Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Procès du maréchal Pétain
23 juillet - 15 août 1945
Evénement historique

Contexte

  • Le 10 juillet 1942, Philippe Pétain obtient les pleins pouvoirs et devient le chef de l’État français. Pour Pétain, la défaite de la France est avant tout morale et politique. Il lance sa « Révolution nationale », autoritaire et conservatrice, sous le slogan « Travail, Famille, Patrie ». Élaborant une politique de collaboration avec l’Allemagne nazie qui occupe le territoire, il est co-responsable des fautes commises par les Allemands et la Milice, comme la déportation des Juifs et des résistants, durant la période d’occupation.
  • À la Libération, la France connaît une période dite « d’épuration ». Il s’agit de punir les responsables de Vichy et les personnes ayant collaboré avec l’occupant. Les femmes « tondues », parce qu’elles ont eu des relations avec les Allemands, restent une image forte de cette épuration.
  • L’ensemble de la société est touché par l’épuration : on retrouve une épuration spontanée (tribunaux populaires), mais aussi légale (cours de justice, Haute cour de Justice) pour juger les acteurs militaires, politiques, économiques de la collaboration avec les Allemands, ainsi que les hauts fonctionnaires.

23 juillet - 15 août 1945

Personnages

Philippe Pétain

Charles de Gaulle

Déroulement

Philippe Pétain séjourne en Suisse après la Libération de la France, après avoir fui le territoire. Il se rend aux autorités le 25 avril 1945. Au moment de l’ouverture de son procès, Pétain lit une déclaration liminaire dans laquelle il justifie ses choix et gardera le silence tout le long du procès, laissant ses avocats le défendre. Les arguments de la défense de Pétain sont l’absence de responsabilité dans la défaite française, la prise de pouvoir entièrement légale concédée par le Conseil, et la protection apportée par Vichy contre les Allemands (l’argument consiste à affirmer que les Allemands auraient mené une occupation plus dure sans la présence du régime de Vichy).
Les détracteurs (les personnes contre lui) de Pétain ont plaidé afin de démontrer que le régime de Vichy était autoritaire, raciste et qu’il aurait été possible de continuer la guerre, sans mettre en place un système de collaboration, en prenant pour appui la flotte navale par exemple.

Conséquences

  • Le 15 août 1945, le maréchal Pétain est condamné à mort par la Haute Cour. Les jurés demandent toutefois que le condamné soit gracié, notamment en raison de son grand âge. De Gaulle ira dans le sens des jurés, et gracie Pétain.
  • Pétain est transféré au fort de Portalet, dans le sud de la France, puis au fort de la Pierre Levée, en Vendée. Il y décède le 23 juillet 1951, à l’âge de 95 ans.
  • Le procès n’apporte pas de véritables réponses sur la collaboration et le régime de Vichy. Malgré des témoignages de responsables du régime, les contemporains du procès et les historiens d’aujourd’hui s’accordent pour dire que le procès manquait de recherche et de profondeur.
  • Trois ministres de Vichy ont également été jugés au moment de la Libération : Pierre Laval, Joseph Darmand et Fernand de Brinon. Au total, environ 100 000 Français ont été condamnés pour collaboration. Les peines vont de la privation des droits civiques (les plus nombreuses) à la peine de mort.