Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Guerre d’Afghanistan
24 décembre 1979 - 14 avril 1988
Evénement historique

Contexte

Crédit photo : Retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, Alexandr Graschenkov, 1986
©RIA Novosti archive, image #24609 / Alexandr Graschenkov / CC-BY-SA 3.0

  • Les Soviétiques entretiennent des relations avec l’Afghanistan dès les années 1950 : ils aident notamment le pouvoir en place à instaurer des réformes sociales. Des mouvements politiques bouleversent le pays jusqu’au putsch du parti démocratique populaire d’Afghanistan (PDPA), à tendance marxiste, le 27 avril 1978. Le Premier ministre, Nur Mohammad Taraki, en étroite collaboration avec les Soviétiques, entreprend une politique de laïcisation qui provoque la révolte des certaines tribus. Des régions sont totalement hors de contrôle. Il proclame le République démocratique d’Afghanistan, dont il devient président.
  • D’un point de vue géopolitique, l’URSS souhaite apporter son soutien au régime en place, et donc assurer la stabilité dans cette région.

24 décembre 1979 - 14 avril 1988

Personnages

Nur Mohammad Taraki

Babrak Karmal

Mikhaïl Gorbatchev

Déroulement

Dans la nuit du 24 au 25 décembre 1979, les troupes soviétiques passent la frontière afghane. Les soldats pénètrent dans Kaboul le 27 décembre. L’URSS installe au pouvoir Babrak Karmal, un homme politique auquel les Soviétiques font confiance. Les axes stratégiques sont également contrôlés par l’Armée rouge.

Toutefois, la situation militaire se dégrade rapidement : des groupuscules islamistes, les moudjahidines, mettent en place une stratégie de guérilla pour lutter contre l’occupation soviétique. Ils profitent des régions montagneuses pour mettre en difficulté les troupes de l’URSS, ces dernières n’ayant pas adapté leur stratégie de combat, comme les États-Unis au Vietnam.

L’image de l’URSS est d’autant plus entachée qu’elle décide de ne pas tenir compte de la condamnation rapide de l’ONU et des autres pays arabes, qui font entendre leur voix dès le début du conflit. Les jeux olympiques de Moscou, organisés en 1980, sont boycottés.

On retrouve le schéma de la guerre froide dans ce conflit : les américains soutiennent financièrement et militairement les moudjahidines, à travers le Pakistan et l’Arabie Saoudite. En 1988, après presque dix années de combats, Mikhaïl Gorbatchev, arrivé récemment au pouvoir, est dans une logique d’ouverture politique et de réformes. Il décide de retirer les troupes d’Afghanistan : les accords de Genève, signés le 14 avril 1988, mettent un terme au conflit.

Conséquences

  • Le conflit fait plus de 20 000 victimes, la majorité dans le camp soviétique. Cette guerre, de fait de l’implication des États-Unis et de l’URSS, est un des derniers moments de tension de la guerre froide.
  • Une guerre civile succède immédiatement au retrait des troupes soviétiques. Des groupes islamiques s’affrontent entre eux, et le régime en place, soutenu par les soviétiques, tombe le 29 avril 1992 : l’intervention de l’ONU ne permet pas la prise de Kaboul par les talibans. Le pays entre dans une grande période d’instabilité.