Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Cohabitations en France
1986, 1993 et 1997
Evénement historique

Contexte

  • 1958 : la constitution de la Ve République entre en vigueur. Le président de la République devient la « clef de voute » du régime tant il tient un rôle primordial. Cependant, la constitution prévoit que si le président n’obtient pas la majorité parlementaire (Assemblée nationale et sénat), c’est-à-dire en cas de cohabitation, son rôle se réduit alors à la politique étrangère, le Premier ministre assurant la gestion des affaires intérieures.

1986, 1993 et 1997

Personnages

François Mitterrand

Jacques Chirac

Édouard Balladur

Lionel Jospin

Déroulement

Président de la République depuis 1981, François Mitterrand doit faire face aux « déçus du socialisme », ceux qui n’acceptent pas le « tournant de la rigueur », lorsqu’en 1986, sont organisées de nouvelles élections législatives qui visent à renouveler les députés de l’Assemblée nationale. À l’issue de cette élection, qui est la première de la Ve République à se dérouler intégralement au scrutin proportionnel, la droite sort majoritaire. Mitterrand doit donc se résoudre à choisir un Premier ministre de l’opposition, ce qu’il fait en nommant le RPR (parti du Rassemblement pour la République) Jacques Chirac. Malgré quelques heurts au sommet du pouvoir, notamment sur la politique extérieure, les deux têtes de l’État parviennent à un terrain d’entente et arrivent à faire parler la France d’une seule voix. Ils mettent ainsi en place certaines coutumes qu’on le retrouve dans les cohabitations suivantes.

Retrouvant une assemblée socialiste lors de son second mandat en 1988, Mitterrand est de nouveau mis en difficulté lors des élections législatives de 1993, qui voient les députés de la droite devenir largement majoritaires à l’Assemblée nationale. Mitterrand est à nouveau contraint de nommer un Premier ministre de l’opposition, ce qu’il fait en la personne d’Édouard Balladur. Cette seconde cohabitation est connue sous le nom de « cohabitation de velours », en raison des relations cordiales entre les deux têtes de l’exécutif. Cette cohabitation dure jusqu’à la fin du second mandat de Mitterrand, en 1995.

La troisième cohabitation de la Ve République a lieu lors du mandat suivant, celui de Jacques Chirac, élu en 1995. Le président décide en 1997 de dissoudre l’Assemblée nationale qui ne lui était que trop peu favorable bien qu’à majorité de droite. Les élections législatives organisées pour renouveler l’hémicycle ne lui sont, à la surprise générale, pas favorable, puisque c’est une majorité de gauche qui l’emporte. Chirac est donc contraint de nommer un Premier ministre de l’opposition, ce qu’il fait en la faveur de Lionel Jospin. Ce dernier reste en poste jusqu’à la fin du premier mandat de Chirac, en 2002.

Conséquences

  • 2000 : le septennat présidentiel est raccourci à cinq ans, ce qui en fait un mandat similaire en durée à celui des députés, et réduit ainsi la possibilité de cohabitation politique
  • 2002 : il est décidé d’inverser le calendrier des élections, de manière à ce que la présidentielle passe avant celle de la législative (élection des députés), et de tenir ces deux élections le même mois. Ce procédé permet également de réduire les chances de cohabitation.