Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Une agriculture pour nourrir les Hommes

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Ce cours est en cours de création par nos équipes et il sera prêt pour la rentrée 2019 💪

Les agrosystèmes

  • Un agrosystème est créé à partir d’un écosystème initialement naturel et équilibré que la main de l’Homme a modifié.
  • La quantité importante de biomasse produite et son exportation déséquilibrent complètement l'agrosystème : il faut alors rajouter des intrants pour fertiliser le sol et supprimer toutes les espèces parasites.
  • Dans un agrosystème, il y a des exportations de la récolte : si ces pertes ne sont pas compensées par des engrais, le sol va s’épuiser et donnera des rendements de plus en plus faibles.
  • Un agrosystème repose sur deux principes : exporter la plus grande partie de la matière produite et rechercher le rendement maximum.
  • Pour optimiser le rendement agricole, l’Homme va utiliser différentes méthodes de culture :
  • le labour du sol ;
  • la rotation des cultures ;
  • la fertilisation ;
  • l’amendement.
  • Il est également nécessaire de prendre soin du sol et des plantes qui y sont cultivées, en luttant contre les éventuelles maladies. Pour cela, il existe :
  • l’utilisation des pesticides (fongicides, insecticides ou herbicides) ;
  • l’utilisation de microorganismes auxiliaires ;
  • l’utilisation de substances naturelles.

Les productions alimentaires

  • Dans un écosystème, un consommateur est un organisme hétérotrophe (incapable de produire de lui-même sa propre matière organique), qui se nourrit donc de producteurs primaires ou d'autres consommateurs.
  • Les producteurs primaires utilisent la photosynthèse à la surface de la Terre et créent de la biomasse à partir du CO2\text{CO}_2 et de la lumière solaire.
  • Dans les agrosystèmes, l’Homme privilégie le développement végétal afin d’augmenter la productivité à des fins alimentaires, industrielles ou énergétiques.
  • La monoculture induit une gêne pour la biodiversité et une perturbation des écosystèmes puisqu’elle induit l’excès d’une espèce par rapport aux autres.
  • Elle permet toutefois la production d’énormes quantités de denrées alimentaires à des prix abordables pour une population sans cesse croissante.
  • La polyculture est plus rentable : elle permet de jongler avec les aléas climatiques et les variations de prix.
  • Elle peut néanmoins induire un appauvrissement du sol et une gestion compliquée pour les agriculteurs.
  • Dans un agrosystème, chaque animal élevé pour la production de viande occupe la place de producteur secondaire dans la chaîne alimentaire. Il consomme des végétaux.
  • La production animale nécessite donc de grandes surfaces de culture afin de nourrir les bêtes.
  • L’élevage intensif s’est développé après la Seconde Guerre mondiale : pour optimiser les rendements, on augmente le nombre d’animaux sur la parcelle.
  • Elle tend donc à l’industrialisation.
  • Si l’élevage intensif est quantitatif, l’élevage extensif est qualitatif.