Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Iliade, Homère
Fiche de lecture

Contexte

L’Iliade est une épopée de plus de 15 000 vers répartis en 24 chants. On sait très peu de choses sur les circonstances de rédaction et sur l’auteur supposé, Homère. En effet, si certaines légendes et rumeurs circulent à son propos (il aurait été aède, c’est-à-dire un poète chanteur), personne ne peut dire avec certitude que l’Iliade est bien l’œuvre d’une seule personne, et s’il s’agit bien de Homère.

L’Iliade représente la première épopée connue du monde occidental. Les événements qu’elle met en scène, qui se déroulent durant la guerre de Troie, seront amplement repris par les dramaturges dans l’Antiquité grecque, puis dans le théâtre classique et le théâtre du XXe siècle.

Avec l’Iliade, Homère fonde le genre épique. Il utilise une langue très poétique, et le poème entier est composé en hexamètres dactyliques (6 mesures composées d’une syllabe longue et deux syllabes courtes). L’Iliade est un récit qui, à travers les actes d’Achille, explore les passions humaines, met en scène la violence de la guerre, et présente la condition humaine sous un angle fataliste, où seuls les dieux et la destinée peuvent décider du sort des héros.

dit Homère

700 av. J-C (env.)

Iliade

Genre

Épopée

Personnages

Achille : Achéen

Archétype du guerrier, Achille est un combattant indépendant et passionné, orgueilleux et colèrique.

Agamemnon : Achéen

Roi d’Argos, il est à la tête des Achéens (qui regroupent différents peuples grecs).

Ménélas : Achéen

Frère d’Agamemnon et roi de Spartes, sa femme Hélène lui est enlevée par Pâris, ce qui déclenche la guerre de Troie.

Ulysse : Achéen

Roi d’Ithaque, il est réputé pour son intelligence.

Ajax le grand : Achéen

Guerrier colossal, il n’y a pas meilleur combattant et plus courageux soldat que lui, à l’exception d’Achille.

Patrocle : Achéen

Ami intime et cousin d’Achille, il fait partie de sa troupe, les Myrmidons, et trouve la mort en se faisant passer pour son cousin.

Nestor : Achéen

Roi de Pylos, il est âgé et réputé pour sa sagesse.

Hector : Troyen

Fils aîné de Priam, c’est un guerrier vaillant. Il est tué par Achille, qui veut le punir pour la mort de Patrocle.

Priam : Troyen

Roi de Troie, il est trop âgé pour prendre part aux combats.

Pâris : Troyen

Fils cadet de Priam, il séduit et enlève Hélène, qui lui a été promise par la déesse Aphrodite.

Énée : Troyen

Fils d’Aphrodite et d’Anchise, il est protégé par sa mère, ainsi que par Apollon et Poséidon. Il sera le héros d’une œuvre célèbre du poète latin Virgile, l’Énéide.

Cassandre : Troyenne

Fille de Priam, elle est dotée d’un pouvoir de prophétie, mais suite à une malédiction d’Apollon, elle est condamnée à ce que personne ne la croie.

Andromaque : Troyenne

Épouse d’Hector, et mère de leur fils unique Astyanax.

Briséis : Troyenne

Captive d’Achille dont ce dernier tombe amoureux.

Thèmes

L’honneur et la gloire : L’Iliade met en scène de grandes scènes de batailles, mais aussi des exploits individuels, comme à l’occasion de l’aristie de Diomède dans le chant V, ou celle d’Achille au chant XX. L’aristie désigne une série d’exploits guerriers spectaculaires, alors que le combattant est dans un état second, comme en transe.

« De même qu’un formidable feu déchaîne sa fureur dans les gorges profondes d’une montagne aride ; l’incendie dévaste la profonde forêt, et le vent, en poursuivant les flammes, de tous côtés les fait tourbillonner ; de même, Achille avec sa pique s’élançait en tout sens, pareil à un démon, pourchassant, massacrant. » (Chant XX)

Les combattants ont ainsi l’occasion de s’illustrer et de s’attirer la plus grande gloire possible.

La destinée : Dans l’Iliade, le sort des héros est influencé par les dieux, qui sont partiaux vis-à-vis des deux camps, mais c’est le hasard qui décide de certains enjeux capitaux. Ainsi, Zeus pèse dans la balance la destinée d’Achille et d’Hector, et c’est donc le sort qui décide de l’issue du combat. La notion de fatalité est donc bien ancrée dans cette épopée, où même les dieux sont parfois impuissants.

Les passions : L’amour de Pâris pour Hélène, la soif de vengeance d’Achille, l’orgueil d’Hector, sont autant d’éléments déclencheurs pour l’avancée de l’intrigue. Les dieux sont eux aussi victimes de ses passions lorsqu’ils choisissent de protéger tel ou tel guerrier. Là encore, l’Iliade adopte un point de vue pessimiste : ce sont les passions qui déclenchent la guerre ou l’entretiennent, et qui entraînent le malheur des protagonistes.

Résumé

L’Iliade se déroule sur quelques jours, alors que la guerre de Troie dure depuis déjà neuf ans. L’épopée raconte les derniers événements de la guerre, sans pour autant raconter sa fin, puisque le récit s’arrête après les funérailles d’Hector.

Chant I

Un devin révèle que la peste qui ravage les rangs de l’armée grecque est une punition divine contre Agamemnon, qui a enlevé la fille d’un prêtre d’Apollon. Sous la pression d’Achille, le roi délivre la prisonnière, mais se dédommage en enlevant à Achille sa propre captive, Briséis. Furieux, Achille décide de ne plus combattre.

Chant II

Suite à une fausse vision envoyée par Zeus, Agamemnon a la certitude qu’il va gagner. Il veut tester ses alliés et fait mine de quitter le siège, mais Ulysse les en dissuade, et les armées se préparent au combat.

Chant III

Sur le champ de bataille, Pâris est confronté à Ménélas et prend peur. Face à la pression de son frère Hector, Pâris rassemble son courage et propose un duel, que Ménélas accepte. Ménélas est le plus fort, mais la déesse Aphrodite vient au secours de Pâris en le soustrayant au combat.

Chant IV

Sous l’impulsion d’Athéna, qui désire la victoire totale des Grecs, Zeus pousse les Troyens à violer les accords de paix. Ménélas est atteint d’une flèche troyenne, et la trêve est brisée. Les combats reprennent après un discours d’Agamemnon à ses chefs, parmi lesquels Ulysse et Ajax.

Chant V

La bataille qui s’ensuit est à la fois un combat entre soldats, et un combat entre dieux, qui se mêlent de l’affrontement. Diomède blesse Aphrodite, venue secourir son fils Énée. Apollon se charge d’aider Énée, qui reprend la bataille avec le soutien d’Arès, le dieu de la guerre, qui se range du côté des Troyens. Athéna permet à Diomède de blesser Arès. Les dieux finissent par regagner l’Olympe, espérant que Zeus arbitre leur dispute.

Chant VI

Hector demande à sa mère, Hécube, de prier Athéna. Celle-ci est bientôt rejointe par les autres Troyennes. Hector fait ses adieux à sa femme et à son fils, puis rejoint la bataille avec Pâris.

Chant VII

Sous l’influence des dieux, Hector provoque les chefs de guerre grecs en duel. Le tirage au sort lui fait rencontrer Ajax, avec qui il lutte jusqu’à la nuit sans qu’on puisse déterminer un vainqueur. Une trêve est déclarée et des défenses sont construites autour du camp grec.

Chant VIII

Zeus demande aux dieux de rester neutres, et utilise une balance pour peser le sort des deux armées. La balance penche pour les Troyens, qui prennent l’avantage grâce à Hector. Héra et Athéna tentent de venir en aide aux Grecs, mais Zeus les en empêche. À la tombée de la nuit, les Troyens dressent un campement dans la plaine.

Chant IX

Comme la situation a tourné à leur désavantage, les Grecs se réunissent en conseil et tombent d’accord sur le fait qu’ils ont besoin d’Achille. Agamemnon accepte même de s’excuser et de lui rendre Briséis, ainsi que de lui proposer l’une de ses filles en mariage. Ajax, Ulysse et Phénix tentent de convaincre Achille, mais celui-ci refuse fermement.

Chant X

Diomède et Ulysse sont envoyés espionner les Troyens. Ils capturent Dolon, un espion, lui arrachent des renseignements et massacrent des Thraces, alliés des Troyens. Ces bonnes nouvelles réjouissent le camp des Achéens, qui reprennent espoir.

Chant XI

Le lendemain, les combats reprennent. Les Grecs prennent un avantage certain grâce à Agamemnon, qui fait reculer les Troyens jusqu’à la ville. Avec l’assistance d’Iris, messagère de Zeus, Hector contre-attaque dès qu’il voit Agamemnon blessé. La manœuvre réussit et les Grecs sont de nouveau repoussés. Resté au camp, Achille s’inquiète du nombre de guerriers blessés. Il envoie Patrocle en savoir plus. Celui-ci s’adresse à Nestor, qui veut lui aussi convaincre Achille de reprendre le combat.

Chant XII

Les Troyens partent à l’assaut du campement grec, et Hector, assisté par Zeus, mène ses troupes dans une brèche ouverte dans les défenses.

Chant XIII

Une nouvelle intervention divine renverse la situation, de la part d’un dieu qui n’avait pas encore pris part à la bataille : Poséidon. Malgré les exploits de divers guerriers, les Troyens parviennent à reprendre le campement.

Chant XIV

Agamemnon est sur le point de renoncer, mais Poséidon exhorte les Grecs à poursuivre le combat. De son côté, Héra s’occupe de distraire Zeus de la bataille, donnant toute latitude à Poséidon pour venir en aide aux Grecs.

Chant XV

Lorsqu’il comprend qu’Héra s’est joué de lui, Zeus est furieux. Il exige de Poséidon qu’il se retire de la bataille et envoie Apollon aider Hector. En dépit de la résistance d’Ajax, qui défend les navires, les Troyens mettent le feu à la flotte grecque.

Chant XVI

Achille prête ses armes à Patrocle pour que celui-ci mène les Myrmidons à la charge. Le guerrier défend cependant à son ami de tenter de prendre la cité. Mais Patrocle n’écoute pas et emmène ses troupes jusqu’aux portes de la ville, où il est blessé par Apollon, puis tué par Hector.

Chant XVII

Ménélas et Ajax défendent le corps de Patrocle, dont Hector veut s’emparer. Le prince troyen dérobe les armes et l’armure de Patrocle (prêtées par Achille), et les enfile. Avec le soutien de Zeus, il repousse les Troyens. Les guerriers achéens parviennent finalement à emporter le corps de Patrocle.

Chant XVIII

En apprenant la mort de Patrocle, Achille crie vengeance, mais sa mère le convainc d’attendre que le dieu forgeron Héphaïstos lui fabrique de nouvelles armes. Les hurlements de colère et de chagrin d’Achille effraient les Troyens, qui tiennent conseil. Le sage Polydamas recommande la prudence à Hector, qui refuse de l’écouter.

Chant XIX

Déterminé à reprendre les combats pour venger la mort de Patrocle, Achille se réconcilie publiquement avec Agamemnon. Achille ne veut pas attendre et se lance directement au combat, seul.

Chant XX

Zeus donne l’autorisation aux dieux d’intervenir dans les combats. Énée, inspiré par Apollon, tente de combattre Achille avant d’être sauvé par Poséidon. Hector et Achille se rapprochent l’un de l’autre, mais Apollon soustrait Hector à la bataille, ce qui provoque la fureur d’Achille.

Chant XXI

Cette fois, ce sont les forces naturelles elles-mêmes qui se mêlent de la bataille : le fleuve Scamandre s’allie au Simoïs pour combattre Achille. Héra envoie alors Héphaïstos, qui fait évaporer les eaux. Apollon trompe Achille et l’entraîne loin du combat pour couvrir la retraite des Troyens.

Chant XXII

Hector décide de combattre Achille en duel. Zeus pèse la destinée des deux guerriers, et la balance penche pour Achille. Confronté à lui, Hector prend la fuite, épouvanté. Cependant, Athéna le convainc d’affronter sa destinée. Comme prévu, Hector meurt au combat. Il a le temps de confier à Achille qu’il trouvera la mort bientôt, fauché par une flèche de son frère Pâris. Achille attache le cadavre d’Hector à son char et le traîne jusqu’au campement des Achéens.

Chant XXIII

Les cérémonies organisées pour les funérailles de Patrocle sont grandioses. Durant des jeux funèbres, de nombreux guerriers illustrent leur valeur au combat.

Chant XXIV

Douze jours plus tard, le corps d’Hector, qu’Achille traîne tous les jours autour de la tombe de Patrocle, est toujours intact grâce aux dieux qui le protègent. Avec l’aide d’Hermès, Priam pénètre dans le camp et réclame le corps de son fils à Achille. Celui-ci accepte, et consent à douze jours de trêve pour les funérailles d’Hector, qui commencent dès le retour de Priam.

Citation

« Chante, Déesse, la colère du Péléide Achille, pernicieuse colère qui valut aux Achéens d’innombrables malheurs, précipita chez Hadès les âmes généreuses d’une foule de héros, et fit de leurs corps la proie des chiens et de tous les oiseaux — ainsi s’accomplissait la volonté de Zeus — depuis le moment où, sitôt après leur querelle, se séparèrent l’Atride roi des guerriers, et le divin Achille. »

Chant I

« Que je meure à l’instant, puisque je ne devais pas secourir le compagnon qui vient de m’être tué ! Il est mort fort loin de sa patrie, et il n’a pas eu en moi de protecteur contre la perdition. »

Chant XVIII

« Le fleuve alors s’élança, bondit en se gonflant ; il bouleversa, brouilla tout le cours de ses eaux, et repoussa les nombreux morts qu’Achille avait tués et qui étaient en masse retenus dans son lit. Il les rejeta de son sein sur la terre, en mugissant comme un taureau. Quant aux vivants, le fleuve les sauva tout au fil de son beau courant, en les cachant au milieu de ses grands et profonds tourbillons. »

Chant XXI

« Mais c’est, ô dieux, au pernicieux Achille que vous préférez prêter votre assistance, à cet Achille qui n’a ni pensées équitables, ni cœur attendrissable au fond de sa poitrine. Il connaît les sauvages impulsions du lion qui, cédant à sa grande violence et à son mâle courage, tombe sur les brebis des bommes pour prendre son repas. »

Chant XXIV