Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Sujet brevet - Français
Fiche annale

Annale zéro : épreuve de français, histoire et géographie, enseignement moral et civique

Partie I. 2. - Français (1 heure)

Les candidats doivent composer, pour cette partie I.2. « Français », sur une copie distincte.

A. Texte littéraire

John Johnson, dit le Boa, a été élu maire de Coca, ville imaginaire des États-Unis. Il a de grands projets pour sa ville. Quelques semaines après son élection, il fait un séjour à Dubaï. C’est son premier voyage hors du continent américain.

Ce qu’il voit entre l’aéroport et la ville provoque chez lui une sensation ambivalente d’euphorie1 et d’écrasement. Les grues d'abord lui éberluent2 la tête : agglutinées par centaines, elles surpeuplent le ciel, leurs bras comme des sabres laser plus fluorescents que ceux des guerriers du Jedi, leur halo blafard auréolant la ville chantier d'une coupole de nuit blanche. Le Boa se tord le cou à les compter toutes, et l'homme en dishdash3 blanche qui le coudoie sur la banquette, le voyant faire, lui signale qu'un tiers des grues existant à la surface du globe est réquisitionné en ces lieux : une sur trois répète-t-il, une sur trois est ici, chez nous. Sa toute petite bouche soulignée d'un trait de moustache articule très doucement nous construisons la cité du futur, une entreprise pharaonique. Le Boa ne dit plus rien. Il salive, émerveillé. La prolifération des tours le sidère, si nombreuses qu'on les croit multipliées par un œil malade, si hautes qu'on se frotte les paupières, craignant d'halluciner, leurs fenêtres blanches comme des milliers de petits parallélogrammes aveuglants, comme des milliers de pastilles de Vichy effervescentes dans la nuit délavée ; ici on travaille vingt-quatre heures sur vingt-quatre, les ouvriers sont logés à l'extérieur de la ville, les rotations se font par navette – l'homme susurre chaque information, escortant l'étonnement de Boa avec délicatesse. Plus loin, il pointe d'un index cireux un édifice en construction, déjà haut d'une centaine d'étages, et précise : celle-ci sera haute de sept cents mètres. Le Boa hoche la tête, s'enquiert soudain des hauteurs de l'Empire State Building de New York, ou du Hancok Center de Chicago, questionne sur les tours de Shanghai, de Cape Town, de Moscou, il est euphorique et médusé4. À Dubaï donc, le ciel est solide, massif : de la terre à bâtir. Le trajet est long dans la longue voiture, la mer tarde à venir, le Boa l’attend plate, inaffectée, lourde nappe noire comme le pétrole dont le pourtour s’effacerait dans la nuit, et il sursaute à la découvrir construite elle aussi, rendue solide, croûteuse, et apte à faire socle pour un archipel artificiel qui reproduirait un planisphère – la Grande-Bretagne y est à vendre trois millions de dollars – ou un complexe d’habitations de luxe en forme de palmier : elle aussi, donc, de la terre à bâtir. Le Boa arrive à l’hôtel bouleversé, les joues rouges et les yeux exorbités, il peine à s’endormir, la nuit est trop claire, comme filtrée par une gaze5 chaude, lui-même trop excité – le Burj Al-Arab est l’hôtel le plus haut du monde, une immense voile de verre et de Teflon gonflée face au golfe Persique qui est absolument noir à cette heure, et clos comme un coffre […]. Au réveil, le Boa est convaincu d’avoir trouvé l’inspiration qui manquait à son mandat. C’est un espace maîtrisé qui s’offre à ses yeux, un espace, pense-t-il, où la maîtrise se combine à l’audace, et là est la marque de la puissance.

Maylis de Kerangal, Naissance d’un pont (éditions Verticales, 2010 ; réédition Folio Gallimard, p. 52-53)

1euphorie : sensation intense de bien-être, de joie, d’optimisme.
2éberluer : étonner vivement, stupéfier.
3dishdash : longue robe blanche, vêtement traditionnel.
4médusé : qui manifeste un grand étonnement, de la stupeur.
5gaze : tissu léger, utilisé en couture (gaze de soie ou de coton) ou en compresses et pansements (gaze de coton).

B. Image

Alt texte Photographie - Fritz Mueller Visuals, « Dubaï », copyright Fritz Mueller, 2015

Questions (20 points)

Les réponses aux questions doivent être entièrement rédigées.

Sur le texte littéraire (document A)

  • Quelles sont les caractéristiques principales de la ville décrite dans le texte ? (2 points)
  • Étudiez précisément la progression des émotions et sensations ressenties par le personnage principal au fil de l’extrait. (3 points)
  • À quel temps les verbes sont-ils majoritairement conjugués dans le texte? Comment comprenez- vous ce choix de l’auteur ? (2 points)
  • « Sa toute petite bouche soulignée d'un trait de moustache articule très doucement nous construisons la cité du futur, une entreprise pharaonique » : comment dans cette phrase les propos tenus par le personnage sont-ils rapportés? Est-ce une manière de faire habituelle ? À votre avis, pourquoi l’auteur procède-t-il ainsi ? (2,5 points)
  • « une entreprise pharaonique » : (1,5 point)
  • Comment le mot souligné est-il construit ?
  • Que signifie-t-il généralement ?
  • Le contexte lui donne-t-il une valeur particulière ?
  • « Un espace, pense-t-il, où la maîtrise se combine à l’audace, et là est la marque de la puissance » :
  • Expliquez le sens de cette phrase en vous aidant de ce qui la précède. (2 points)
  • À votre avis, l’auteur partage-t-il ici la pensée du personnage ? (1 point)
  • Proposez un titre pour ce texte, puis expliquez vos intentions et ce qui justifie votre proposition. (2 points)

Sur le texte et l’image (documents A et B)

  • Quels sont les éléments qui rapprochent l’image et le texte ? (2 points)
  • Quelles impressions suscite en vous cette photographie ? Sont-elles comparables à celles produites par le texte ? Pourquoi ? (2 points)

Partie II. Français, rédaction et maîtrise de la langue (2 heures – 30 points)

Partie II. 1. Dictée et réécriture (30 minutes, 10 points)

Les candidats doivent composer, pour cette partie II.1. « Dictée et réécriture », sur une copie distincte.

Dictée (5 points)

On dictera le texte à haute voix à plusieurs reprises, dans une durée totale de 20 minutes. On inscrira au tableau de manière lisible par l’ensemble des candidats :

au-delà Aragon, Aurélien, 1944.

Les Parisiens n’ont jamais de leur ville le plaisir qu’en prennent les provinciaux. D’abord, pour eux, Paris se limite à la taille de leurs habitudes et de leurs curiosités. Un Parisien réduit sa ville à quelques quartiers, il ignore tout ce qui est au-delà qui cesse d’être Paris pour lui. Puis il n’y a pas ce sentiment presque continu de se perdre qui est un grand charme. Cette sécurité de ne connaître personne, de ne pouvoir être rencontré par hasard. Il lui arrive d’avoir cette sensation bizarre au contraire dans de toutes petites villes où il est de passage, et le seul à ne pas connaître tous les autres.

Aragon, Aurélien, éd. Gallimard, 1944.

Réécriture (5 points)

« Le Boa arrive à l’hôtel bouleversé, les joues rouges et les yeux exorbités, il peine à s’endormir, la nuit est trop claire, comme filtrée par une gaze chaude, lui-même trop excité ».

Réécrivez cette phrase en remplaçant « Le Boa » par « Ils » et en procédant à toutes les transformations nécessaires.

Partie II. 2. Travail d’écriture (1 heure 30, 20 points)

Les candidats doivent composer, pour cette partie II.2. « Travail d’écriture », sur une copie distincte.

Vous traiterez au choix le sujet A ou B :

Sujet A Selon vous, la vie au sein d’une ville moderne est-elle source de bonheur et d’épanouissement ? Vous répondrez à cette question dans un développement argumenté en vous appuyant sur votre expérience, sur vos lectures, votre culture personnelle et les connaissances acquises dans l’ensemble des disciplines.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).

Sujet B Vous êtes un architecte et vous proposez au pays imaginaire d’Utopia la fondation d’une ville idéale. Écrivez la lettre que vous adressez aux dirigeants d’Utopia pour expliquer votre vision de la ville, justifier vox choix et les inviter à retenir votre projet.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).