Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Société et cultures rurales (XIe-XIIIe siècles)

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Au Moyen Âge, 9 personnes sur 10 vivent à la campagne. Ce chiffre résume à lui seul une réalité sociale : le monde médiéval est très majoritairement rural.

Bien que certaines villes se développent entre le XIe et le XIIIe siècle, le monde médiéval est habité par une culture paysanne profondément enracinée dans les mentalités. Nous étudierons dans ce cours plusieurs aspects de cette ruralité médiévale.

Dans un premier temps, nous définirons la seigneurie. Ensuite, nous analyserons le monde paysan. Finalement, nous terminerons ce cours par une description des liens qui unissent l’aristocratie et ce que l’on nomme la « féodalité ».

Seigneurs et paysans

Organisation de la seigneurie

Les villages médiévaux s’inscrivent dans le cadre de la seigneurie.

  • Cela signifie que le seigneur organise la vie du village et de ses paysans.
bannière à retenir

À retenir

Les paysans ne sont que très rarement propriétaires de leurs terres : celles-ci appartiennent en général au seigneur, qui peut être un laïc ou un homme d’Église.

Les rares terres qui appartiennent à des paysans libres s’appellent des alleux.

Les terres cultivables du seigneur se divisent en deux groupes :

  • la tenure
  • et la réserve.
bannière definition

Définition

Tenure :

On parle de tenure lorsque le seigneur donne à des paysans libres le droit de cultiver ses terres en échange de sa protection.

bannière definition

Définition

Réserve :

La réserve est constituée par les terres du seigneur qui sont travaillées par les domestiques et les serviteurs du château.

Les paysans qui cultivent les tenures s’appellent les tenanciers, mais on les appelle aussi les « vilains ».

  • Ces paysans doivent alors payer un impôt au seigneur, le cens. Ils doivent également payer la taille, c’est-à-dire l’impôt pour la protection du seigneur.
  • Les paysans doivent également rendre divers services au seigneur : ce sont les corvées. Celles-ci sont composées de divers travaux à réaliser sur la seigneurie.

Les taxes que paient les paysans sur les terres s’accompagnent de banalités.

bannière definition

Définition

Banalité :

Une banalité est un impôt que les paysans doivent payer au seigneur lorsqu’ils utilisent les installations techniques : le four, le moulin, ou encore le pressoir.

bannière astuce

Astuce

Les banalités étaient si fréquentes qu’elles ont fini par donner au mot le sens que l’on connait aujourd’hui !

C’est dans ce sens que l’on peut définir la seigneurie banale : le seigneur possède le droit de ban, c’est-à-dire le droit de commandement et de punition sur les villageois. Certains villageois ne sont d’ailleurs pas libres : ce sont les serfs.

Ceux-ci doivent payer des impôts très lourds et le droit de ban se fait sentir plus fortement dans leurs cas. Le serf appartient au seigneur et celui-ci possède des droits sur ses biens et son héritage.

  • Ce statut varie beaucoup d’une région à l’autre et finit par disparaitre à la fin du Moyen Âge.

Rébellions paysannes

bannière à retenir

À retenir

Le seigneur possède un pouvoir important sur ses paysans. Mais à partir du XIIe siècle, ceux-ci vont se rebeller contre la toute-puissance seigneuriale.

Les villageois vont parfois s’associer en communautés pour faire face au seigneur.

  • Dans de nombreux cas, le seigneur doit assouplir ses conditions de travail, qu’il inscrit dans des chartes de franchises.
bannière definition

Définition

Charte de franchise :

Les chartes de franchises sont des documents sur lesquels le seigneur accepte de réduire les impôts et de donner quelques privilèges.

Le village médiéval

Une vie rythmée par l’agriculture

La vie du paysan médiéval est rythmée par les saisons et les travaux agricoles.

  • À chaque mois correspond une activité spécifique. Les maisons des paysans sont en général construites en bois, et souvent fragiles.
  • Les paysans mangent essentiellement des céréales et des légumes mais ils sont soumis aux nombreux aléas climatiques : c’est pourquoi lorsqu’une récolte est mauvaise, les conséquences sont rapidement catastrophiques.
  • L’espérance de vie dans les campagnes du Moyen Âge ne dépasse pas 40 ans.

Améliorations des techniques

Le nombre de villages augmente à partir du XIe siècle : cette augmentation est liée à une phase de croissance démographique qui s’étend sur toute l’Europe. Les populations défrichent alors les forêts, à la recherche de nouvelles terres, et retravaillent des terres incultes.

  • C’est à ce moment que l’outillage agricole s’améliore, notamment avec la charrue qui fait son apparition, ou encore le collier d’épaule.
  • Les moulins à eaux et à vent deviennent également des éléments essentiels du paysage médiéval.

C’est dans ce cadre que le rendement agricole est amélioré par une meilleure organisation des cultures.

bannière definition

Définition

Assolement triennal :

L’assolement triennal, c’est lorsqu’on cultive en alternance deux types de cultures différentes sur un même espace : un tiers des terres était laissé au repos pendant un an, tandis qu’on cultivait sur les deux autres parties deux céréales différentes. On alterne ainsi de suite.

L’assolement triennal L’assolement triennal

Des réseaux de sociabilités villageois

Le village s’organise grâce à un réseau de sociabilité, c’est-à-dire qu’il existe de nombreux contacts entre les populations : la répartition du travail de la terre et des corvées dues au seigneur oblige les paysans à s’organiser collectivement afin de se répartir les tâches.

Mis à part la corvée, les paysans doivent également entretenir les « communaux », qui sont les terres mises à disposition de tous (comme les terres de pâturage par exemple, ou encore les bois).

Au sein même du village, on note alors des hiérarchies :

  • il existe en effet des paysans riches, que l’on nomme les laboureurs,
  • viennent ensuite les tenanciers, ceux qui travaillent sur une tenure du seigneur,
  • enfin, les manouvriers sont les paysans sans terre, qui risquent de basculer vers le statut de serf pour échapper à leur précarité.

La féodalité

Définition

L’aristocratie rurale est très largement hiérarchisée. Cette hiérarchisation porte un nom : la féodalité.

bannière definition

Définition

Féodalité :

La féodalité est le système qui lie un seigneur à un vassal.

Le vassal cherche la protection du seigneur : le seigneur la lui accorde à condition que son vassal respecte un certain nombre de règles. Le vassal doit jurer devant Dieu de prêter service à son seigneur, sous peine d’excommunication (c’est-à-dire sous peine d’être exclu de l’Église catholique).

Plus précisément, le vassal doit répondre présent lorsque le seigneur a besoin d’hommes dans son armée.

bannière à retenir

À retenir

La féodalité se développe dans un contexte d’affaiblissement du pouvoir central.

Cela signifie qu’il n’y a pas d’autorité suffisamment forte, comme un roi puissant par exemple, pour maintenir la paix dans le royaume. Les petits chevaliers se tournent alors vers les seigneurs plus puissants pour rechercher leur protection.

  • En échange de son soutien, le seigneur donne au vassal un fief, c’est-à-dire une terre (mais parfois le fief est le droit de prélever des impôts).

Une hiérarchie se met alors en place : plus on possède de vassaux, plus on est puissant.

bannière à retenir

À retenir

Le roi est le seigneur des seigneurs, au sommet de la hiérarchie.

Un style de vie chevaleresque

Si les paysans vivent dans les villages, la noblesse vit dans les châteaux. Les chevaliers vont, tout au long du Moyen Âge, développer une culture particulière.

Celle-ci est tout d’abord marquée par la cérémonie religieuse de l’adoubement, durant laquelle l’écuyer devient chevalier. Les tournois occupent une grande partie du temps des chevaliers et leur permettent de s’entraîner à la guerre. Les chevaliers développent également l’art de « l’amour courtois ».

Conclusion :

Le Moyen Âge est une période extrêmement riche et complexe. La majorité de la population est alors rurale, bien que de nombreuses villes se développent à partir de l’an mille. Il existe des hiérarchies paysannes, mais aussi des conflits entre paysans et seigneurs, surtout à partir du XIIe siècle. Le monde aristocratique est, lui aussi, largement hiérarchisé autour de la notion de féodalité. L’Église est omniprésente dans la vie du village, que ce soit chez les paysans ou chez les seigneurs.