Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les différents types de discours

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

Savoir distinguer les différents types de discours est indispensable pour pouvoir analyser un texte ou rédiger un écrit d’invention.

Dans ce cours nous étudierons les différents types de discours que sont :

  • le discours direct ;
  • le discours indirect ;
  • le discours indirect libre.

Le discours direct

bannière definition

Définition

Discours direct :

Le discours direct est tenu par un ou plusieurs personnages, que l’on « entend » directement en lisant le texte. Ce discours est facile à détecter dans un texte notamment grâce à sa ponctuation extrêmement normée (guillemets, tirets, etc.).

Règles d’écriture

Dans l’extrait ci-dessous, le passage entre guillemets est au discours direct (on dit aussi au « style direct »). D’une certaine façon, en le lisant, on entend des voix différentes à chaque nouveau personnage :

bannière exemple

Exemple

Alexandre s’approcha d’Élisabeth, lui saisit la main et murmura :
« Je t’ai toujours aimée, Élisabeth. Aujourd’hui, je peux le dire.
— Mais Alexandre, comment… je ne sais pas quoi te dire », bafouilla Élisabeth.

Voici quelques règles pour rédiger convenablement un dialogue au discours direct.

  • On peut, si on le souhaite, introduire le dialogue avec une narration qui par exemple précise le contexte.
  • On terminera la phrase introductive (si elle existe) par deux points (:).
  • Pour faire parler le premier personnage, on revient à la ligne et on ouvre des guillemets français (« ).
bannière attention

Attention

Les guillemets français sont :

  • « ;
  • et ».

Les guillemets “ et ” que l’on rencontre parfois sont des guillemets anglais. On a le droit de les utiliser uniquement lorsque l’on veut mettre des guillemets à l’intérieur d’un passage déjà entre guillemets.

  • Pour faire répondre un autre personnage, on revient à la ligne et on place un tiret cadratin (—) qui indique un changement d’interlocuteur.
bannière attention

Attention

Il ne faut jamais de tiret devant la première réplique. C’est un signe de ponctuation qui marque le changement d’interlocuteur ; or, on ne peut changer d’interlocuteur lorsqu’un personnage s’exprime pour la première fois.

  • On ne ferme les guillemets français (») que lorsque le dialogue est terminé.
  • On fait précéder l’incise (qui permet de préciser qui parle et selon quelles modalités) d’une virgule et jamais d’un point.
bannière à retenir

À retenir

Pour écrire un dialogue :

  • ouverture des guillemets à la première réplique ;
  • retour à la ligne et tiret à chaque changement d’interlocuteur ;
  • fermeture des guillemets à la fin du dialogue.

L’incise

L’incise sert à aider le lecteur à comprendre qui parle et lui permet d’éviter les contresens. On appelle incise le moment où le dialogue au style direct s’interrompt artificiellement et où l’auteur·e précise qui parle et selon quelle(s) modalité(s).

bannière exemple

Exemple

« Elle ne pourra sûrement pas venir », regretta Alban en voyant la neige tomber.

« Mais Alexandre, comment… je ne sais pas quoi te dire », bafouilla Élisabeth.

« Il serait étonnant, se moqua le lièvre, que la tortue puisse arriver avant moi. »

Dans ces exemples, les incises sont soulignées. On voit à cette occasion que, si elles sont généralement placées en fin de phrase, on peut aussi les trouver au milieu du discours direct, entre deux virgules.

L’incise induit la présence de verbes de parole, autrement appelés verbes introducteurs de parole ou de pensée (comme « dire », « penser », « ajouter », « affirmer », « s’exclamer », etc.). On peut les trouver avant, après et au milieu des paroles des personnages.

bannière exemple

Exemple

Alexandre poursuivit :
« Dis-le, tout simplement.
— Mais, comment… je ne le peux », bafouilla Élisabeth.

bannière astuce

Astuce

  • Lorsque tu rédigeras des textes toi-même, évite d’abuser de l’incise qui casse le rythme du dialogue. Il n’est pas toujours utile de l’employer à chaque nouveau personnage qui parle car, dans un dialogue à deux personnages, les tirets signalent déjà le changement de locuteur.
  • Lorsque tu fais parler trois personnages ou plus, l’incise précisant le nom de celui ou celle qui parle s’impose rapidement pour ne pas égarer les lecteurs.
bannière attention

Attention

Souvent, l’incise emploie le verbe « dire » (« Il est tard, dit Sarah »). Lorsque tu écriras des textes, évite de trop l’employer et pense à d’autres verbes de parole : « s’exclamer », « murmurer », « préciser », « ajouter »…

Le discours indirect

Définition

bannière definition

Définition

Discours indirect :

Au discours indirect, c’est la voix du narrateur qui rapporte les dialogues des personnages, il s’agit donc d’un discours à une seule voix. Le narrateur explique à ses lecteurs ce que les personnages ont dit.

Le discours indirect est plus difficile à identifier que le discours direct car aucune ponctuation particulière ne le caractérise. Il s’agit de narration pure.

  • La ponctuation ne se résume ici qu’à deux éléments : des points et des virgules.

Transformation du discours direct au discours indirect

bannière astuce

Astuce

Transformer un texte au discours direct en texte au discours indirect est fréquemment demandé au brevet.

bannière exemple

Exemple

Discours direct

Alexandre s’approcha d’Élisabeth, lui saisit la main et murmura :
« Je t’ai toujours aimée, Élisabeth. Aujourd’hui, je peux le dire.
— Mais Alexandre, comment… je ne sais pas quoi te dire », bafouilla Élisabeth.

Discours indirect

Alexandre s’approcha d’Élisabeth, lui saisit la main et murmura qu’il l’avait toujours aimée et qu’il pouvait enfin le dire, aujourd’hui. Élisabeth ne sut que répondre et bafouilla quelques mots.

  • Dans le premier exemple au discours direct, les personnages parlaient directement, alternant leurs répliques avec des explications du narrateur, qui précisait parfois quelques détails.
  • Dans le second exemple, c’est le narrateur seul qui raconte tout : on entend uniquement sa voix. Les dialogues ont été transformés, mais les verbes de parole qui apparaissaient dans le premier exemple sont conservés à l’identique au discours indirect.

La concordance des temps

Lorsque l’on écrit un texte au discours indirect, ou que l’on transforme un texte au discours direct en texte au discours indirect, le temps des verbes n’est pas le même et la concordance des temps doit être maîtrisée.

Au discours indirect, les phrases rapportant les paroles des personnages sont dites « complexes ». C’est-à-dire qu’elles sont composées d’une proposition principale et d’une proposition subordonnée introduite par un mot subordonnant (comme « que », « qui », « si », « qu’ » etc.).

bannière à retenir

À retenir

Ainsi, le temps des verbes de la subordonnée dépend du temps des verbes de la principale.

bannière exemple

Exemple

Si le verbe de la principale est au présent ou au futur, le verbe de la subordonnée sera soit aux temps du passé (passé composé ou imparfait), soit au présent, soit au futur.

  • Elle lui avoue(ra) qu’elle l’a aimé.
  • Elle lui avoue(ra) qu’elle l’aimait.
  • Elle lui avoue(ra) qu’elle l’aime.
  • Elle lui avoue(ra) qu’elle l’aimera.

Si le verbe de la principale est au passé (imparfait, passé composé ou passé simple), le verbe de la subordonnée sera soit au plus-que-parfait, soit à l’imparfait, soit au conditionnel présent.

  • Elle lui avouait / a avoué / avoua qu’elle l’avait aimé.
  • Elle lui avouait / a avoué / avoua qu’elle l’aimait.
  • Elle lui avouait / a avoué / avoua qu’elle l’aimerait.

Le discours indirect libre

Identifier le discours indirect libre

Quant au discours indirect libre, il est moins facile à repérer que les précédents.

bannière definition

Définition

Discours indirect libre :

Le discours indirect libre est une forme de discours rapporté. Difficile à identifier, il mêle discours direct et indirect, gardant l’énergie du premier et la fluidité du second.

On peut reprendre l’exemple déjà vu pour les discours direct et indirect et l’étoffer un peu pour en faire un texte au discours indirect libre, tel qu’on pourrait le trouver dans un roman.

bannière exemple

Exemple

Alexandre s’approcha d’Élisabeth, lui saisit la main et murmura qu’il l’avait toujours aimée, et qu’il pouvait enfin le lui dire aujourd’hui. Élisabeth ne sut que répondre et bafouilla quelques mots sans le moindre sens. Alexandre s’enflamma tout à coup : il fallait qu’elle l’embrasse ! Élisabeth entra alors dans une colère noire ! Comment pouvait-il prétendre une chose pareille ? Lui, le mari de sa sœur ! Le père de ses cinq neveux ! Alexandre tenta de le lui expliquer, évoquant une erreur dans son choix initial, mais c’en était trop ! Assez ! Élisabeth ne put s’empêcher de gifler celui qu’elle ne pouvait voir autrement que comme son beau-frère. Alexandre demeura perdu, les yeux dans le vide, pendant de nombreuses minutes.

Cet extrait est marqué par une ponctuation forte, avec des points d’exclamation, des points d’interrogation, et des répliques reprises presque à l’identique du discours direct. Pourtant, c’est toujours le narrateur, et lui seul, qui raconte l’histoire, mais il partage maintenant les sentiments de ses personnages : leurs émotions sont retransmises par le prisme de sa voix.

bannière astuce

Astuce

On remarque dans le discours indirect libre la présence de paroles rapportées qui semblent prononcées par le personnage :
« Comment pouvait-il prétendre une chose pareille ? »

Si on observe attentivement, on remarque que le sujet de la phrase et le temps du verbe ne collent pas avec le discours direct pour lequel on aurait plutôt écrit :
« Comment peux-tu prétendre une chose pareille ? »

  • C’est en fait le narrateur qui rapporte à son lecteur ce que se sont dit les personnages, le phénomène est repérable à cause des temps verbaux et des pronoms sujets qui changent. Si on repère des paroles rapportées dans un texte narratif, il y a de fortes chances pour qu’on ait affaire à du discours indirect libre !

L’utilisation du discours indirect libre est une technique très utile pour dynamiser sa narration sans pour autant recourir au dialogue. Il faut apprendre à l’utiliser à bon escient dans les rédactions, et cela vaut évidemment pour l’éventuel écrit d’invention du brevet.

Différencier discours indirect et discours indirect libre

Il n’est pas toujours évident de différencier le discours indirect du discours indirect libre. Le plus souvent, les deux types de discours sont mélangés dans le texte et s’alternent.

  • Au discours indirect
  • La ponctuation est simple (des virgules, des points).
  • On trouve des propositions subordonnées ([il] murmura qu’il l’avait toujours aimée).

Le narrateur rend compte des échanges entre les personnages sans pour autant être touché par leur situation. Leur tristesse, leur colère, ne le concernent pas.

  • Au discours indirect libre
  • La ponctuation, empruntée au discours direct, est plus forte (points d’interrogation et d’exclamation).
  • Les paroles ressemblent à du discours direct ; pour autant, le temps des verbes n’est pas le présent mais l’imparfait.

La neutralité du narrateur disparaît. C’est bien toujours lui qui va raconter l’histoire, et rapporter les propos des personnages, mais cette fois, il va le faire d’une manière encore plus fidèle, en adoptant une partie des émotions propres à ses personnages. Le ton de sa voix va donc changer, et la ponctuation également.

L’implication du narrateur selon le type de discours

Identifier l’intensité de l’implication du narrateur est l’une des astuces pour déterminer quel type de discours est utilisé. En effet, son implication varie en fonction de l’utilisation du discours direct, du discours indirect et du discours indirect libre.

bannière exemple

Exemple

Discours narrativisé

  • Élisabeth prit la parole et lui manifesta son refus.
  • Dans une narration pure, le narrateur est neutre, restituant seulement les actions des personnages.

Discours indirect

  • Élisabeth a pris la parole ; elle lui a crié qu’elle refusait son amour.
  • Dans le discours indirect, le narrateur présente selon son interprétation les paroles de ses personnages. Il est moins empathique, moins impliqué, donc moins investi.

Discours indirect libre

  • Élisabeth a crié que non, oh non décidément, il n’en était pas question !
  • Dans le discours indirect libre, le narrateur épouse la voix et les sensations de ses personnages, prenant ainsi parti pour l’un, pour l’autre, voire pour les deux. Quoi qu’il arrive cela implique des formes d’empathie qui l’éloigne fortement de la neutralité, il est totalement investi.

Discours direct

  • «  Mais je t’aime !
    — Mais moi non ! », cria Élisabeth.
  • Dans le discours direct, c’est la voix des personnages qu’on « entend » directement. Leurs paroles sont retranscrites telles quelles, sans modification du narrateur. Ce dernier est donc totalement absent.

Conclusion :

Dans un récit, trois types de discours permettent de rapporter les paroles des personnages.

  • Le discours direct, qui les rapporte directement, se repère à sa ponctuation spécifique (guillemets, tirets) ; il laisse entendre directement les voix de tous les personnages.
  • Le discours indirect, dans lequel le narrateur rapporte les dialogues des protagonistes, emploie un ton neutre et détaché. On n’entend que la voix du narrateur, la ponctuation se résume à des points et des virgules.
  • Le discours indirect libre, dans lequel le narrateur calque son jeu d’acteur sur les émotions de ses personnages, retranscrit bien plus fidèlement leurs répliques. Pourtant c’est toujours la voix du narrateur seule qui s’exprime. La ponctuation revient à des points d’exclamation, d’interrogation etc. : une ponctuation propre au dialogue.