Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les évolutions économiques et techniques aux origines de la révolution industrielle

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Dans la foulée du courant humaniste et de la Renaissance, l’Époque moderne est marquée par des avancées décisives dans les domaines de la science et des techniques. Tandis que la science moderne s’affirme, les inventions et innovations techniques se multiplient et vont donner lieu, à la fin du XVIIIe siècle, aux débuts de l’industrialisation.
Nous allons nous demander dans ce cours comment s’est opéré le passage progressif des « arts mécaniques » hérités de l’Antiquité à la première « révolution industrielle ». Nous étudierons dans un premier temps la diffusion de l’esprit d’innovation, indépendamment parfois du progrès scientifique. Nous verrons ensuite comment les progrès techniques dans le textile et l’exploitation minière donnent naissance à l’invention décisive de la machine à vapeur. Nous aborderons enfin les transformations de la pensée économique et de l’organisation productive qui accompagnent la révolution des techniques.

Un esprit de plus en plus ouvert aux innovations techniques

L’affirmation de la figure de l’ingénieur

bannière à retenir

À retenir

Dans l’économie et la vie quotidienne, les innovations au niveau technique sont encore peu nombreuses au XVIIe siècle. Mais on assiste à l’apparition d’un nouveau genre de travail : celui de l’ingénieur.

bannière definition

Définition

Ingénieur :

Responsable de projet technique sachant combiner connaissances théoriques et savoir-faire pratique. Celui-ci œuvre en général au service d’un souverain.

bannière exemple

Exemple

Le français Vauban (1633-1707), ingénieur du roi Louis XIV, révolutionne la guerre d’artillerie et de siège en améliorant les systèmes de fortifications des villes. Il dote ces dernières de remparts enterrés et de solides bastions, et les organise de sorte que toute position en défende une autre, et que ne subsiste aucun angle mort où l’ennemi pourrait se protéger.

IMG01 - Plan préparé par Vauban pour la construction de la ville de Neuf Brisach (Alsace) ordonnée par Louis XIV en 1697

bannière à retenir

À retenir

On assiste également à la naissance progressive des premières écoles d’ingénieurs.

Celles-ci concernent d’abord le domaine militaire et naval, comme l’École de constructeur de vaisseaux à Nantes (1672), puis elles s’élargissent au domaine civil au XVIIIe siècle. Ainsi naissent en France : l’École royale des ponts et chaussées, l’École des mines ou encore l’École centrale des travaux publics (future École polytechnique).

L’essor de l’agronomie, symbole du lien entre nouvel esprit scientifique et progrès technique

Certains domaines bénéficient directement du progrès scientifique. C’est le cas de l’agriculture, marquée au XVIIIe siècle par l’essor de l’agronomie. En Angleterre, ces progrès sont encouragés par la noblesse britannique qui possède de vastes terres à exploiter.

bannière definition

Définition

Agronomie :

Ensemble des connaissances scientifiques et techniques qui concernent la pratique de l’agriculture.

bannière à retenir

À retenir

Par exemple, le fermier anglais Jethro Tull (1674-1741) est considéré comme le père de l’agriculture britannique, une des plus efficaces à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Il développe une approche scientifique et empirique (qui repose sur la pratique et l’expérience) de l’agriculture.

Ce dernier invente le semoir mécanique (qui permet de contrôler le débit de graines ensemencées et à la profondeur souhaitée) ainsi qu’une nouvelle charrue, à plusieurs « coutres » (fers tranchants) au lieu d’un seul.

Les premiers agronomes britanniques se mettent aussi à sélectionner scientifiquement les semences et les races animales. Ils vont aussi remplacer la jachère (temps de repos de la terre entre les semences) par les cultures fourragères (des plantes pour nourrir les animaux), ce qui améliore l’élevage.

La suédoise Eva Ekeblad ou le français Antoine-Augustin Parmentier contribuent à la diffusion de la culture de la pomme de terre (venue d’Amérique du Sud) pour mettre fin aux famines.

Ces progrès entrainent une forte hausse de la productivité et se diffusent peu à peu en Europe au cours du XVIIIe siècle.
Mais c’est dans le domaine du textile et de l’exploitation minière que la révolution technique connaît ses débuts décisifs.

Le textile et la vapeur au cœur de la révolution technique

Du métier à tisser à main à la production textile mécanisée

Dans le textile, on assiste d’abord à la modernisation progressive du métier à tisser à la main. En 1733, l’invention de la « navette volante » par le tisserand et mécanicien anglais John Kay (1704-1780) permet de tisser des pièces beaucoup plus larges et surtout de façon beaucoup plus rapide. La productivité double.

bannière definition

Définition

Navette volante :

La navette est une pièce de métier à tisser qui permet de dérouler la bobine de fil et réaliser le tissage. La navette volante est dotée d’un système de relance mécanique qui permet à l’artisan de lancer la bobine et de ne plus être limité par la taille de ses bras.

IMG02 - Navette volante de John Kay dans un métier à tisser, XVIIIe siècle

Apparaît ensuite le premier métier à tisser automatique inventé par l’ingénieur français Vaucanson en 1745 : l’appareil est alors actionné par l’homme à l’aide d’une simple manivelle. Enfin, en 1784, le mécanicien anglais Cartwright met au point le premier métier à tisser mécanique, grâce auquel toutes les étapes de la production textile peuvent désormais être mécanisées. C’est révolutionnaire. Pour mettre au point cette innovation, Cartwright a profité d’un autre progrès déterminant : le remplacement de l’énergie animale par des sources d’énergie inanimées, le charbon et la vapeur.

L’invention décisive de la machine à vapeur

L’idée n’est pas nouvelle au XVIIIe siècle : la première machine à vapeur à piston avait été mise au point par Denis Papin à la fin du XVIIe siècle.

bannière à retenir

À retenir

Mais c’est un mécanicien anglais, Thomas Newcomen (1663-1729), qui met au point en 1712 la première machine à vapeur utilisable.

Appelée « pompe à feu » ou « machine atmosphérique », elle permet d’extraire l’eau d’infiltration qui envahit les galeries minières, à 45 m de profondeur et à raison de 500 litres par minutes. Elle connaît un énorme succès et est rapidement vendue à de nombreux pays exploitant le charbon.

Machine atmosphérique

bannière à retenir

À retenir

C’est l’ingénieur écossais James Watt (1736-1819) qui accomplit, entre 1764 et 1782 l’étape décisive qui ouvre la révolution industrielle.

Perfectionnant la machine de Newcomen, il crée une machine à double effet qui peut envoyer la vapeur sur les deux faces du piston, équipée d’un condenseur et d’un régulateur permettant de contrôler la pression. Plus fiable et plus économique, la machine de Watt remplace peu à peu celle de Newcomen dans les mines mais est aussi adaptée aux ateliers métallurgiques et à la production textile.

IMG04 – La machine de Watt

En France, les frères Périer la reprennent pour alimenter Paris avec l’eau de la Seine. Le marquis de Jouffroy d’Abbans l’utilise pour faire fonctionner le premier bateau à roues à aubes dont il organise une grande démonstration publique sur la Saône en 1783. Ce système existe encore aujourd’hui dans certains pays.

Bateau avec une roue à aubes, sur le Mississipi, aux États-Unis

Parallèlement à l’accélération du progrès technique, de nouvelles conceptions de l’économie et de l’organisation du travail voient le jour au XVIIIe siècle.

De nouvelles approches de la production de richesse

De nouvelles doctrines économiques

Avec le développement des idées des Lumières, ce sont aussi de nouvelles approches économiques qui voient le jour.

On peut citer par exemple les idées de l’école physiocratique, fondée par François Quesnay (1694-1774) et première grande école économique, qui s’est développée en France au XVIIIe siècle.

bannière à retenir

À retenir

En réponse au mercantilisme développé notamment par Colbert (ministre de l’économie de Louis XIV) au siècle précédent, les physiocrates affirment que l’État n’a pas à intervenir dans la sphère économique. Il faut respecter le droit à la propriété, la liberté de commerce et de l’industrie, faire baisser les impôts, réformer le système fiscal, favoriser le développement de l’agriculture. On peut dire qu’ils sont l’équivalent de l’époque des libéraux aujourd’hui.

bannière definition

Définition

Mercantilisme :

Doctrine économique fondée sur une forte intervention de l’État dans le commerce extérieur. Son objectif est d’augmenter les réserves en or et en argent du pays en encourageant les exportations et en limitant les importations par des mesures protectionnistes (barrières douanières).

Les idées des physiocrates sont ensuite en partie reprises par le philosophe écossais Adam Smith (1723-1790), considéré comme le fondateur du libéralisme économique et le père de la science économique moderne et du capitalisme. Pour lui, la recherche de la satisfaction des intérêts particuliers de chacun sert l’intérêt général de la société.

C’est pourquoi pour lui et d’autres, l’État ne doit pas intervenir dans l’économie et doit se cantonner à des fonctions « régaliennes » de gestion d’un pays (armée, police, justice) pour protéger la société. Salaires et prix, eux, doivent être fixés par la loi naturelle de l’offre et de la demande. La concurrence et la circulation des marchandises doivent être libres.

La doctrine libérale s’imposera peu à peu en Europe au cours du XIXe siècle. C’est encore un sujet de débat de nos jours.

Du petit atelier familial à l’usine

bannière à retenir

À retenir

La manière d’organiser la production connaît également des transformations progressives, dans le souci d’augmenter à la fois les quantités et les rendements.

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les grandes manufactures comme celles que Colbert avait fondées en France sont rares. Le travail dans de petits ateliers à domicile domine alors très largement (« domestic system »). Les marchands des villes font travailler les foyers des villages autour des villes pour vendre les produits manufacturés.

Mais à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ce système est progressivement concurrencé par le « factory system ».

bannière definition

Définition

Factory system :

Innovation dans l’organisation du travail qui consiste à passer d’une production dispersée dans la campagne environnante à une production regroupée dans de grands ateliers (usines) situés dans la périphérie urbaine.

bannière à retenir

À retenir

Les grands ateliers permettent de mieux contrôler la qualité du travail, de mieux uniformiser la production et de réduire les coûts de transports et de gestion. Ils sont également le moyen de mieux encadrer la main d’œuvre.

Le « factory system » est d’abord progressivement adopté dans les filatures et fonderies anglaises puis se diffuse dans d’autres pays européens comme en France où est créée, à proximité de gisements de charbon et de minerai de fer, la Fonderie royale du Creusot en 1782.

  • C’est la naissance des premières usines qui se généraliseront au XIXe siècle.

IMG : Un atelier de peignage de la laine. Armand Kohl, 1889

Conclusion :

Ainsi, l’accélération du progrès technique et la multiplication des innovations au cours du XVIIe siècle et surtout du XVIIIe siècle aboutissent à une révolution du travail manuel et des modes de production qui font entrer l’Europe dans l’ère industrielle. Parti d’Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, le processus d’industrialisation va peu à peu se diffuser dans une partie de l’Europe ainsi qu’aux États-Unis et au Japon au cours du siècle suivant.