Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La Restauration
1814-1830
Evénement historique

Contexte

Crédit photo : Charte constitutionnelle du 4 juin 1814, auteur inconnu, 1814

À la mort de Robespierre, qui enterre la Terreur, la France se dote d’un pouvoir collégial avec le Directoire. Mais ce gouvernement est constamment affaibli par la menace royaliste, et le manque d’ascendance de l’un des Conseils crée des situations de blocage. Les conditions sont idéales pour un coup d’État, organisé par Sieyès, Talleyrand et réalisé par Napoléon Bonaparte le 18-19 brumaire de l’an VIII. Ce dernier parvient peu à peu à imposer le Consulat, antichambre du Premier Empire (1804-1814). En effet, Bonaparte s’octroie les pleins pouvoirs et se couronne empereur le 2 décembre 1804. Si les débuts de son règne sont triomphants, la déroute de la campagne de Russie en 1812 l’affaiblit. La Campagne de France (1814) signe sa défaite face à la Coalition des grands d’Europe. Contraint d’abdiquer, le 6 avril 1814, Napoléon Ier (1769-1821) est exilé sur l’île d’Elbe. La population harassée par des années de guerres menées par le Napoléon salue le retour de la Monarchie.

1814-1830

Personnages

dit Charles X

dit Louis XVIII

dit Napoléon 1er

Déroulement

Sitôt l’empereur exilé, Louis XVIII (1755-1824), frère de Louis XVI, prend, en 1814, les rênes du pouvoir : c’est le début de la Restauration, qui se divisera en deux temps. Le nouveau roi comprend vite qu’il ne peut renier l’héritage révolutionnaire et napoléonien. Aussi octroie-t-il au peuple français une charte constitutionnelle qui révoque la monarchie absolue au profit d’un régime plus modéré. Elle proclame l’égalité, la liberté individuelle, la liberté d’expression et surtout la liberté de la presse. Deux assemblées sont créées, la Chambre des Pairs, nommés par le roi, et la Chambre des députés, élus au suffrage censitaire.

Mais dans l’ombre, Napoléon 1er s’échappe de l’île d’Elbe, débarque à Golf Juan le 1er mars 1815, et regagne la capitale tandis que Louis XVIII fuit à Gand. L’Empire est restauré, signant ainsi la fin de la Première Restauration. La Coalition se ligue contre son ennemi de toujours et l’empereur essuie son ultime défaite à Waterloo le 18 juin 1815. Il est exilé à Sainte-Hélène où il périra. Mais cet épisode « des Cent Jours » a laissé des traces dans l’image du roi, considéré comme fuyard, et ravivé les tensions entre royalistes modérés, ultras et partisans de l’Empire. Louis XVIII rétablit tant bien que mal la Seconde Restauration. À sa mort, le comte d’Artois, son frère (1757-1836), prend la succession du trône et renoue en 1825 avec le cérémonial du sacre, que Louis XVIII avait abandonné. Charles X, ainsi rebaptisé, revient rapidement sur les pouvoirs accordés au peuple et suspend la liberté de la presse. Ce retour à l’autoritarisme des « ultras » provoque la révolution populaire de juillet 1830, « Les Trois Glorieuses », qui signe l’exil de Charles X.

Conséquences

La Restauration de la monarchie a mis fin à l’Empire et réintroduit le pouvoir royal sur le trône de France. Et si la révolution de Juillet engendre la fin de la Restauration et l’exil de Charles X (1757-1836), elle maintient cependant la monarchie au pouvoir, dite de Juillet, dirigée par Louis-Philippe d’Orléans nommé Louis Philippe 1er (1773-1850).