Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Ironique
Registre littéraire

Définition

Le registre ironique consiste à exprimer le contraire de ce que l’on pense ou de ce que l’on veut faire penser, non pour dissimuler la vérité, mais pour moquer la thèse adverse. Ce registre est souvent utilisé dans des textes polémiques.
Il s’exprime au moyen de figures d’amplification : l’hyperbole, qui repose sur l’exagération ; la litote, qui consiste à dire moins pour suggérer davantage ; la gradation, qui est une énumération graduée. Mais aussi par l’antiphrase, qui consiste à employer un mot ou une locution avec l’intention d’exprimer le contraire de ce que l’on a dit.
L’ironie est une arme essentielle dans l’argumentation, car elle établit une relation de connivence avec le lecteur pour le faire adhérer à la thèse défendue. Pour cela, celui-ci doit être conscient des indices signalant l’ironie.

bannière attention

Attention

Les registres peuvent se cumuler dans une même œuvre.

Exemples

Registre ironique exprimé à travers des figures d’exagération.

« À ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire à leurs enfants. Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser, sous les mêmes peines […] »

De l’horrible danger de la lecture 1765

François-Marie Arouet dit Voltaire

Registre ironique exprimé à travers des figures d’amplification et des antiphrases.

« Étoiles de justice, abîmes de science, miroirs de vérité qui avez la pesanteur du plomb, la dureté du fer, l’éclat du diamant, et beaucoup d’affinité avec l’or, puisqu’il m’est permis de parler devant cette auguste assemblée, je vous jure par Orosmade, que je n’ai jamais vu la chienne respectable de la reine, ni le cheval sacré du roi des rois. Voici ce qui m’est arrivé : Je me promenais vers le petit bois où j’ai rencontré depuis le vénérable eunuque et le très illustre grand veneur. J’ai vu sur le sable les traces d’un animal, et j’ai jugé aisément que c’étaient celles d’un petit chien. »

Zadig ou La Destinée 1747

François-Marie Arouet dit Voltaire

Registre ironique exprimé par l’absurde.

« Ces messieurs ne connaissaient rien à mon mal ; donc je n’étais pas malade : car comment supposer que des docteurs ne sussent pas tout ? »

Les Confessions 1782

Jean-Jacques Rousseau

Registre ironique qui montre l’importance de connaître le contexte. Ici, le lecteur doit savoir que Montesquieu est un fervent opposant à l’esclavage.

« Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais : Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres.
Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves. Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé, qu’il est presque impossible de les plaindre. On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir. Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une manière plus marquée.
On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, était d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains. »

De l’Esprit des lois 1748

Charles de Secondat dit Montesquieu