Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le réflexe myotatique

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

Il existe plusieurs types de mouvements, les mouvements contrôlés, que l’on appelle les mouvements volontaires, et les mouvements réflexes qui sont inconscients et automatiques.
L’exécution d’un mouvement fait intervenir la contraction de certains muscles.
Ce cours s’attachera à voir comment fonctionne un mouvement réflexe. Nous ferons tout d’abord quelques rappels sur la commande du mouvement et la communication nerveuse, puis nous définirons ce qu’est un réflexe myotatique.

Mouvement et communication nerveuse

Un mouvement est déclenché par une stimulation extérieure qui est reçue par un organe sensoriel : le récepteur comme l’œil ou la peau par exemple.

Ce signal est transformé en message nerveux qui va être acheminé jusqu’au système nerveux pour être traité.

Schéma du système nerveux Schéma du système nerveux

Le système nerveux comprend les centres nerveux, c’est-à-dire le cerveau, la moelle épinière, et les nerfs qui assurent la communication entre les organes et les centres nerveux.

  • On appelle les nerfs qui relient les centres nerveux aux muscles, les nerfs rachidiens.
  • Un message nerveux sensitif va donc être transporté de l’organe récepteur au centre nerveux par les nerfs.
  • Le centre nerveux, notamment le cerveau, va analyser le message nerveux sensitif qui lui a été envoyé et va créer un message nerveux moteur en réponse.
  • Ce message va alors être transporté jusqu’à l’organe effecteur, le muscle, grâce aux nerfs.

Schéma de transmission d’un message nerveux Schéma de transmission d’un message nerveux

Le système nerveux permet donc une communication entre le récepteur et l’effecteur du mouvement en faisant circuler des informations : les messages nerveux sensitifs et moteurs.

  • Le message nerveux moteur est à l’origine du mouvement.
bannière à retenir

À retenir

Un message nerveux sensitif est transmis au centre nerveux par un nerf sensitif, et un message moteur est transmis aux muscles par un nerf moteur.

Qu’est-ce qu’un réflexe myotatique ?

Un mouvement réflexe est un mouvement du muscle non contrôlé, et donc involontaire.

L’un des mouvements réflexes les plus connus est le réflexe myotatique. Le test qui consiste à donner un léger coup de marteau sur le tendon qui se trouve sous la rotule le montre. La jambe se lève alors toute seule, sans mouvement volontaire. Ce réflexe porte le nom de réflexe myotatique rotulien.

  • Lorsque l’on frappe le tendon, le muscle est étiré par la percussion. Le muscle va alors avoir une contraction réflexe pour se protéger d’un étirement trop fort qui pourrait provoquer une déchirure.
  • La contraction provoque le raccourcissement du muscle, celui-ci tire alors sur les points de fixation au niveau du genou ce qui fait que la jambe va se lever.
bannière definition

Définition

Réflexe myotatique :

Un réflexe myotatique, c’est en fait une contraction involontaire du muscle en réponse à son propre étirement.

Le médecin teste ce reflexe pour vérifier le bon fonctionnement du système neuromusculaire.

Ces contractions involontaires sont aussi à l’origine des réflexes de posture. Le corps reste en équilibre en station debout malgré l’effet de la gravité, grâce à une contraction permanente et contrôlée des muscles. On ne réfléchit pourtant pas en permanence à contracter ses muscles pour rester debout. Ce sont les réflexes myotatiques qui s’en chargent, c’est le tonus musculaire. Ils contrôlent la coordination parfaite de la contraction des muscles que l’on appelle les muscles antagonistes.

Lors d’un mouvement, la flexion du bras par exemple, un muscle va être contracté, le biceps, et son muscle opposé, le triceps, vont être relâchés.

  • Le biceps et le triceps sont des muscles antagonistes, c’est-à-dire qu’ils ont un fonctionnement inverse.

La contraction des muscles provoque de petits courants électriques que l’on peut enregistrer en plaçant des électrodes sur la surface de la peau. Cet enregistrement est un électromyogramme.
La commande des mouvements est réalisée par le système nerveux grâce aux neurones. Les neurones se trouvent dans le cerveau et dans la moelle épinière.

  • L’observation de cet électromyogramme permet de voir si les réflexes myotatiques sont contrôlés par la moelle épinière ou par le cerveau.
bannière exemple

Exemple

L’expérience suivante constitue un bon exemple :

On a voulu observer la réponse électrique d’un mouvement réflexe et d’un mouvement volontaire.

Pour cela, des électrodes sont placés sur le solaire de la jambe (le muscle du mollet) d’une personne, et on donne un coup sur le tendon d’Achille à l’aide d’un marteau réflexe. Il y a alors extension du pied.

Schéma réponse électrique d’un mouvement réflexe Schéma réponse électrique d’un mouvement réflexe

La réponse électrique du reflexe myotatique achilléen est représentée en bleu. L’électromyogramme montre que dans le cas du test rotulien, le reflexe myotatique permet une extension de la jambe en 30 ms.

On demande ensuite à la personne de contracter le même muscle volontairement. La deuxième courbe de couleur verte représente la même extension mais cette fois-ci correspondant à un mouvement volontaire. La contraction du muscle dans le cas d’un mouvement volontaire se fait 90 ms après la stimulation.

Schéma réponse électrique d’un mouvement volontaire Schéma réponse électrique d’un mouvement volontaire

Le délai de contraction est donc plus long dans le cas du mouvement volontaire que du mouvement réflexe. Cette différence s’explique par la distance entre le muscle récepteur et le centre nerveux impliqué dans chacun des cas.

Comme le cerveau est à une distance plus longue du muscle que la moelle épinière, le délai de réponse est également plus long.

  • Les messages nerveux du réflexe myotatique sont donc contrôlés par la moelle épinière.

Schéma du réflexe myotatique Schéma du réflexe myotatique

  • Un stimulus extérieur est capté par l’organe sensoriel, le récepteur, ici le muscle de la jambe.
  • Ce stimulus va être transformé en message nerveux sensitif et transporté jusqu’à la moelle épinière.
  • Un message nerveux moteur va alors être créé en réponse, et transféré de la moelle épinière jusqu’à l’organe effecteur, qui est le muscle de la jambe. Le muscle de la jambe est donc à la fois l’organe sensoriel et l’organe effecteur.
  • À la réception du message nerveux moteur, le muscle va effectuer un mouvement.
  • Ces différents éléments constituent ce que l’on appelle l’arc réflexe.

Conclusion :

Le réflexe myotatique est une contraction du muscle en réponse à son propre étirement. Sous l’effet d’un stimulus, un message nerveux est transmis à la moelle épinière et va être acheminé vers l’organe effecteur à l’origine du mouvement. Ce trajet constitue un arc réflexe. On dit que cet arc réflexe est médullaire car le centre nerveux est la moelle épinière et non le cerveau.