Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Le conte traditionnel

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Tout d’abord, nous allons nous rappeler de ce qu’est un conte. Ensuite, nous verrons quelles sont ses particularités et enfin nous étudierons le début du conte traditionnel Barbe-Bleue, de Charles Perrault et nous verrons en quoi ce récit est un conte.

Qu’est-ce qu’un conte ?

Pendant longtemps, les contes se sont transmis par la parole et étaient gardés dans la mémoire de chacun. C’est pourquoi on retrouve aujourd’hui plusieurs versions d’un même conte. Avec le temps, ces contes oraux sont devenus des contes écrits. On trouve des contes dans le monde entier.

bannière exemple

Exemple

Exemples de contes : Le petit Chaperon Rouge, Peau d’Âne, Le Petit Poucet, Barbe Bleue, Cendrillon

bannière à retenir

À retenir

Les contes sont donc des histoires anciennes connues par une grande partie de la population. Aujourd’hui, les contes sont racontés aux enfants.

À quoi servent les contes ?

Les contes ont plusieurs rôles.

bannière à retenir

À retenir

Un conte se termine très souvent par une morale, c’est-à-dire une leçon de vie. Il y a un apprentissage à tirer de chaque histoire.

On apprend au lecteur à bien se comporter car on lui fait comprendre que les mauvais comportements sont la source de ses problèmes.

bannière exemple

Exemple

Le Petit Chaperon Rouge explique qu’il faut se méfier des inconnus, ne pas leur faire confiance car leurs intentions ne sont pas toujours bonnes.

bannière à retenir

À retenir

Les contes servent aussi à essayer de trouver des explications sur le monde.
Ils ont aussi pour rôle de procurer des émotions (faire peur, faire rêver…).

Comment est formé un conte ?

Il y a beaucoup de contes différents, mais ils présentent tous plus ou moins la même structure.

Les personnages présentent des points communs

Il y a presque tout le temps deux clans :

  • d’un côté, il y a les héros et les héroïnes, qui sont gentils, qui doivent affronter le mal, surmonter des épreuves difficiles, défier des personnes maléfiques ;
  • de l’autre côté, il y a les méchants, les ennemis, qui veulent du mal aux héros et héroïnes.
bannière à retenir

À retenir

Les héros (gentils, du côté du bien) font face à des épreuves et des ennemis (méchants, le côté du mal).

L’histoire suit le même schéma

Du début à la fin, les contes suivent un schéma très clair.

  • Tout d’abord, l’histoire commence par la situation initiale.
  • La situation initiale est le début de l’histoire. On nous présente les personnages, l’époque, le lieu.
  • Ensuite, l’élément perturbateur arrive.
  • L’élément perturbateur est le problème que va rencontrer le héros, la tâche qu’il va devoir surmonter, l’ennemi qu’il va devoir défier. On nous explique quel est le problème.
  • Il se passe un enchainement de péripéties. Il s’enchaine plusieurs événements, plusieurs actions. Ce sont les moments où le héros tente de résoudre son problème. Il va peut-être recevoir de l’aide d’autres personnages gentils.
  • Une péripétie est un événèment inattendu qui renverse la situation.
  • L’élément de résolution arrive : le héros trouve comment régler son problème.
  • Enfin, la situation finale. L’histoire se termine bien.

Le schéma narratif du conte

bannière à retenir

À retenir

L’histoire commence par une situation initiale, suivie par un élément perturbateur, s’ensuivent ensuite de nombreuses péripéties qui mènent à un élément de résolution et à une situation finale où le bien triomphe toujours.

Quelles sont les caractéristiques d’un conte ?

Les histoires racontées font partie du monde de l’imaginaire.

  • Le début de l’histoire : chaque conte commence par une formulation proche : il était une fois, il y a fort longtemps
  • Les personnages : ils sont soit gentils soit méchants, mais aussi soit humains, proches du réels, soit imaginaires (avec des pouvoirs) : sorcières, fées, animaux qui parlent.
  • Présence de la magie : on retrouve des objets magiques : baguettes magiques, bottes de sept lieux, pommes empoisonnées…
  • Lieux : ils sont soit très beaux, soit très effrayants.
  • Déroulement de l’histoire : dans un conte, les forces du bien affrontent les forces du mal. Le bien triomphe à chaque fois sur le mal. L’histoire se termine bien.
  • Sens moral de l’histoire : le conte sert parfois à expliquer le monde ou à inculquer des valeurs au jeune enfant. Par exemple : la morale de Barbe-Bleue est que la curiosité est un vilain défaut.

Barbe-Bleue : un conte ?

Pour bien comprendre, voici un résumé de l’histoire de Barbe-Bleue de Charles Perrault

Un homme riche a une barbe bleue, il lui est difficile de nouer des liens. Par ailleurs, il a déjà été marié mais personne ne sait ce que sont devenues ses femmes.
Un jour, il se marie avec une jeune femme. Peu après leur mariage, il doit partir pour affaires. Il lui confie la clé d’une pièce en lui interdisant formellement d’y aller. Une fois qu’il est parti, sa femme ne peut résister à la tentation et va voir ce qui est enfermé dans ce cabinet. Elle découvre alors du sang et des cadavres de femmes.
Choquée, elle fait tomber la clé dans une tâche de sang. Elle repart vite et se promet de ne rien dire à son mari. Malheureusement, les tâches de sang sur la clé ne partent pas. Son mari va donc finir par savoir qu’elle a été voir dans le cabinet. Quand il l’apprend, il dit à sa femme qu’il va la tuer et qu’elle va rejoindre les autres. Heureusement, ses frères arrivent à temps et tuent Barbe-Bleue.

Lisons le début de l’histoire

« Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne, de la vaisselle d’or et d’argent, des meubles en broderie, et des carrosses tout dorés ; mais par malheur cet homme avait la barbe bleue : cela le rendait si laid et si terrible, qu’il n’était ni femme ni fille qui ne s’enfuît de devant lui. Une de ses voisines, dame de qualité, avait deux filles parfaitement belles. Il lui en demanda une en mariage, et lui laissa le choix de celle qu’elle voudrait lui donner. Elles n’en voulaient point toutes deux, et se le renvoyaient l’une à l’autre, ne pouvant se résoudre à prendre un homme qui eût la barbe bleue. Ce qui les dégoûtait encore, c’est qu’il avait déjà épousé plusieurs femmes, et qu’on ne savait ce que ces femmes étaient devenues. La Barbe bleue, pour faire connaissance, les mena avec leur mère, et trois ou quatre de leurs meilleures amies, et quelques jeunes gens du voisinage, à une de ses maisons de campagne, où on demeura huit jours entiers. Ce n’était que promenades, que parties de chasse et de pêche, que danses et festins, que collations : on ne dormait point, et on passait toute la nuit à se faire des malices les uns aux autres ; enfin tout alla si bien, que la cadette1 commença à trouver que le maître du logis n’avait plus la barbe si bleue, et que c’était un fort2 honnête homme. Dès qu’on fut de retour à la ville, le mariage se conclut. »

Extrait de Barbe-Bleue, Charles Perrault

1 Cadette : la cadette est ici la sœur la plus jeune.
2 Fort : ici, fort signifie « très ».

  • Le début de l’histoire : le texte commence bien par une formulation propre au conte : « il était une fois ».
  • Les personnages : on découvre les personnages de l’histoire : Barbe-Bleue, la voisine et ses deux filles.

Lisons un autre passage

« Après avoir un peu repris ses esprits, elle ramassa la clef, referma la porte, et monta à sa chambre pour se remettre un peu; mais elle n’en pouvait venir à bout, tant elle était émue. Ayant remarqué que la clef du cabinet était tachée de sang, elle l’essuya deux ou trois fois, mais le sang ne s’en allait point ; elle eut beau la laver, et même la frotter avec du sablon et avec du grès1, il y demeura toujours du sang, car la clef était fée, et il n’y avait pas moyen de la nettoyer tout à fait : quand on ôtait le sang d’un côté, il revenait de l’autre. »

Extrait de Barbe-Bleue, Charles Perrault

1 Sablon et grès : il s’agit de deux sortes de sables.

  • Présence de la magie : la clé est magique, elle garde les tâches de sang, elle ne peut pas être lavée.
  • Les lieux : la maison de Barbe-Bleue et de sa femme est très belle, très remplie et bien meublée. Le cabinet, en revanche est une pièce très effrayante.
  • Déroulement :
  • Situation initiale : Une jeune femme se marie avec Barbe-Bleue.
  • Élément perturbateur : Elle découvre les cadavres.
  • Péripéties :
  • elle tente de nettoyer la clé ;
  • elle tente de retarder le moment où elle va la rendre ;
  • Barbe-Bleue découvre les tâches de sang ;
  • il lui dit qu’elle va mourir ;
  • elle essaie de gagner du temps en demandant un temps de prière ;
  • elle demande de l’aide à sa sœur.
  • Élément de résolution : ses frères arrivent pour la sauver et tuer Barbe-Bleue.
  • Élément final : l’histoire se termine bien, la jeune femme est très riche et se remarie.

Le schéma narratif de Barbe-Bleue

bannière à retenir

À retenir

Tous ces éléments font que Barbe-Bleue est bien un conte traditionnel.