Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Qu'est-ce que la globalisation financière ?

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Introduction :

La finance est devenue un secteur puissant de l’économie à l’échelle internationale, tellement puissant que les conséquences liées à ses opérations engendrent parfois des dégâts économiques importants. La crise des subprimes est un des exemples les plus frappants du développement des marchés financiers et de leurs évolutions.

Nous nous intéresserons dans un premier temps à ces marchés financiers et à leurs caractéristiques. Puis, nous étudierons les principales évolutions de ces marchés et nous terminerons ce chapitre par l’étude de ce qu’on appelle la « globalisation financière » et les risques liés à son apparition.

Les caractéristiques des marchés financiers

Les différents types de marchés financiers

On a l’habitude de distinguer 4 grands types de marchés financiers.

  • Le marché des taux : c’est le marché où s’échangent les obligations (dettes). Il est principalement utilisé par les institutions. C’est un marché très liquide, qui s’adresse plutôt aux investisseurs à long terme.
bannière definition

Définition

Marché liquide :

On dit qu’un marché est liquide lorsque les actifs qui s’échangent peuvent se vendre et s’acheter rapidement sans que cela n’influe énormément sur les prix.

  • Le marché des devises : c’est un marché international où l’on retrouve surtout des intervenants qui disposent de moyens financiers conséquents comme les États ou les banques. Il permet d’acheter une devise en échange d’une autre.
  • Le marché des matières premières : sur ce marché s’échangent des ressources naturelles nécessaires à l’activité industrielle.
  • Le marché des actions : c’est ce marché que l’on appelle la Bourse. Des sociétés y émettent des titres afin d’y trouver un financement. Ceux qui achètent ces titres deviennent des actionnaires.
bannière astuce

Astuce

On distingue également le marché primaire (ou marché « du neuf ») qui est le marché où les titres s’échangent pour la première fois du marché secondaire qui est le marché d’occasion sur lequel s’échangent des titres qui ont déjà été émis.

Intéressons-nous maintenant au rôle économique de ces marchés.

Rôle économique des marchés financiers

Les marchés financiers permettent de financer l’activité économique.

bannière à retenir

À retenir

Les agents économiques à capacité de financement (ayant une épargne supérieure à leurs dépenses) peuvent effectuer des investissements auprès des agents à besoin de financement (ayant une épargne inférieure à leurs dépenses).

Le marché permet donc d’échanger librement des titres dont le prix est fixé par la rencontre entre l’offre et la demande.

Les agents à capacité de financement cherchent des actifs rentables, peu risqués, et le plus liquides possible. Les agents à besoin de financement, eux, cherchent les financements les plus sûrs et les moins coûteux.
On peut identifier plusieurs acteurs qui opèrent sur ces marchés.

Les acteurs impliqués dans les marchés financiers

En effet, on peut identifier 6 principaux acteurs sur les marchés financiers :

  • les entreprises qui se financent en émettant des actions ou des obligations ;
  • les banques qui se financent en émettant des titres et qui peuvent servir d’intermédiaires en mettant en contact acheteurs et vendeurs ;
  • les agences de notation qui attribuent des notes aux titres échangés selon le degré de risque qu’ils présentent. Lorsqu’un émetteur de titre présente un risque de défaut élevé, la note du titre est dégradée ;
  • les investisseurs institutionnels qui gèrent l’épargne collective des ménages en la plaçant sur les marchés financiers. Ces institutions peuvent être des fonds de pension, des organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM) ou des compagnies d’assurance ;
  • les fonds spéculatifs, le plus souvent des fonds privés, qui investissent au travers d’emprunts. Ces investissements visent des rendements élevés, supérieurs aux taux d’intérêt de l’emprunt ;
  • les fonds souverains qui sont détenus et contrôlés par l’État et qui sont le plus souvent alimentés par des recettes issues de la production de pétrole.

Nous avons vu les principes généraux associés aux marchés financiers, notamment les différents types de marchés, leur rôle économique et les divers acteurs qui y participent. Nous allons maintenant nous focaliser sur les différentes évolutions observables sur ces marchés depuis les années 1990.

L’évolution des marchés financiers

La théorie des « 3 D »

Henri Bourguinat, économiste spécialisé en finances internationales, met en évidence les évolutions des marchés financiers depuis les années 1990 au travers de sa théorie des « 3 D » :

  • désintermédiation,
  • déréglementation,
  • décloisonnement.
bannière à retenir

À retenir

La désintermédiation désigne une situation dans laquelle les banques ne sont plus la seule source de financement des agents économiques. Ainsi, le marché financier permet de mettre directement en relation prêteurs et emprunteurs, sans passer par les banques.

La déréglementation financière a pour but de supprimer toute règle qui pourrait empêcher le marché financier de fonctionner correctement. Globalement, les réglementations mises en place sont peu à peu supprimées ou moins strictes : l’interventionnisme de l’État diminue.

Enfin, le décloisonnement a permis d’éradiquer la frontière entre banques d’affaires et banques de dépôt. Les banques peuvent maintenant collecter l’épargne des ménages mais également accorder des prêts. Le décloisonnement a également permis de rassembler services bancaires et assurances. En outre, il a rendu possible un marché global unifié, supprimant ainsi la segmentation entre les marchés nationaux.

Cette libéralisation des marchés financiers a entraîné l’apparition de nouveaux outils et produits répondant aux nouveaux enjeux et aux nouvelles exigences des agents économiques.

Les nouveaux outils et produits des marchés financiers

De nombreux produits financiers ont fait leur apparition. Les institutions financières proposent désormais des contrats d’assurance vie, des fonds communs de placement, différents plans d’épargne…

Par ailleurs, des produits complémentaires sont apparus pour se prémunir d’éventuels risques de paiement et ont ainsi permis aux épargnants de bénéficier d’une protection plus étendue. Le contrat, à terme, permet alors de se protéger face au risque de défaut d’un emprunteur, à l’évolution défavorable des taux d’intérêt ou au risque de change.

Un autre procédé interbancaire innovant s’est développé : la titrisation.

bannière definition

Définition

Titrisation :

Technique financière qui permet aux établissements financiers de transformer les créances qu'ils détiennent sur des entreprises ou des particuliers en titres négociables. Cela leur permet de se débarrasser du risque de non remboursement des emprunteurs et de le transférer aux acheteurs de ces titres. Ces derniers bénéficient d'une somme d'argent en contrepartie de la prise en charge de ce risque.

bannière rappel

Rappel

Une même somme d’argent peut être qualifiée de dette ou de créance. Un débiteur possède une dette qu’il doit au créancier, tandis que ce dernier possède une créance sur le débiteur lui garantissant le remboursement de la somme en question.

Avec le développement des marchés financiers, de nouveaux acteurs sont apparus.

Les nouveaux acteurs des marchés financiers

Des acteurs qui étaient jusque-là encore inconnus ou peu connus ont fait leur arrivée sur la scène médiatique. De ce fait, les traders, les places financières offshore ou encore les fonds spéculatifs ont alimenté les débats ces dernières années.

Les places financières offshore permettent d’émettre des titres de façon beaucoup moins contraignante. Les pays dits « offshore » permettent à ceux qui souhaiteraient placer leurs capitaux de bénéficier d’une imposition attrayante, voire inexistante.

Les fonds spéculatifs, ou hedge funds, ont, eux, pour objectif de mettre en commun les fonds d’un nombre limité d’agents fortunés dans le but de réaliser une plus-value en effectuant des opérations financières risquées sur une période de moyen/long terme.

Toutes ces évolutions sont liées au phénomène de globalisation financière que nous allons maintenant étudier plus en détail.

L’apparition de la globalisation financière

Un contexte économique et politique favorable

bannière definition

Définition

Globalisation financière :

On appelle globalisation financière le processus par lequel les marchés de capitaux s’étendent et s’internationalisent.

Les capitaux sont en effet de plus en plus mobiles à l’échelle internationale et leur volume s’est considérablement développé. Ainsi, les flux d’investissements directs à l’étranger ont augmenté de près de 20 % par an entre le milieu des années 1980 et la fin des années 1990.

bannière à retenir

À retenir

Cette globalisation financière a pu se développer grâce à un contexte économique et politique favorable. En effet, durant les années 1980, ce sont les idées libérales qui s’imposent sur la scène politique face à l’échec des politiques keynésiennes passées. L’arrivée au pouvoir de Thatcher en Grande-Bretagne et de Reagan aux États-Unis confirme cet élan libéral et progressivement, l’intervention de l’État dans l’économie diminue, favorisant l’émergence de la globalisation financière.

Ce contexte politique et économique propice à la globalisation financière s’est appuyé sur l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’essor des NTIC

Les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) englobent l’ensemble des outils modernes sur le plan des télécommunications, de l’informatique, de l’audiovisuel, d’internet, etc.

bannière à retenir

À retenir

Le développement des NTIC a rendu possible les échanges continus et instantanés en dématérialisant les capitaux.

Les échanges internationaux se sont donc démultipliés. Les coûts relatifs à la communication à différents endroits du monde ont radicalement baissé avec l’apparition de ces nouvelles technologies, ce qui a facilité les connexions et les échanges à l’échelle internationale.

Néanmoins, la globalisation financière a également suscité un certain nombre de craintes.

Les risques liés au phénomène de globalisation financière

bannière à retenir

À retenir

Les marchés nationaux de capitaux sont de plus en plus connectés les uns aux autres. Ils deviennent même interdépendants, et cette interdépendance peut être inquiétante. En effet, les risques financiers ne sont plus maintenant limités à un pays ou à une zone : c’est le marché mondial en entier qui peut se trouver fragilisé en cas de survenance.

De la même façon, la titrisation n’est pas sans risques. En faisant intervenir des acteurs multiples à différents endroits du globe, elle peut entraîner un effet « domino » dévastateur sur l’économie en cas de retournement économique. C’est notamment ce qu’il s’est passé lors de la crise des subprimes.

Conclusion :

Les marchés financiers sont très variés, tout comme les acteurs qui y sont impliqués. Des évolutions sur ces dernières décennies ont bouleversé leur fonctionnement mais également les enjeux, les problématiques et les menaces associés. La globalisation financière a fait son apparition, apportant son lot d’opportunités mais également de dangers à l’échelle internationale.