître l’amour que celui-ci éprouve pour Roxane. Il reste tout au long de la pièce un ami fidèle, désireux de protéger Cyrano (parfois même de lui-même).

Le comte de Guiche : Haut personnage de la cour, le comte s’est entiché de Roxane et voit d’un très mauvais œil l’idylle qui se noue entre Christian et elle. Par dépit, il envoie le jeune homme au front où il trouvera la mort. Courageux à ses heures, il sauve Roxane in extremis lors du siège d’Arras où elle est venue rejoindre Christian. Au dernier acte, devenu duc, plus sage et plus amer, il continue de rendre visite à Roxane retirée au couvent et tentera d’empêcher la mort de Cyrano.

Ragueneau : Pâtissier-rôtisseur qui se désespère de ne pas être poète, il accueille dans son établissement mousquetaires et rimeurs sans le sou. Il reste jusqu’au bout un ami fidèle et un admirateur de Cyrano.

Thèmes

Le double « je » : La pièce dresse un parallèle entre Cyrano, laid mais brillant, et Christian, attirant mais incapable de beau discours. Tous deux sont courageux, moralement intègres et amoureux de la même femme. Ils semblent les deux facettes d’un même personnage idéal. L’intégrité commune aux deux personnages cause leur perte et ce jeu de miroir est aussi le mécanisme dramatique de la pièce.

L’amour impossible : Aucun couple amoureux ne peut vivre cet amour. Christian est tué juste après son mariage, De Guiche n’aura jamais Roxane, Cyrano meurt en avouant ses sentiments, Roxane se rend compte trop tard qu’elle aimait aussi Cyrano. Il semble qu’ici, l’amour se déclare, se chante, se met en scène, mais ne se vit pas.

Le langage : La pièce est aussi une comédie du langage où les mots servent autant à séduire (Roxane) qu’à amuser ou faire rire (tirade des nez). Il est surtout un outil de tromperie, même lorsqu’il s’agit d’un but louable (réunir deux amoureux, protéger Roxane ou Christian). Pour autant, le langage est aussi l’arme de vérité de Cyrano qu’il protège à tout prix et dans laquelle il place son honneur.

Résumé

Acte I

Scène 1

Paris, 1640, théâtre de l’Hôtel de Bourgogne. Une foule bigarrée se prépare pour une représentation de la pièce La Clorise.

Scène 2

Christian et son ami Lignière cherchent Roxane, rencontrent le pâtissier Ragueneau et entendent parler de Cyrano et de ses rodomontades. Christian apprend que le puissant comte de Guiche est également amoureux de la précieuse.

Scène 3

Tandis que Christian s’efforce de sauver Lignière de la lame d’un assassin, Cyrano interrompt la pièce.

Scène 4

Seul contre tous, Cyrano entend faire cesser le spectacle dont il juge les acteurs exécrables. Il devient ensuite l’attraction principale en ridiculisant un fâcheux puis le vicomte de Valvert, qui se moquaient de son nez, avant de livrer un duel rhétorique magistral.

Scène 5

Resté seul avec Le Bret, il lui avoue qu’il hait le comédien Montfleury parce que celui-ci a l’audace de faire la cour à Roxane, dont lui-même est amoureux. Scène 6 Une duègne vient cependant annoncer que Roxane souhaite voir son cousin au plus vite.

Scène 7

Tout à sa joie du rendez-vous à venir, Cyrano court défendre le poète Lignère, attaqué, dit-on, par cent hommes armés.

Acte II

Scènes 1 et 2

Dans la boutique de Ragueneau, commis et pâtissier s’affairent autour des fourneaux, tandis que Ragueneau et sa femme se disputent. Cet amoureux des lettres va jusqu’à envelopper ses pâtés dans des pages de poésie.

Scène 3

Cyrano arrive pour son rendez-vous avec Roxane. Pour tromper son impatience, il lui écrit une lettre.

Scène 4

Des poètes affamés tentent de se faire nourrir gratuitement par Ragueneau. Tandis que celui-ci se laisse amadouer, Cyrano empêche Lise de tromper son mari.

Scène 5

Lorsque Roxane arrive enfin, Cyrano se débarrasse de la duègne en la couvrant de gâteaux.

Scène 6

Roxane avoue la raison de sa présence : elle est tombée amoureuse du jeune Christian de Neuvillette, qui vient d’intégrer la compagnie des cadets. Elle demande à son cousin de le protéger, et celui-ci se résout, une fois de plus, à taire ses propres sentiments.

Scène 7

Sitôt Roxane partie, les cadets ont irruption dans la boutique pour féliciter Cyrano de son duel de la veille. Celui-ci refuse de laisser voir qu’il souffre, et se lance dans une tirade à la gloire des cadets. De Guiche lui proposant la protection de Richelieu, il refuse avec force. De Guiche s’en va, vexé.

Scène 8

Le Bret tente de mettre son ami en garde : sa verve et son refus d’un protecteur vont lui attirer des ennuis. Cyrano réplique qu’il préfère « ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ». Le Bret comprend qu’il souffre parce que Roxane ne l’aime pas.

Scène 9

Tandis que Cyrano régale l’assistance de ses exploits contre les cents spadassins, Christian cherche à le provoquer. Lorsqu’il comprend qu’il s’agit du prétendant de Roxane, il exige qu’on les laisse seuls.

Scènes 10 et 11

Cyrano annonce à Christian qu’il sait les liens qui l’unissent à Roxane. Le jeune homme avoue son désespoir de ne pouvoir écrire la lettre d’amour qu’attend la précieuse. Cyrano lui propose son aide et lui donne la lettre qu’il avait écrite pour Roxane.

Acte III

Scène 1

De nuit, dans le quartier du Marais. Roxane, qui a lu la lettre, s’émerveille devant Cyrano du talent et de l’esprit de Christian.

Scène 2

De Guiche rend à Roxane une visite impromptue, dans l’espoir que son départ pour le front attendrira le cœur de la jeune femme. Elle comprend alors que Christian va devoir partir également. Elle fait donc croire au comte que son départ l’affecte profondément et parvient à l’obliger à laisser le régiment à Paris. De Guiche, de son côté, pense pouvoir épouser la jeune femme.

Scènes 3, 4 et 5

Lorsque Christian rencontre enfin Roxane, il refuse de répéter ce que lui souffle Cyrano. Son manque de répartie et de finesse d’esprit lassent la précieuse, qui préfère rentrer.

Scène 6 et 7

Christian supplie Cyrano de le tirer de ce mauvais pas et de lui permettre de retrouver l’amour de Roxane. Il se place donc dans l’ombre du balcon, à répéter ce que lui souffle son ami, jusqu’au moment où Cyrano lui-même prend la parole, toujours en se faisant passer pour Christian.

Scène 8

Un capucin cherchant Roxane vient interrompre la scène.

Scènes 9 et 10

Christian presse Cyrano de lui obtenir un baiser de Roxane, ce qu’il fait, même si cela lui brise le cœur.

Scènes 11 et 12

Un nouveau stratagème permet au jeune couple de se marier sur le champ, grâce au capucin que de Guiche avait envoyé en prévision de ses propres noces avec Roxane.

Scène 13

Pendant la cérémonie, Cyrano tente de retenir le comte en inventant une histoire de voyageur tombé de la lune.

Scène 14

De Guiche comprend qu’il a été dupé et par dépit, annonce que tous les cadets doivent rejoindre l’armée sur le front d’Arras. Roxane supplie Cyrano de protéger Christian.

Acte IV

Scènes 1 et 2

Au siège d’Arras, tandis que les cadets tremblent de faim et de froid, Cyrano passe chaque jour les lignes ennemies pour envoyer des lettres à Roxane.

Scène 3

Cyrano tente de distraire ses compagnons en leur rappelant la Gascogne.

Scène 4

De Guiche, venu inspecter les troupes, est à nouveau la cible des moqueries de Cyrano qui lui reproche un acte de lâcheté. Il vient néanmoins annoncer l’imminence de la prochaine attaque et entend envoyer les cadets de Gascogne en première ligne. Christian tente d’écrire une ultime lettre à Roxane.

Scène 5

Déguisée en soldat, la jeune femme fait irruption au milieu du camp et refuse de s’en aller, malgré le danger à venir.

Scène 6

Roxane révèle aux cadets qu’elle est accompagnée de Ragueneau, venu remplir leurs estomacs.

Scène 7

La présence de Roxane et le festin qui s’ensuit redonne courage aux soldats. Même de Guiche décide de rester pour se battre aux côtés des gascons. Cyrano avoue à Christian qu’il écrivait chaque jour à Roxane, en son nom.

Scène 8

Christian demande à sa femme la raison de sa présence. Elle lui explique que ses lettres l’ont poussée à venir et qu’elle sait à présent qu’elle l’aime pour son âme et non pour son visage.

Scène 9

Christian confronte Cyrano et décide de raconter le stratagème à Roxane, afin qu’elle décide lequel des deux est l’homme qu’elle aime.

Scène 10

Tandis que Roxane jure à Cyrano qu’elle aimerait Christian même laid, un coup de feu retentit. Cyrano comprend qu’il ne pourra jamais avouer son amour, et préfère faire croire à Christian que Roxane n’aime que lui, juste avant qu’il ne meure. Il confie la jeune femme à de Guiche avant de se lancer dans la bataille.

Acte V

Scène 1

Quinze ans plus tard, Roxane s’est retirée au couvent. Une conversation entre les religieuses apprend que Cyrano vient la voir chaque semaine depuis dix ans et qu’il reste fidèle à lui-même.

Scène 2

De Guiche est venu rendre visite à Roxane, redevenue Madeleine, et s’émeut de l’attachement qui a lie encore à Christian. Le Bret arrive pour annoncer Cyrano et ce faisant, fait part de ses inquiétudes pour son ami. Trop d’épîtres, trop d’ennemis, Cyrano ne se soucie pas de ceux qu’il attaque. De Guiche confirme ses craintes : on pourrait s’en prendre à la vie de Cyrano.

Scène 3

Ragueneau raconte à Le Bret que Cyrano a été victime d’un accident : quelqu’un lui a lâché une bûche sur la tête. Il serait à l’article de la mort.

Scènes 4 et 5

Roxane s’étonne du retard inhabituel de Cyrano. Il arrive enfin, visiblement affaibli même s’il n’en laisse rien paraître. Il tente de distraire sa cousine par des badinages mais ses forces l’abandonnent. Il demande à Roxane de lui laisser lire l’ultime lettre de Christian, celle qu’elle ne quitte jamais. Elle finit par comprendre que tout ces mots étaient ceux de Cyrano, qu’il l’aimait depuis le début.

Scène 6

Cyrano ne peut plus cacher qu’il est sur le point de mourir. Plutôt que de s’allonger ou d’aller chercher de l’aide, rendu fou par la fièvre, il lance dans une ultime tirade et choisit de mourir debout.

Citation

«  Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule !
- Ah ?… Et moi, Cyrano Savinien-Hercule de Bergerac. »

Acte I, scène 4

« Mon ami, j'ai de mauvaises heures !
De me sentir si laid, parfois, tout seul… »

Acte I, scène 5

« Non, merci ! Non, merci ! Non merci ! Mais… chanter.
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers ! »

Acte II, scène 8

« Vous souvient-il du soir où Christian vous parla
Sous le balcon ? Eh bien ! Toute ma vie est là :
Pendant que je restais en bas, dans l'ombre noire,
D'autres montaient cueillir le baiser de la gloire ! »

Acte V, scène 6