Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Le conte détourné

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Tout d’abord, nous commencerons par rappeler ce qu’est un conte. Ensuite, nous verrons la différence avec un conte détourné. Nous verrons également comment et pourquoi détourner un conte. Enfin, nous terminerons par étudier un extrait de l’ouvrage Un conte peut en cacher un autre de Roald Dahl.

Définition du conte détourné

Qu’est-ce qu’un conte ?

Cherchons des mots de la même famille que le mot « conte ».
Nous pouvons trouver : raconter, racontable, conter, raconteur, conteur.
Tous ces mots ont un lien avec quelque chose qui se dit à haute voix.

  • Le conte est donc une histoire qui se raconte à l’oral.

Pendant longtemps, les contes se sont transmis par la parole et étaient gardés dans la mémoire de chacun. C’est pourquoi on retrouve aujourd’hui plusieurs versions d’un même conte. Avec le temps, ces contes oraux sont devenus des contes écrits. On retrouve des contes dans toutes les civilisations.

bannière exemple

Exemple

Exemples de contes : Le petit Chaperon Rouge, Peau d’Âne, Le Petit Poucet, Barbe Bleue, Cendrillon

bannière à retenir

À retenir

Les contes sont donc des histoires anciennes connues par une grande partie de la population. Aujourd’hui, les contes sont racontées aux enfants.

Les contes ont plusieurs rôles :

  • un conte se termine très souvent par une morale, c’est-à-dire une leçon de vie, il y a un apprentissage à tirer de chaque histoire ;
bannière exemple

Exemple

Le Petit Chaperon Rouge, par exemple, est un conte dont la morale est qu’il faut se méfier des inconnus, ne pas leur faire confiance car leurs intentions ne sont pas toujours bonnes.

  • ils servent aussi à essayer de trouver des explications sur le monde ;
  • ils ont aussi pour rôle de procurer des émotions (faire peur, faire rêver…).
bannière à retenir

À retenir

Les contes ont certaines particularités :

  • les gentils s’opposent aux méchants ;
  • généralement le bien triomphe sur le mal ;
  • il peut y avoir de la magie ou des créatures fantastiques.

Que signifie le terme « détourné » ?

Cherchons des mots de la famille que le mot « détourné ».
Nous trouvons : tourner, détour, tour. Le plus proche est détour.
Détourner signifie suivre un détour. Un détour est un parcours qui s’écarte du chemin initial.

  • Détourné signifie donc l’action de faire un détour, de ne pas suivre le chemin direct.

Qu’est-ce qu’un conte détourné ?

Détourner un conte signifie réécrire un conte déjà existant en faisant quelques modifications.
On utilise des éléments du conte traditionnel et on en modifie certains aspects.

Quelles sont les différentes façons de détourner un conte ?

Il y a plusieurs moyens pour détourner un conte. Il est possible de :

  • changer les illustrations et images ;
  • changer les mots du texte pour le rendre plus facile, plus drôle, plus complet ;
  • changer la forme du texte : le transformer en poème, en pièce de théâtre…
  • changer le moment, l’époque où se passe l’action ;
  • inverser les rôles des personnages ;
  • mélanger des personnages de plusieurs contes ;
  • changer la fin ou le début.

Pourquoi détourner un conte ?

Détourner un conte peut servir à plusieurs choses. L’auteur cherche parfois à :

  • rendre un récit ancien plus moderne ;
  • en finir avec les morales et les bonnes conduites à tenir. Dans un conte traditionnel, on apprend au lecteur à bien se comporter car on lui fait comprendre que les mauvais comportements sont la source de ses problèmes ;
  • faire rire ;
  • donner aux enfants envie de lire.

Un exemple de conte détourné

Lisons « Le petit chaperon rouge », extrait du roman Un conte peut en cacher un autre, de Roald Dahl.

bannière citation

Citation

Quand le loup sentit des tiraillements
Et que de manger il était grand temps,
Il alla trouver Mère-Grand.
Dès qu’elle eut ouvert, elle reconnut
Le sourire narquois et les dents pointues.
Le loup demanda : « Puis-je entrer ? »
La grand-mère avait grand-peur.
« Il va, se dit-elle, me dévorer sur l’heure ! »
La pauvre femme avait raison :
Le loup affamé l’avala tout rond.
Mais la grand-mère était coriace.
« C’est peu, dit le loup faisant la grimace,
C’est à peine s’il m’a semblé
Avoir eu quelque chose à manger ! »
Il fit le tour de la cuisine en glapissant :
« Il faut que j’en reprenne absolument ! »
Puis il ajouta d’un air effrayant :
« Je vais donc attendre ici un moment
Que le Petit Chaperon Rouge revienne
Des bois où pour l’instant elle se promène. »
(Un loup a beau avoir de mauvaises manières,
Il n’avait pas mangé les habit de la grand-mère !)
Il mit son manteau, coiffa son chapeau,
Enfila sa paire de godillots,
Se frisa les cheveux au fer
Et s’installa dans le fauteuil de grand-mère.
Quand Chaperon Rouge arriva, essoufflée,
Elle trouva grand-mère plutôt changée :
« Que tu as de grandes oreilles, Mère-Grand !
― C’est pour mieux t’écouter, mon enfant,
― Que tu as de grands yeux, Mère-Grand !
― C’est pour mieux te voir, mon enfant ! »
Derrière les lunettes de Mère-Grand,
Le loup la regardait en souriant,
« Je vais, pensait-il, manger cette enfant.
Ce sera une chair plus tendre que la Mère-Grand ;
Après les merles, un peu secs, des ortolans ! »
Mais le Petit Chaperon Rouge déclara : « Grand-mère,
Tu as un manteau de fourrure du tonnerre !
― Ce n’est pas dans le texte ! dit le loup. Attends…
Tu devrais dire : « Comme tu as de grandes dents ! »
Enfin… peu importe ce que tu me dis ou non,
C’est moi qui vais te manger, de toute façon ! »
La petite fille sourit, puis, battant des paupières,
De son pantalon, sortit un revolver.
C’est à la tête qu’elle visa le loup,
Et Bang ! l’étendit raide mort d’un coup.
Quelque temps après, dans la forêt,
Chaperon Rouge j’ai rencontré.
Quelle transformation ! Adieu rouge manteau !
Adieu ridicule petit chapeau !
« Salut ! me dit-elle, regarde donc, s’il te plait,
Mon manteau en loup, comme il est croquignolet ! »

Le Petit Chaperon Rouge tue le Loup Le Petit Chaperon Rouge tue le Loup

Comment a été modifiée l’histoire du petit chaperon rouge ?

L’auteur a changé la forme du texte

Cet extrait est un poème. Il comporte des vers et des rimes. Chaque ligne commence aussi par une majuscule.

L’auteur a changé le début

L’histoire ne commence pas avec le Petit Chaperon Rouge qui doit emmener de la nourriture à sa grand-mère.

L’auteur a changé la fin

Même s’il existe plusieurs fins connues au conte traditionnel du Petit Chaperon Rouge, la fin où le Petit Chaperon Rouge tue le loup d’une balle de revolver a été inventée par Roald Dahl.

L’auteur a modifié des éléments

Le revolver a été ajouté, il n’est pas cité dans le conte traditionnel. En contrepartie, il a supprimé plusieurs moments de l’histoire de base, tel que le passage dans la forêt. Il a également supprimé les personnages de la maman et du chasseur.

L’auteur a changé beaucoup de mots du texte

Il a gardé quelques passages très connus tels que :

bannière citation

Citation

« Que tu as de grandes oreilles, Mère-Grand !
― C’est pour mieux t’écouter, mon enfant,
― Que tu as de grands yeux, Mère-Grand !
― C’est pour mieux te voir, mon enfant ! »

Il a aussi rajouté des passages drôles, qui montrent que l’histoire a été détournée :

bannière citation

Citation

Mais le Petit Chaperon Rouge déclara : « Grand-mère,
Tu as un manteau de fourrure du tonnerre !
― Ce n’est pas dans le texte ! dit le loup. Attends…
Tu devrais dire : « Comme tu as de grandes dents ! »

Dans ce passage, le loup annonce clairement qu’ils sont en train de s’écarter du texte d’origine.

Pourquoi Roald Dahl a-t-il détourné le conte traditionnel du Petit Chaperon Rouge ?

Le Petit Chaperon Rouge est un conte dont la morale est qu’il faut se méfier des inconnus, ne pas leur faire confiance car leurs intentions ne sont pas toujours bonnes.
Avec sa réécriture, Roald Dahl souhaite changer la fin moralisatrice et montrer que les personnes mal intentionnées peuvent se faire avoir. Il casse l’image du méchant loup et de la petite fille naïve qui se fait avoir.