Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

La révolution industrielle, facteur de rupture entre l'Homme et la nature

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

L’industrialisation responsable de l’évolution des paysages

  • Depuis deux siècles, le monde a connu une évolution majeure. Les révolutions industrielles ont considérablement transformé les paysages et les modes de vie.
  • La première révolution industrielle au XIXe siècle fait basculer les pays d’Europe d’une ère agraire à l’ère industrielle.
  • L’implantation d’usines bouleverse les paysages mais aussi les modes de vie des populations qui se regroupent autour de ces nouveaux centres d’activités qui offrent du travail.
  • C’est le début du monde ouvrier.
  • En France, l’exploitation des mines de charbon a considérablement marqué le territoire. Des habitations sont construites pour les ouvriers et leurs familles autour des gisements de charbon, formant ainsi des cités ouvrières. Des terrils forment des montagnes noires et transforment les paysages.
  • Les conditions de travail des ouvriers sont en outre abominables. Les risques encourus et la pénibilité du travail inspirent notamment Zola avec son roman Germinal en 1885.
  • Si l’ère industrielle a apporté le confort moderne, elle n’est pourtant pas synonyme de progrès social. De plus, la présence croissante de la science et de la technologie dans le quotidien peut inquiéter.

Les dérives de l’industrialisation en masse

  • Certains auteurs de romans d’anticipation s’interrogent sur les limites de l’industrialisation.
  • Ravage, le roman d’anticipation de René Barjavel écrit sous l’occupation nazie en 1943 imagine une société où la technologie viendrait à disparaître.
  • L’auteur s’interroge sur notre dépendance à la technologie et au confort qu’apportent les sciences.
  • Il décrit l’évolution des modes de vie dans cette société futuriste. L’agriculture est désormais obsolète.
  • L’idée d’une agriculture devenue entièrement industrielle, maîtrisée par la science, effraie le lecteur.
  • L’auteur dénonce le fait qu’à vouloir tout transformer, l’Homme dénature tout, même l’essentiel, conduisant alors à commettre des absurdités.
  • Derrière les propos d’un narrateur en apparence satisfait se cache la critique de l’auteur, opposé à l’industrialisation et aux progrès absurdes de la technique.
  • Barjavel donne donc un aperçu de ce vers quoi la société tend si elle ne prête pas attention aux conséquences de ces progrès scientifiques et technologiques.