Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Épreuve de français au brevet
Fiche méthode

Introduction :

Au diplôme national du brevet, l’épreuve de français dure 3 heures, elle est notée sur 100 points et comprend 3 parties :

  • les questions sur un texte littéraire et éventuellement une image (50 points – 1 h 10 min) ;
  • On distribue un texte et parfois une image. Il faut ensuite répondre à une série de questions de manière développée, argumentée et organisée. L’une des questions est un exercice de réécriture d'une partie du texte.
  • la dictée (10 points – 20 minutes) ;
  • la rédaction (40 points – 1 h 30 min).
  • Les candidats ont le choix entre un sujet d’invention et un sujet d’argumentation.

Cette fiche donne le détail de chaque épreuve et quelques recommandations méthodologiques.

Généralités sur le diplôme national du brevet

Le calcul des points au brevet

Il y a quelque chose d’important à savoir sur l’examen du brevet : il commence dès le début de l’année de 3e. On additionne deux grandes notes pour l’obtention de l’examen : une note dite de contrôle continu, qui prend en compte les compétences acquises durant l’année, et une note d’examen.

La note de contrôle continu est calculée à partir des appréciations délivrées par les professeurs à propos de 8 compétences :

  • comprendre et s'exprimer en utilisant la langue française à l'oral et à l'écrit ;
  • comprendre et s'exprimer en utilisant une langue étrangère et/ou régionale ;
  • comprendre et s'exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques ;
  • comprendre et s'exprimer en utilisant les langages des arts et du corps ;
  • les méthodes et outils pour apprendre ;
  • la formation de la personne et du citoyen ;
  • les systèmes naturels et les systèmes techniques ;
  • les représentations du monde et de l'activité humaine.

Il existe 4 appréciations possibles, qui donnent chacune un certain nombre de points :

  • maîtrise insuffisante (10 points) ;
  • maîtrise fragile (25 points) ;
  • maîtrise satisfaisante (40 points) ;
  • très bonne maîtrise (50 points).
  • La note de contrôle continu peut donc atteindre un total de 400 points (8 × 50).

La note d’examen s’obtient en additionnant les résultats :

  • de l’épreuve orale (EPI, notée sur 100 points) ;
  • de l’épreuve de français (notée sur 100 points) ;
  • de l’épreuve de mathématiques (notée sur 100 points) ;
  • de l’épreuve d’histoire-géographie-enseignement moral et civique (notée sur 50 points) ;
  • et de l’épreuve de sciences (notée sur 50 points) ;
  • La note d’examen peut donc également atteindre un total de 400 points (100 + 100 +100 + 50 + 50).

La note final du brevet est donc sur 800 points (400 points de contrôle continu et 400 points d’épreuves).

Pour obtenir son diplôme, il faut obtenir un total d’au moins 350 points.

Les mentions au brevet

Peu de gens le savent, mais il existe des mentions pour le diplôme national du brevet. Pour obtenir une mention, il faut prendre en compte le total des notes du contrôle continu et de celles d’examen :

  • à partir de 480 points on obtient la mention assez bien ;
  • à partir de 560 points on obtient la mention bien ;
  • à partir de 640 points on obtient la mention très bien.
bannière astuce

Astuce

Obtenir une mention bien ou très bien peut permettre, sous certaines conditions, de décrocher une bourse de mérite pour l’entrée au lycée.

Le déroulement de l’examen

Conditions d’admission en salle d’examen

Le brevet des collèges vise aussi à responsabiliser les élèves. C’est le premier examen de leur scolarité et son organisation est aussi rigoureuse que pour les examens de niveau supérieur :

  • impossible d’entrer dans la salle une fois que les enveloppes des sujets ont été ouvertes, il faut donc arriver à l’heure. Il est même fortement recommandé d’avoir dix minutes d’avance dans la salle d’examen ;

  • les feuilles de composition et les brouillons sont fournis ;

  • le jour de l’épreuve, il faut se présenter avec sa convocation et un titre d’identité en cours de validité. En raison des délais nécessaires pour la refaire, pensez à vérifier en avance que votre carte d’identité sera toujours valable le jour du brevet.

Matériel autorisé et matériel interdit

Pour la seconde partie de l’épreuve de français (la rédaction) un dictionnaire de langue française est autorisé. Il est dommage de s’en passer, surtout lorsqu’on choisit le sujet d’argumentation.

  • En effet, ces sujets nécessitent souvent une analyse des termes de la question, et avoir la définition précise de ces termes permet d’éviter le hors-sujet.

En revanche, il ne faut pas oublier que les téléphones portables sont totalement proscrits en salle d’examen, même si ce n’est que pour regarder l’heure. Il est donc fortement recommandé d’avoir une montre pour gérer le temps de manière optimale.

Obtenir du temps supplémentaire

Pour les élèves qui disposent d’aménagements dans leur scolarité, une aide peut être demandée pour l’examen. Elle vise à compenser par exemple les troubles « dys » ou certains handicaps. Elle peut prendre différentes formes dont les plus fréquentes sont :

  • l’obtention de temps supplémentaire (on ajoute un tiers du temps total de l’épreuve) ;

  • l’utilisation d’un ordinateur ;

  • le recours à un secrétaire pour écrire.

bannière attention

Attention

Les demandes d’aménagement pour les examens ne sont pas automatiques. Il faut donc penser à faire la demande suffisament tôt, car les formalités peuvent prendre du temps.

Les questions sur un texte littéraire (et éventuellement une image)

Lecture du texte

Le texte à étudier peut être : soit un extrait de roman, soit un extrait de pièce de théâtre, ou encore un poème.

Pour ces deux derniers genres, il est nécessaire de posséder quelques bases du vocabulaire adéquat. Même si des questions de langue interviennent régulièrement dans l’examen, c’est surtout la compréhension de texte qui va primer.

Le texte est accompagné de plusieurs questions (en général, sept ou huit).
La grande majorité de ces questions demande de poser un vrai regard sur le texte proposé : cela implique d’en avoir fait une bonne lecture.

  • C’est pourquoi avant même de regarder les questions que l’on pose, il faut lire le texte tranquillement, plusieurs fois si besoin, pour être sûr de bien le comprendre.

Lecture des questions

Avant de commencer à répondre aux questions, commencez par toutes les lire. Il y a quelques questions de langue et des questions de pure compréhension de texte.

  • Le jury porte une attention toute particulière à la formulation de la réponse faite par le candidat.

Les réponses doivent être des phrases, et non de simples mots. Il est très important de les justifier en citant le texte.
Si la réponse à une question est vraiment longue, il faut la structurer de manière logique. Pour cela, le brouillon est très utile.

bannière attention

Attention

Parfois, les candidats expliquent plus de choses qu’il n’est réellement nécessaire. Ce n’est pas gênant, sauf lorsque la réponse finit par répondre à une autre question ! Pour évitez cela, lisez toutes les questions et répondez-y au brouillon avant de vous lancer dans la rédaction sur la copie.

L’utilisation du brouillon

Le brouillon est là pour vous aider, à condition de bien l’organiser.
Vous pouvez par exemple utiliser des couleurs. Pensez à bien noter le numéro de la question que vous préparez pour ne pas avoir à chercher après. N’hésitez pas non sluq à surligner les choses utiles sur le sujet qu’on vous a distribué, par exemple les phrases que vous allez devoir citer, les figures de style (que vous nommerez dans la marge), les champs lexicaux…

bannière attention

Attention

Dans l’idéal, il faut mettre une heure pour répondre aux questions, rédaction incluse. Il est donc impossible de tout rédiger au brouillon : utilisez des abbréviations, des tirets, des flèches…

La rédaction au propre

Chaque année, les correcteurs remarquent des candidats qui, visiblement, avaient compris le texte et connaissaient les réponses, mais n’ont pas su bien développer.

  • Résultat : alors que dans l’absolu, rien n’est faux sur leurs copies, il est rare qu’ils obtiennent la moyenne.

Il faut donc s’entraîner tout au long de l’année scolaire à bien développer ses propos : c’est l’un des critères essentiels de notation dans l’épreuve de français.

Le but est de finir les questions en une heure maximum pour garder au moins un quart d’heure pour la question de réécriture, qui compte pour quatre points. Ensuite, le professeur ou surveillant présent vous fera arrêter pour passer à la dictée.

bannière astuce

Astuce

N’oubliez pas de garder du temps pour vous relire. Les fautes d’orthographes pénalisent beaucoup les candidats, mais pas seulement. La syntaxe a aussi beaucoup (sinon plus) d’importance. En effet, imaginez avoir une bonne réponse mais l’avoir mal expliquée : le correcteur ne pourra pas vous mettre les points. Si vous êtes sujet aux fautes de syntaxe, privilégiez les phrases courtes, sans subordonnées.

La question de réécriture

La question de réécriture paraît simple, mais il n’en est rien.
Elle impose souvent une double contrainte, comme par exemple :

  • « Vous transposerez au présent et à la troisième personne du singulier le passage suivant ».

Dans cet exemple, il faudrait à la fois changer le temps et la personne.
Admettons que le texte soit narré à la première personne du singulier : les « je » du texte devraient donc se changer en « il », et tous les verbes devraient bien sûr s’accorder en conséquence.

bannière attention

Attention

Il ne faut pas changer plus de choses que ce que l’on demande. Il faudra parfois réécrire certaines phrases de l’extrait à l’identique et en entier.

La dictée

La dictée, notée sur 10 points, a lieu au bout d’une heure et dix minutes d’épreuve. Il faut donc avoir fini les questions de compréhension ainsi que la réécriture avant qu’elle ne commence. Au bout d’une heure et dix minutes, l’examinateur proposera d’écouter le texte de la dictée.

bannière astuce

Astuce

La dictée est la partie de l’épreuve la plus redoutée à cause de l’orthographe. Mais en orthographe, il n’y a pas de fatalité. Un bon moyen de progresser dans ce domaine est la lecture, à raison d’un petit quart d’heure par jour.

Le texte sera lu trois fois :

  • la première fois en vitesse normale, juste pour écouter et comprendre le texte ;
  • la seconde fois sert à écrire le texte ;
  • enfin, la troisième et dernière fois permet de vérifier que rien n’a été oublié.

Pendant la dictée, on ne peut pas demander à l’examinateur de répéter. Il faut donc prêter une attention particulière lors des deux lectures qui encadrent la dictée : elles sont justement là pour s’y retrouver dans le texte.

La rédaction

La rédaction, notée sur 40 points, propose systématiquement deux types de sujets possibles :

  • un sujet dit d’invention,
  • et l’autre d’argumentation.

Dans les deux cas, on demande de produire un texte d’au moins deux pages pour lequel il faut utiliser l’heure et demi offerte. Il ne faut pas tomber dans le piège classique du sujet d’invention : ce n’est pas forcément le plus simple. Il faut donc bien lire chacun des deux sujets, en restant le plus ouvert possible.

Le sujet d’invention

  • Pour le sujet d’invention, il faut prendre le temps de penser d’abord à l’histoire (un résumé) au brouillon, afin de structurer le récit correctement. Le brouillon doit présenter quelques mots, des flèches, des idées… C’est le schéma, le plan de l’histoire.
  • Une fois celui-ci bien déterminé, il faut écrire directement sur la copie d’examen, en essayant de soigner au maximum la formulation des phrases (c’est-à-dire la syntaxe) comme l’orthographe. Il faut éviter toute forme de vulgarité, ou encore de langage familier.

Le sujet d’argumentation

Choisir le sujet d’argumentation, c’est prendre un léger risque. Mais comme tout risque, il peut rapporter gros. Le sujet se présente en général sous la forme d’une question, suivie par la consigne « Vous présenterez votre réflexion dans un développement organisé. » Ce qui veut dire qu’il faudra bien organiser ses propos.

Conclusion :

Pas de panique pour le premier examen de votre scolarité : rien de ce qui vous sera demandé n’excèdera en difficulté ce que vous aurez pu voir en 3e. Les sujets sont même assez typiques et similaires d’une année sur l’autre. Aussi, refaire le sujet tombé l’année précédente est un excellent entraînement. Assurez-vous surtout de maîtriser les vocabulaires du théâtre et de la poésie, les figures de style et les genres littéraires. Plus important encore, la grammaire qui, sans avoir une épreuve réservée, est évaluée dans tous les exercices.

La veille de votre examen, pensez à vous détendre, à vous coucher tôt et à avoir déjà préparé vos fournitures, convocations et carte d’identité.