Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Héros tragique et destin meurtrier : Roberto Zucco, Koltès

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Itinéraire d’un tueur en série : du fait divers au mythe

  • Roberto Succo est un schizophrène qui a tué ses parents à dix-neuf ans. Par la suite, il s’échappe de l’hôpital dans lequel il est interné. Il se livre au vol et au viol, agresse plusieurs personnes et en tue cinq, dont plusieurs policiers. Il est finalement arrêté en Italie.
  • La pièce de Koltès (1990) donne lieu à de vives polémiques puisque Koltès semble prendre la défense d’un meurtrier dont les crimes sont encore récents et frais dans les mémoires.
  • La pièce est composée de 15 scènes, souvent constituées de longs monologues et présentant assez peu d’actions.
  • Koltès explique que son intention était de faire de ce personnage un mythe.
  • Roberto Zucco est le seul personnage de la pièce désigné par son nom, cette focalisation contribue à la formation du mythe.
  • Certaines scène ont pour titre le nom de personnages mythiques.
  • Le manque de précisions sur les lieux contribue aussi à l’élaboration du mythe.
  • Roberto Zucco s’apparente au héros tragique, déchiré par la violence et la folie.

Portraits d’un être insaisissable

  • On sait peu de choses sur Roberto Zucco, ce qui lui donne un caractère insaisissable.
  • La violence gratuite se retrouve dans les actes et les crimes de Zucco (meurtre de sa mère, viol de la gamine).
  • La communication avec Zucco est complexe, et on peut se demander s’il réellement incapable d’empathie et limité à une perception au premier degré des situations.
  • Le système de valeurs de Zucco entre en dissonance avec celui de la société dans laquelle il évolue.
  • Il lui arrive cependant de montrer une certaine sensibilité, comme lors de la scène dans le métro avec le vieil homme. Les agissements de Roberto Zucco échappent à la logique : il tue sans raison, mais d’autres fois épargnent ses victimes, s’adonne parfois à des accès d’humanité…
  • Sa mère elle-même semble ne pas pouvoir le comprendre et l’associe à un jouet cassé qu’il faut abandonner.

Le sens de ses actes et la responsabilité : le problème de l’origine de la violence

  • Aucune raison n’est avancée pour expliquer les différents crimes de Roberto Zucco, et il faut donc se livrer à un travail d’interprétation en relevant les indices disséminés dans le texte.
  • La folie et la fragilité du personnage peuvent constituer la première hypothèse à l’origine de la violence de Roberto Zucco, qui fuit son identité.
  • La différence du personnage semble cependant venir de l’intérieur autant que l’extérieur. Il évolue dans un monde absurde, souvent violent et égoïste et l’exprime à travers un discours nihiliste.
  • Les actes de Zucco peuvent également être vus comme un affirmation absurde de sa liberté. Ses meurtres sont dénués de motifs, comme son existence.
  • Ce dénuement qui caractérise la vie de Zucco, se retrouve dans l’écriture des répliques elles-mêmes.
  • À la fin de la pièce, Roberto se présente comme un être fondamentalement libre. Ni fou ni cruel, il fait ce qu’il a à faire, c’est-à-dire vivre et avancer en suivant l’ordre des choses. Le dénouement montre cependant que ce destin est destructeur plutôt que raisonnable, et que c’est vers sa propre mort que Roberto Zucco se hâte.