Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Des ressources majeures sous pression : l’exemple de la forêt amazonienne

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Un milieu à fortes contraintes

  • Superficie : la forêt amazonienne représente la moitié de la surface des forêts tropicales du monde (5,5 millions de km2) et s’étend à 60 % sur le Brésil, et sur 8 autres pays d’Amérique du Sud.
  • Caractéristiques : forêt tropicale humide, canopée dense et haute, climat chaud et humide, biodiversité exceptionnelle (milliards d’arbres, grande diversité de végétaux, millions d’espèces d’insectes, centaines d’espèces de mammifères et d’oiseaux). Menacée par la déforestation.
  • traversée par l’Amazone, fleuve de près de 7 000 km (le plus long du monde) ;
  • puit de carbone permettant de compenser les rejets anthropiques : permet la limitation du changement climatique (« poumon de la planète ») ;
  • sol peu fertile et occupé par des arbres massifs et climat hostile : peu propice à l’installation humaine.
  • Amazonie : densité de population très faible (Amazonie brésilienne : 42 % du territoire mais 6 % seulement de sa population).

Un espace habité et exploité

  • Travaux de désenclavement dans la forêt depuis les années 1970 : on parle de forêt urbanisée.
  • La région brésilienne de l’Amazonie est passée depuis de 6 à 25 millions d’habitants grâce au développement des fronts pionniers (Route Transamazonienne).
  • Le Brésil veut permettre une réduction des inégalités de richesse dans le pays et l’exploitation de la forêt doit permettre aux populations pauvres de bénéficier d’une terre et d’un revenu.
  • L’afflux récent de populations et les nouvelles infrastructures mises en place favorisent donc l’exploitation des ressources de l’Amazonie.
  • La déforestation est due à :
  • l’agriculture vivrière pratiquée par les petits propriétaires terriens (culture sur brûlis) ;
  • l’agriculture intensive pratiquée par les grandes compagnies ;
  • une exploitation illégale (exemple : trafic de bois précieux).

Des pressions anthropiques entrainant des risques accrus pour les populations

  • La forêt amazonienne a perdu plus de 760 000 km2 de superficie depuis 1970.
  • Conséquences de la surexploitation :
  • la forêt perd son rôle de « poumon vert » : le déboisement est responsable du réchauffement climatique ;
  • menace directe sur la biodiversité ;
  • augmentation du risque d’inondation ;
  • pollutions multiples (dont pollution importante des eaux) ;
  • conséquences sur les populations autochtones brutalisées et chassées de leurs terres.
  • 2005 : point culminant de la déforestation.
  • 2006 : plusieurs FTN ont établi un moratoire sur les produits issus de la forêt amazonienne.
  • Les COP traduisent la volonté des États concernés de lutter contre la déforestation massive de la forêt amazonienne.
  • Le gouvernement brésilien a annoncé pouvoir reboiser 120 000 km2 de surface et a annoncé la fin du déboisement illégal d’ici 2030.
  • À l’étranger, plusieurs États occidentaux ont versé des aides financières pour entretenir la forêt, protéger ses habitants et favoriser la biodiversité.
  • En 2016, plus de 7 600 km2 ont été déboisés, même si le rythme de la déforestation a ralenti.