Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La réaction inflammatoire

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Avant de commencer, regarde la vidéo

​Introduction :

Le corps humain met en place des systèmes de défense face à différents envahisseurs. Lorsque notre organisme est infecté à cause d’une lésion de la peau, ou par un virus ou une bactérie, il sait se défendre seul. C’est le système immunitaire qui est sollicité dans cette lutte. Nous rappellerons dans un premier temps ce qu’est le système immunitaire, puis nous verrons comment fonctionne la réaction inflammatoire et plus précisément la notion de phagocytose.

Qu’est-ce que le système immunitaire ?

Dans notre organisme, il y a des organes qui fabriquent des cellules spécifiques. Ces organes sont les ganglions, la moelle osseuse, la rate et les amygdales. Ils sont aussi appelés les organes lymphoïdes.

Ils fabriquent les globules blancs qui sont des cellules capables de distinguer des éléments du soi, c’est-à-dire les cellules qui appartiennent à l’organisme, et les éléments du non-soi, c’est-à-dire les cellules qui proviennent d’autres organismes et donc qui peuvent être dangereux pour l’intégrité de notre organisme.

Trois types de globules blancs peuvent être distingués :

Schéma des types de globules blancs Schéma des types de globules blancs

  • Les monocytes qui sont de grosses cellules avec un noyau en forme de haricot. Elles sont phagocytaires, c’est-à-dire qu’elles absorbent des éléments étrangers ou anormaux.
  • Les granulocytes sont des cellules caractérisées par un noyau en plusieurs lobes. Elles permettent une réponse immunitaire rapide.
  • Les lymphocytes sont des cellules qui ont un gros noyau. Elles sont impliquées dans les réponses immunitaires adaptatives, c’est-à-dire plus lentes.
  • Il existe aussi des mastocytes qui sont des cellules présentes dans certains tissus seulement et elles interviennent dans les réactions d’allergie.

Une réaction immunitaire rapide et innée

Lorsque l’organisme subit une invasion par un corps étranger, il met en place de façon rapide et innée un mécanisme de défense. Cette défense existe naturellement chez la plupart des animaux, elle est présente dès la naissance. Elle fait partie des caractéristiques transmises de génération en génération et permet une réaction très rapide de l’organisme.

  • Ce mécanisme de défense concerne surtout les infections cutanées.

Lorsque la peau a une lésion, certains éléments envahisseurs peuvent s’insérer.

Les cellules immunitaires sont à l’affût des agents infectieux, on les appelle les cellules sentinelles.

Grâce à des récepteurs sur leur membrane plasmique, les cellules sentinelles vont pouvoir détecter les agents infectieux. Lorsqu’un élément étranger est détecté, les cellules sentinelles sécrètent des médiateurs chimiques de l’inflammation, comme le TNF ou l’histamine par exemple, qui vont alors déclencher au niveau de la lésion une réaction inflammatoire locale.

Cette réaction est due à plusieurs mécanismes :

  • Tout d’abord on observe un afflux de sang au niveau du site favorisé par une vasodilatation des vaisseaux sanguins.

En effet, les vaisseaux ont un diamètre plus important, permettant ainsi l’apport d’une plus grande quantité de sang, donc plus de globules blancs. Ce phénomène d’adaptation est possible aussi grâce à la sécrétion plus importante par l’organisme de l’histamine qui va déclencher l’afflux local de plasma. Cette substance est naturellement présente dans les tissus de l’organisme.

  • Au niveau de cette lésion va alors apparaître une rougeur, un gonflement, une douleur, résultat de l’apport de plasma, faisant toujours partie du mécanisme naturel et automatique.
  • Suite à la détection des agents infectieux, les granulocytes et les monocytes vont être mobilisés et migrer du sang vers le tissu infecté.

En effet, malgré leur taille, les granulocytes et les monocytes vont se déformer et passer de l’intérieur des vaisseaux sanguins jusqu’à la lésion.

  • Ce mécanisme s’appelle la diapédèse, il est favorisé par les médiateurs chimiques, TNF et histamine, qui vont faciliter la sortie des cellules immunitaires des vaisseaux.
  • Les cellules vont alors réaliser la phagocytose.

La phagocytose

Une fois activés sur le site de l’inflammation, les granulocytes et les monocytes vont éliminer les agents infectieux par phagocytose.

bannière definition

Définition

Phagocytose :

Mécanisme de certaines cellules qui ingèrent et éliminent des éléments étrangers à l’organisme.

La phagocytose se déroule en deux étapes :

  • une adhésion des globules blancs qui repèrent l’élément pathogène au niveau des membranes grâce à des récepteurs spécifiques ;
  • l’agent infectieux va ensuite pouvoir être ingéré par les globules blancs qui ont la possibilité de se déformer pour entourer complètement l’élément pathogène.

Il y a alors une digestion de l’élément à l’intérieur de la cellule grâce à des enzymes stockées dans des vésicules. Les déchets sont ensuite rejetés dans le milieu extra-cellulaire.

Si la phagocytose ne suffit pas à supprimer l’infection, des cellules immunitaires, les cellules dendritiques, vont digérer partiellement l’agent pathogène pour transporter un fragment de protéine jusqu’aux ganglions lymphatiques.

  • Elles vont mettre en place une réponse adaptée à cet agent en déclenchant la production d’anticorps et de lymphocytes T.

​Conclusion :

Une réaction inflammatoire est une réaction rapide et innée mise en place suite à la détection d’agents pathogènes par des cellules sentinelles. Ces cellules vont alors ingérer le corps étranger par phagocytose.