Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Opérations sur les vecteurs et colinéarité

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Ce cours est en cours de création par nos équipes et il sera prêt pour la rentrée 2019 💪

Introduction :

Dans ce chapitre, nous allons manipuler les vecteurs en les additionnant, en les multipliant par un nombre et déterminer si deux vecteurs ont la même direction. On étudiera ces manipulations d’un point de vue algébrique mais aussi d’un point de vue géométrique.

Dans un premier temps, nous étudierons comment la somme de deux vecteurs prend en compte leur nature de translation ; puis nous verrons le concept de colinéarité et comment multiplier deux vecteurs ; enfin, nous aborderons le problème de leur représentation dans un repère orthonormé.

Somme de deux vecteurs et relation de Chasles

Somme de deux vecteurs

Soit u\vec u et v\vec v deux vecteurs et MM un point du plan. La translation de vecteur u\vec u transforme MM en NN et la translation de vecteur v\vec v transforme NN en PP : le vecteur u+v\vec u +\vec v transforme alors MM en PP.

Somme de deux vecteurs Somme de deux vecteurs

bannière definition

Définition

Somme de deux vecteurs :

La somme de deux vecteurs u\vec u et v\vec v est le vecteur associé à la translation résultant de l’enchaînement des translations de vecteur u\vec u et de vecteur v\vec v.
On note ce vecteur u+v\vec u +\vec v.

bannière à retenir

À retenir

Pour tous vecteurs u\vec u, v\vec v et w\vec w on a :

  • u+v=v+u\vec u +\vec v=\vec v +\vec u
  • u+0=u\vec u +\vec 0=\vec u
  • (u+v)+w=u+(v+w)(\vec u +\vec v)+\vec w = \vec u +(\vec v +\vec w)

Coordonnées de la somme de deux vecteurs

Dans un repère orthonormé (O,i,j)(O,\vec i,\vec j), si on a u(xy)\vec u\begin{pmatrix} x\ y\end{pmatrix} et v(xy)\vec v\begin{pmatrix} x^\prime\ y^\prime\end{pmatrix}, alors u+v\vec u +\vec v a pour coordonnées (x+xy+y)\begin{pmatrix} x+x^\prime\ y+y^\prime\end{pmatrix}.

De même, si on a u=xi+yj\vec u =\overrightarrow{xi\,}+\overrightarrow{yj\,} et v=xi+yj\vec v =\overrightarrow{x^\prime i\,}+\overrightarrow{y^\prime j\,}, alors u+v=(x+x)i+(y+y)j\vec u +\vec v =(x+x^\prime)\vec i + (y+y^\prime)\vec j.

bannière exemple

Exemple

On a u(21)\vec u\begin{pmatrix} 2\ -1\end{pmatrix} et v(22)\vec v\begin{pmatrix} 2\ 2\end{pmatrix} : alors u+v\vec u +\vec v a pour coordonnées (41)\begin{pmatrix} 4\ 1\end{pmatrix}.

De même, u=2i1j\vec u = 2\vec i - 1\vec j et v=2i+2j\vec v = 2\vec i + 2\vec j : alors u+v=2i+2i+(1j)+2j=4i+j\vec u +\vec v=2\vec i+2\vec i+(-1\vec j)+2\vec j =4\vec i+\vec j.

Alt texte

La règle du parallélogramme

Soit deux vecteurs u\vec u et v\vec v. On choisit les points AA et BB comme représentants de u\vec u et AA et CC comme représentants de v\vec v : les vecteurs u\vec u et v\vec v ont la même origine. Le vecteur somme u+v\vec u +\vec v a alors pour représentants AA et DD, où DD est tel que ABDCABDC est un parallélogramme.

La règle du parallélogramme La règle du parallélogramme

Relation de Chasles

bannière definition

Définition

Relation de Chasles :

On considère trois points AA, BB et CC quelconques du plan. La relation de Chasles indique que :

AB+BC=AC\overrightarrow{AB\,}+\overrightarrow{BC\,}=\overrightarrow{AC\,}

Relation de Chasles Relation de Chasles

bannière astuce

Astuce

Lorsqu’on additionne deux vecteurs, l’extrémité du premier vecteur est identique à l’origine du second : ce point (ici BB) disparaît dans le résultat AC\overrightarrow{AC\,} tandis que restent les extrémités (ici AA et CC) dans le même ordre :

AB+BC=AC\overrightarrow{A\color{red}B\,}+\overrightarrow{\color{red}B\color{black}C\,}=\overrightarrow{AC\,}

Attention : cette égalité n’est pas valable pour les longueurs ABAB, BCBC et ACAC !

bannière exemple

Exemple

AE+BA=BA+AE=BE\overrightarrow{AE\,}+\overrightarrow{BA\,}=\overrightarrow{B\color{red}A\,} +\overrightarrow{\color{red}A\color{black}E}=\overrightarrow{BE}

ABDC+BC=AB+BC+CD=AD\overrightarrow{AB\,}-\overrightarrow{DC\,} +\overrightarrow{BC\,} =\overrightarrow{A\color{red}B\,} +\overrightarrow{\color{red}B\color{green}C\,} +\overrightarrow{\color{green}C\color{black}D\,} =\overrightarrow{AD\,}

Produit d’un vecteur par un nombre réel et colinéarité de deux vecteurs

Produit d’un vecteur par un nombre réel

Tout vecteur u\vec u peut être multiplié par un nombre réel kk. Le vecteur ku\overrightarrow{ku\,} possède les propriétés suivantes :

  • La même direction que le vecteur u\vec u
  • Le même sens que le vecteur u\vec u si k>0k>0
  • Le sens opposé à u\vec u si k<0k<0
  • Norme : ku=k×u||\overrightarrow{ku\,}||=|k|\times||\vec u||

Produit d’un vecteur par un nombre réel Produit d’un vecteur par un nombre réel

bannière astuce

Astuce

Si u(x;y)\vec u (x; y) alors ku(kx;ky)\overrightarrow{ku\,} (kx ;ky) :si u(3;1)\vec u (3; -1) alors 23u\dfrac{2}{3}\vec u a pour coordonnées (2;23)(2 ;-\dfrac{2}{3}), ou encore 3u-3\vec u a pour coordonnées (9;6)(-9; 6).

Colinéarité de deux vecteurs

bannière definition

Définition

Colinéarité :

On dit que deux vecteurs u\vec u et v\vec v sont colinéaires s’ils ont la même direction ou s’il existe un réel kk tel que u=kv\vec u=\overrightarrow{kv\,}.

Colinéarité de deux vecteurs Colinéarité de deux vecteurs

bannière astuce

Astuce

  • Le vecteur nul 0\vec 0 est colinéaire à tous les vecteurs.
  • Si un vecteur est le multiple d’un autre, alors ils sont forcément colinéaires.
bannière attention

Attention

On peut parler de vecteurs colinéaires mais pas de vecteurs parallèles. En effet deux droites peuvent être parallèles si elles ont tous leurs points ou aucun point en commun. Par contre les vecteurs ne sont pas un ensemble de points, ce sont des déplacements.

Déterminant de deux vecteurs dans une base orthonormée et critère de colinéarité

Déterminant de deux vecteurs

bannière definition

Définition

Déterminant de deux vecteurs quelconques :

Dans un repère orthonormé (O,i,j)(O,\vec i,\vec j) on a u(xy)\vec u\begin{pmatrix} x\ y\end{pmatrix} et v(xy)\vec v\begin{pmatrix} x^\prime\ y^\prime\end{pmatrix} alors le déterminant des vecteurs u\vec u et v\vec v est défini par det(u;v)=x×yx×y\text{det}(\vec u; \vec v)=x\times y^\prime-x^\prime\times y.

bannière exemple

Exemple

Soit u(21)\vec u\begin{pmatrix} 2\ 1\end{pmatrix} et v(41)\vec v\begin{pmatrix} 4\ -1\end{pmatrix} alors det(u;v)=2×(1)1×4=6\text{det}(\vec u; \vec v)=2\times (-1)-1\times 4=-6.

bannière definition

Définition

Déterminant de deux vecteurs colinéaires :

Les vecteurs u\vec u et v\vec v sont colinéaires si et seulement si det(u;v)=x×yx×y=0\text{det}(\vec u; \vec v)=x\times y^\prime-x^\prime\times y=0.

bannière exemple

Exemple

Soit u(21)\vec u\begin{pmatrix} 2\ -1\end{pmatrix} et v(44)\vec v\begin{pmatrix} -4\ 4\end{pmatrix} alors det(u;v)=2×2(1)×(4)=0\text{det}(\vec u; \vec v)=2\times 2-(-1)\times (-4)=0 .
Les vecteurs u\vec u et v\vec v sont colinéaires.

bannière demonstration

Démonstration

  • Propriété :

Montrons que si les vecteurs u(xy)\vec u\begin{pmatrix} x\ y\end{pmatrix} et v(xy)\vec v\begin{pmatrix} x^\prime\ y^\prime\end{pmatrix} sont colinéaires, alors x×yx×y=0x\times y^\prime-x^\prime\times y=0.

Si u\vec u et v\vec v sont non nuls, comme u\vec u et v\vec v sont colinéaires par hypothèse, alors il existe un réel kk non nul tel que u=k.v\vec u=k.\vec v: cela se traduit sur les coordonnées par x=kxx=kx^\prime et y=kyy=ky^\prime. Ainsi x×yx×y=kxyxky=0x\times y^\prime-x^\prime\times y=kx^\prime y^\prime-x^\prime ky^\prime=0.
Si u\vec u ou v\vec v est un vecteur nul alors la relation est vérifiée.

  • Réciproque :

Montrons que si x×yx×y=0x\times y^\prime-x^\prime\times y=0 alors les vecteurs u(xy)\vec u\begin{pmatrix} x\ y\end{pmatrix} et v(xy)\vec v\begin{pmatrix} x^\prime\ y^\prime\end{pmatrix} sont colinéaires.

  • Supposons u\vec u non nul : l’une de ses coordonnées est donc non nulle.
  • Si x0x≠0 alors x×yx×y=0x\times y^\prime-x^\prime\times y=0 peut s’écrire y=xyxy^\prime=\dfrac{x^\prime y}{x} alors y=kyy^\prime=ky avec k=xxk=\dfrac{x^\prime}{x}.
  • Comme xx×x=x\dfrac{x^\prime}{x}\times x=x^\prime alors on a aussi x=kxx^\prime=kx.
  • Ainsi v(x;y)=v(kx;ky)=ku\vec v (x^\prime; y^\prime)=\vec v(kx; ky)=\overrightarrow{ku\,} et donc les vecteur u\vec u et v\vec v sont colinéaires.
  • Si y0y≠0 alors x×yx×y=0x\times y^\prime-x^\prime\times y=0 peut s’écrire x=xyyx^\prime=\dfrac{xy^\prime}{y} alors x=kxx^\prime=kx avec k=yyk=\dfrac{y^\prime}{y}.
  • Comme yy×y=xy\dfrac{y^\prime}{y}\times y=xy^\prime alors on a aussi y=kyy^\prime=ky.
  • Ainsi v(x;y)=v(kx;ky)=ku\vec v (x^\prime; y^\prime)=\vec v(kx; ky)=\overrightarrow{ku\,} et donc les vecteur u\vec u et v\vec v sont colinéaires.
  • Supposons u\vec u nul alors, u=0\vec u=\vec 0 alors u\vec u etv\vec v sont colinéaires.

Applications à l’alignement et au parallélisme

  • Cas de l’alignement :

Trois points AA, BB et CC du plan sont alignés si et seulement si det(AB;AC)=0\text{det}(\overrightarrow{AB\,}; \overrightarrow{AC\,})=0.

bannière exemple

Exemple

On considère les points AA, BB, CC et DD placés dans le plan ci-dessous.

Alt texte

On a d’un côté :

  • AB=(2;12)\overrightarrow{AB\,}=\begin{pmatrix}2; -\dfrac{1}{2}\end{pmatrix} et AC=(4;1)\overrightarrow{AC\,}=(4; -1)
  • det(AB;AC)=2×(1)(12)×4=0\text{det}(\overrightarrow{AB\,}; \overrightarrow{AC\,})=2\times (-1)-\begin{pmatrix}-\dfrac{1}{2}\end{pmatrix}\times 4=0
    Donc :
  • AA, BB et CC sont alignés ;
  • AB\overrightarrow{AB\,} et AC\overrightarrow{AC\,} sont colinéaires.

On a également :

  • AB=(2;12)\overrightarrow{AB\,}=\begin{pmatrix}2; -\dfrac{1}{2}\end{pmatrix} et AD=(52;1)\overrightarrow{AD\,}=\begin{pmatrix}\dfrac{5}{2}; -1\end{pmatrix}
  • det(AB;AD)=2×(1)(12)×52=34\det(\overrightarrow{AB\,}; \overrightarrow{AD\,})=2\times(-1)-\begin{pmatrix}-\dfrac{1}{2}\end{pmatrix}\times \dfrac{5}{2}=\dfrac{3}{4}
    Donc :
  • AA, BB et DD ne sont pas alignés ;
  • AB\overrightarrow{AB\,} et AD\overrightarrow{AD\,} ne sont pas colinéaires.
  • Cas du parallélisme :

Soit AA, BB, CC et DD quatre points distincts du plan. Les droites (AB)(AB) et (CD)(CD) sont parallèles ou confondues si et seulement si det(AB;CD)=0\text{det}(\overrightarrow{AB\,}; \overrightarrow{CD\,})=0.

bannière exemple

Exemple

On considère les points AA, BB, CC et DD placés dans le plan ci-dessous.

Alt texte

On a :

  • AB=(2;12)\overrightarrow{AB\,}=\begin{pmatrix}2; -\dfrac{1}{2}\end{pmatrix} et CD=(1;14)\overrightarrow{CD\,}=\begin{pmatrix}1; -\dfrac{1}{4}\end{pmatrix}
  • det(AB;AC)=2×(14)(12)×1=0\det(\overrightarrow{AB\,}; \overrightarrow{AC\,})=2\times\begin{pmatrix}-\dfrac{1}{4}\end{pmatrix}-\begin{pmatrix}-\dfrac{1}{2}\end{pmatrix}\times 1=0
    Donc :
  • (AB)(AB) et (CD)(CD) sont parallèles.

Conclusion :

Nous avons vu dans ce chapitre comment il était possible d’additionner deux vecteurs, que ce soit de façon géométrique ou algébrique. Nous avons vu deux nouvelles notions : la colinéarité et le calcul de déterminants.
Avec ces nouveaux outils, de nombreux problèmes de géométrie, comme le calcul de l’aire d’un parallélogramme par exemple, pourront être résolus à l’aide du calcul vectoriel.