Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le tourisme et ses espaces

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

1 milliard 200 mille, c’est le nombre de touristes internationaux en 2015. Cela représente 38 arrivées par seconde.

Face à ce chiffre impressionnant, il convient de s’interroger. Quel rôle joue le tourisme dans la mondialisation? Qui sont les touristes ? Quels sont les enjeux du tourisme de demain ?

Nous allons répondre à ces questions dans ce cours. Nous définirons tout d’abord ce qu’est le tourisme aujourd’hui. Ensuite, nous verrons dans quelle mesure la diversification des espaces reflète des enjeux contemporains.

Le tourisme aujourd’hui

Le tourisme dans l’économie mondiale

Quand on pense tourisme, on pense au fait de voyager pour son plaisir. Mais le tourisme définit en fait une réalité plus large.

bannière definition

Définition

Touriste :

Un touriste est une personne qui quitte son domicile pour des raisons personnelles ou professionnelles et pour une durée de plus de 24 heures.

Au fil des ans, le nombre de touristes n’a cessé d’augmenter. Aujourd’hui, on parle d’1,2 milliards de touristes dans le monde. À titre de comparaison, en 1950, on en dénombrait à peine 10 millions.

Comment expliquer la croissance constante du tourisme, alors même que le monde a connu plusieurs crises économiques qui ont considérablement freiné l’économie internationale ?

Pour ne prendre que l’exemple de la France, où le chômage est en constante évolution depuis le choc pétrolier de 1973, le secteur du tourisme, lui, se porte bien et même de mieux en mieux. Considéré comme un véritable créateur d’emplois, le tourisme et les activités qui lui sont liées concernent 7,7 % des travailleurs français.

Au niveau mondial, l’économie touristique génère des bénéfices annuels de l’ordre de 1 250 milliards de dollars (ils étaient de 2 milliards de dollars en 1950). Le tourisme, c’est 9 % du PIB mondial, 4 % du PIB européen et 6,5 % du PIB français. Il donne du travail à 10 % de la population active mondiale.

bannière à retenir

À retenir

Le tourisme est donc résolument un secteur clé de l’économie internationale.

Amours et désamours des touristes

Alt Le tourisme dans le monde Le tourisme dans le monde

La France est le pays le plus touristique au monde. En effet, elle reçoit plus de 80 millions de visiteurs par an, suivie par les États-Unis, qui accueillent près de 67 millions de personnes chaque année. Le troisième pays le plus touristique est l’Espagne, avec près de 60 millions de visiteurs. Quant aux villes les plus visitées, Paris arrive en tête, suivie de Londres et de New York.

À l’échelle mondiale, ce sont donc les grandes villes et les espaces les mieux intégrés à la mondialisation, qui profitent le mieux de cette mobilité. Pourtant, de nouvelles destinations apparaissent et aucun espace ou presque ne reste à l’écart des flux touristiques.

Tourisme, guerres, conflits et image

Il faut néanmoins noter que l’instabilité politique et les guerres peuvent avoir un effet marginalisant. C’est le cas aujourd’hui avec la Syrie. Alors que le pays était une destination phare du tourisme culturel, il ne viendrait à l’esprit de personne de visiter le pays dans le contexte actuel.

Le tourisme tunisien a aussi souffert, dans une moindre mesure, suite aux attentats de 2014. De même, Paris attire de moins en moins car son image se dégrade. En cause, les attentats, les nombreuses grèves et la mauvaise gestion de la crise des migrants.

  • Le tourisme représente donc un enjeu économique énorme et comme les tendances économiques, les tendances touristiques évoluent.

Diversification des espaces et espaces en danger

Alt Les flux touristiques mondiaux Les flux touristiques mondiaux

De nouveaux foyers émetteurs

  • L’Europe représente le principal foyer émetteur de touristes. Cela signifie que ce sont les Européens qui voyagent le plus.

Pour être plus précis, ils représentent 50 % des voyageurs mondiaux. Mais alors que l’Amérique du Nord était historiquement en deuxième position, elle a été remplacée par l’Asie de l’Est.

  • Cette progression est notamment due au développement du tourisme chinois.
bannière à retenir

À retenir

Avec 100 millions de Chinois voyageurs en 2014 (contre 10 millions en 2003), la Chine est devenue le premier pays émetteur de touristes.

Cette réalité nouvelle bouleverse les anciennes conceptions qui tendaient à affirmer que la pratique du tourisme ne concernait que les populations des pays riches. Désormais, les pays émergents voient cette pratique se développer.

Le tourisme, un facteur d’intégration à la mondialisation ?

Le tourisme est donc en constante évolution mais surtout, il reflète et participe aux évolutions de notre monde. En devenant le premier pays émetteur de touristes, la Chine prouve sa réussite économique ainsi que son ouverture au monde. Dans le cas des pays récepteurs, le tourisme ouvre la voie de l’enrichissement.

Si le secteur touristique représente 4 % du PIB européen, au Maroc, un pays en voie de développement, le tourisme représente près de 9 % du PIB. Il est donc bien l’un des principaux revenus des pays du Sud. D’ailleurs, 40 des pays les moins avancés (PMA) ont choisi le tourisme comme principal moteur de leur croissance.

Pour accueillir toujours plus de touristes, des investissements sont réalisés dans l’amélioration des infrastructures de transport et d’hébergement, dont peuvent tirer profit les habitants.

  • Force est de constater que le pari du tourisme porte ses fruits pour les pays émergents.

De plus en plus de touristes se rendent aujourd’hui dans les pays en développement. C’est notamment le cas de l’Amérique du Sud, dont la part dans le tourisme mondial n’a cessé d’augmenter ces dix dernières années. De même, l’Asie-Pacifique, et principalement la Chine, apparaît comme un nouveau centre du tourisme mondial : la Chine est d’ailleurs le pays qui a le plus investi au monde dans le secteur.

Le tourisme fournit des emplois et favorise le niveau de vie. Il permet aussi de découvrir des cultures différentes.

  • Toutes ces réalités font du tourisme un facteur déterminant d’intégration à la mondialisation.

Le tourisme facteur de pollution

  • Facteur d’intégration économique et culturelle, le tourisme n’en demeure pas moins un facteur de pollution.

Le tourisme de masse incontrôlé représente une vraie menace pour notre planète. Les zones touristiques se retrouvent en surexploitation et souffrent de pollution. Partout où le touriste est roi, on déplore des dégradations environnementales telles que l’érosion des terres, les rejets d’eaux usées dans les mers et les rivières, la destruction des habitats naturels des animaux ou encore la pollution par une gestion négligée des déchets et la pollution de l’air.

Néanmoins, face à ces dégradations de plus en plus évidentes liées à un tourisme de masse, les autorités prennent davantage conscience de la nécessité d’un écotourisme, un tourisme responsable et écologique. L’écotourisme implique une autre façon de voyager. Avec un intérêt accru de la population mondiale en faveur des enjeux environnementaux, l’écotourisme devrait se trouver une place de choix dans les années à venir.

Écotourisme  ; un tourisme responsable et écologique Écotourisme  ; un tourisme responsable et écologique

Conclusion :

Nous avons donc vu dans ce cours que le tourisme international constitue le mouvement de population le plus massif que le monde ait jamais connu. Un mouvement discontinu et frénétique, puisque depuis le début de cette leçon, le monde comptabilise plus de 10 000 nouveaux touristes.

Les enjeux économiques sont énormes et le tourisme nous renseigne sur les transformations de notre monde. Pour beaucoup, le tourisme est aussi la promesse d’une intégration à la mondialisation.

Enfin, le tourisme n’est pas étranger aux enjeux de notre planète. Il constitue même un facteur de dégradation environnementale. Mais déjà des alternatives apparaissent pour lutter contre le tourisme de masse, pollueur et destructeur. L’écotourisme appelle à la responsabilité de chacun. Alors, quel genre touriste sommes-nous et comment voyagerons-nous demain ?